La Mission Bon Accueil ouvre ses portes aux entreprises


Édition du 28 Novembre 2015

La Mission Bon Accueil ouvre ses portes aux entreprises


Édition du 28 Novembre 2015

Par Claudine Hébert

Quand un organisme a besoin tous les ans de tonnes de biens et services pour assurer son fonctionnement, les bonnes relations avec les PME sont essentielles. Il y a 15 ans, la Mission Bon Accueil, un organisme montréalais qui oeuvre auprès des personnes défavorisées, a créé un poste de responsable à temps plein pour la recherche de dons en biens et services. Résultat : la majorité des 67 000 heures de bénévolat sont aujourd'hui comblées par des entreprises de l'arrondissement Sud-Ouest, où est situé l'organisme, et de ses environs, indique Kathryn Stephens, gérante principale du développement et des relations publiques de la Mission.

À lire aussi :
Les PME prennent le relais des grandes entreprises
Dany Bonneville, un «quêteux» professionnel
Trois manières d'attirer les dons des PME
Comment Plastiques Moore a mis sur pied une fondation
Les jeunes entrepreneurs s'invitent au musée

«C'est en demandant des biens et des services que l'on développe plus facilement des liens avec les entreprises. Par exemple, l'entreprise Docu-Dépôt, située dans l'arrondissement LaSalle, nous a d'abord proposé de déchiqueter gratuitement nos documents. Aujourd'hui, près d'une dizaine d'employés viennent nous donner un coup de main lors du repas de Noël», indique Mme Stephens. À lui seul, cet événement, qui aura lieu le 5 décembre prochain, nécessite la participation de 200 bénévoles.

Faire connaître l'organisme

L'organisme peut également compter sur l'aide du salon de barbier Notorious Barbershop, qui organise à l'occasion une collecte de souliers auprès de ses clients, et du café Léché Desserts, qui donne des kilos de beignes lors d'au moins trois de ses événements.

L'aide des PME ne se calcule pas seulement en biens et services. «C'est un avantage non négligeable de bénéficier de bénévoles qui sont déjà habitués de travailler au sein d'une même équipe au quotidien. Le dynamisme s'installe beaucoup plus rapidement», note-t-elle.

L'été dernier, une équipe de Bonfire Urbain, une PME qui fabrique des barbecues, a organisé un repas pour les 50 personnes hébergées en réinsertion sociale par la Mission Bon Accueil. L'activité a été une réussite sur toute la ligne. De plus, ces employés en ont appris davantage sur l'organisme.

Beaucoup de gens, poursuit Mme Stephens, croient que la Mission Bon Accueil s'occupe uniquement des sans-abris. L'organisme dispose effectivement d'un refuge d'urgence de 200 lits. Mais il gère également 26 appartements de transition, et plus de 4 000 familles fréquentent chaque mois sa banque alimentaire.

D'où l'importance, insiste Mme Stephens, d'inviter les entreprises et les groupes à venir visiter les locaux. Convaincre les groupes et les entreprises de se déplacer reste un énorme défi, dit-elle. «Mais ces invitations à répétition valent le coup. Dans la plupart des cas, ces visites se soldent par un partenariat», soutient Mme Stephens, qui reçoit de quatre à cinq groupes et entreprises par semaine. Et beaucoup plus pendant la période des fêtes.

La direction de la Mission Bon Accueil songe d'ailleurs à organiser l'été prochain un gros block party, un 5 à 7 de quartier pour inviter toutes les entreprises de l'arrondissement à venir voir ce que l'organisme accomplit.

Travailler avec les écoles

L'organisme ne cible pas uniquement les entreprises. Il travaille de plus en plus avec les établissements scolaires. «C'est notre façon d'assurer la relève et de faire de l'éducation auprès des jeunes sur le monde de l'itinérance à Montréal», indique Mme Stephens. La populaire campagne Opération bas et bobettes, présentée annuellement en janvier, profite justement de l'étroite collaboration de l'organisme avec les écoles pour ramasser des sous-vêtements qui seront remis aux sans-abris montréalais.

Enfin, de toutes les stratégies employées, l'envoi postal massif à plus de 500 000 personnes représente encore l'un des meilleurs outils de l'organisme pour établir des liens avec les entrepreneurs. Cette stratégie permet à l'organisme d'aller chercher des dons individuels qui comptent pour 85 % de son budget et d'attirer l'attention d'entrepreneurs qu'il n'aurait pu cibler autrement.

À lire aussi :
Les PME prennent le relais des grandes entreprises
Dany Bonneville, un «quêteux» professionnel
Trois manières d'attirer les dons des PME
Comment Plastiques Moore a mis sur pied une fondation
Les jeunes entrepreneurs s'invitent au musée

À la une

Pourquoi Taïwan est crucial pour votre entreprise

13/08/2022 | François Normand

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.