D'itinérant à roi du poker

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

D'itinérant à roi du poker

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

Quelques semaines plus tard, David Baazov prenait l'avion pour aller rencontrer l'actionnaire récalcitrant en personne. L'actionnaire, jusqu'alors hésitant, s'est rangé derrière l'offre de Baazov et, quelque mois plus tard, la transaction était conclue. Avec l'acquisition de Chartwell en 2011, cette transaction transformait Amaya, alors surtout connue pour ses tables de jeu électroniques et sa solution de loterie par messages textes adoptée par des gouvernements africains, en une société de jeux en ligne. Les deux transactions n'étaient rien par rapport à celles qui s'en venaient.

En 2012, l'acquisition de l'américaine Cadillac Jack ancre fermement l'entreprise dans le créneau manufacturier. Aujourd'hui toutefois, Amaya cherche à se départir de Cadillac Jack. «Il est brillant et extrêmement opportuniste, soutient Neil Linsdell, d'Industrielle Alliance, un des premiers analystes à couvrir le titre d'Amaya. [...] Il voit des occasions qui avaient échappé à tout le monde.»

Le grand coup

Même si David Baazov vient à peine de boucler une transaction majeure, son appétit n'a pas diminué. En 2013, il veut prendre une bouchée d'une taille inédite, approchant cette fois le géant Rational Group qui, contrairement aux précédentes cibles d'Amaya, était une machine à imprimer de l'argent. Ses propriétaires, Isai Scheinberg et son fils Mark, ne le prennent pas au sérieux.

David Baazov, toutefois, ne cesse de les relancer. Lorsque le régulateur du New Jersey rejette l'application de Rational Group pour une licence en raison de l'association d'Isai Scheinberg à l'entreprise, le ton des propriétaires change. Cependant, le problème du financement de la transaction, au terme de laquelle la grenouille Amaya a avalé le boeuf Rational Group, demeure entier. Avec l'appui du fonds d'investissement Blackstone, David Baazov réussit à financer la transaction grâce à une émission d'actions de 2 G$ et des emprunts bancaires de 2,9 G$. Le niveau de risque assumé par les acteurs institutionnels est inédit dans le créneau des jeux de hasard en ligne. «David Baazov est dans la ligue majeure pour ce qui est de faire un montage financier complexe, soutient l'avocat Morden Lazarus. Il est une étoile pour les fonds d'investissement américains, car il a livré la marchandise dans le passé.» Même s'il fait aujourd'hui face à toute une commande, difficile de présumer de ce qui est possible et de ce qui ne l'est pas pour David Baazov.

À lire aussi:
Derrière la poker face de David Baazov

À la une

«Au secours, je n'ai plus une minute à moi!»

MAUDITE JOB! «Je suis toujours à la course, toujours en retard, toujours à bout de souffle. Vite, une solution!»

La croissance des États-Unis en 2021 au plus haut en 37 ans

Il y a 21 minutes | AFP

Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie mondiale a augmenté de 5,7% en 2021.

Début des essais sur les humains d'un vaccin contre le VIH utilisant l'ARN messager

Il y a 25 minutes | AFP

Cet essai dit de phase 1 sera réalisé aux États-Unis sur 56 adultes en bonne santé et séronégatifs.