Les jeunes entrepreneurs s'invitent au musée


Édition du 28 Novembre 2015

Les jeunes entrepreneurs s'invitent au musée


Édition du 28 Novembre 2015

Par Claudine Hébert

Sans être en queue de peloton, l'art et la culture sont loin de figurer parmi les secteurs qui éveillent le plus la générosité des PME, contrairement aux services communautaires, à l'enfance, la jeunesse ou la santé. Selon la firme Épisode, la catégorie art et culture obtient 13 % des intentions de dons de la part des PME, loin derrière les services communautaires locaux (40 %).

À lire aussi :
Les PME prennent le relais des grandes entreprises
Dany Bonneville, un «quêteux» professionnel
Trois manières d'attirer les dons des PME
Comment Plastiques Moore a mis sur pied une fondation
La Mission Bon Accueil ouvre ses portes aux entreprises

La Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) réussit tout de même depuis deux ans à établir de fructueux partenariats avec des PME, comme le cabinet d'avocats BLG ou le détaillant Mondou, qui se spécialise dans les produits et services pour les animaux de compagnie. «Des entreprises qu'on n'aurait jamais cru pouvoir approcher», signale Danielle Champagne, directrice de la Fondation du MBAM.

Inspiré par l'art-thérapie

La recette ? «On s'inspire, entre autres, de l'art-thérapie», dit-elle. L'équipe du MBAM développe depuis plus de 15 ans des programmes et des expositions qui aident à rejoindre les secteurs privilégiés par les PME qui veulent faire un don. Le programme «Le Musée en partage» en est un exemple. Il a permis notamment de nouer une collaboration avec la Société Alzheimer de Montréal, qui aide actuellement à relier le Musée, ses expositions, ses collections, ses activités et une population de plus en plus isolée par la maladie dégénérative.

À ce jour, plus de 200 000 visiteurs ont bénéficié de ce programme d'art-thérapie. Parmi eux, des immigrants, des réfugiés, des personnes souffrant d'un problème de santé mentale, des personnes âgées à revenu modeste, des familles provenant de quartiers défavorisés et des personnes atteintes d'un handicap physique.

«Cette démarche, dont l'objectif est le mieux-être des individus, nous donne des outils additionnels pour approcher des entreprises qui ne se sont jamais senties interpelées par l'art auparavant», souligne Mme Champagne

C'est le cas de Mondou, qui présente jusqu'au 27 mars l'oeuvre vivante et éphémère de l'artiste français Céleste Boursier-Mougenot. Pour cette installation, il a transformé le Carré d'art contemporain du MBAM en véritable volière géante où 50 pinsons des steppes australiennes virevoltent, faisant jouer en s'y posant 14 guitares électriques installées sur des trépieds.

L'objectif est d'établir une formule gagnante avec les PME, dit la directrice. «Les gens ne se contentent plus de voir leur nom sur une plaque. Ils veulent faire quelque chose qui fera une différence au sein de la société.» La firme BLG, qui offre des séances de lecture dans les écoles défavorisées, contribue ainsi à amener ces mêmes jeunes à participer aux programmes et ateliers du musée réservés aux élèves du primaire.

Multiplier les cercles

Une autre formule pour attirer les PME consiste à offrir un produit à la hauteur de leurs dons. Le MBAM a été l'un des premiers musées du Québec à instaurer un cercle de jeunes philanthropes. Ce regroupement, créé en 2012, compte aujourd'hui plus de 400 personnes âgées de 25 à 45 ans, pour la plupart des professionnels. «Ces jeunes font notamment du bénévolat et organisent des événements. Les dons amassés par ce cercle servent à soutenir le programme d'art contemporain du MBAM», explique Mme Champagne.

Non seulement cette initiative permet au musée d'assurer la relève à son conseil d'administration, mais elle assure également, insiste la directrice de la fondation, la formation d'une nouvelle génération de grands donateurs et de collectionneurs.

Compte tenu du succès de ce cercle à «don abordable» - l'abonnement annuel coûte 250 $ -, le musée compte lancer dès janvier un cercle d'initiés VIP à l'intention des donateurs de PME à petits budgets. Ce nouveau cercle, dont l'accès coûtera de 250 $ à 5 000 $, fera, selon la valeur du don, bénéficier les donateurs de divers privilèges, comme des soirées privées inédites, des rencontres avec des artistes, voire un dîner avec Nathalie Bondil, la directrice de l'institution.

À lire aussi :
Les PME prennent le relais des grandes entreprises
Dany Bonneville, un «quêteux» professionnel
Trois manières d'attirer les dons des PME
Comment Plastiques Moore a mis sur pied une fondation
La Mission Bon Accueil ouvre ses portes aux entreprises

À la une

Comprendre ce qu'il y a sous le capot de l'IA avec Zetane

Il y a 4 minutes | Emmanuel Martinez

Zetane espère conquérir le monde avec ses outils qui permettent de tester et comprendre l’IA utilisée par ses clients.

Entreprise ne rime pas avec famille

Il y a 41 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Dire le contraire nuit aux employés, surtout à ceux qui peinent à respecter leurs limites.

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour le 02/10/2022 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.