D'itinérant à roi du poker

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

D'itinérant à roi du poker

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

Même s'il fait aujourd'hui face à toute une commande, difficile de présumer de ce qui est possible et de ce qui ne l'est pas pour David Baazov.

À lire aussi:
Derrière la poker face de David Baazov

L'ascension de David Baazov au sommet de l'industrie mondiale des jeux de hasard en ligne est un véritable conte de fées moderne. Lorsque son père, Joseph Baazov, arrive à Montréal, il n'a absolument rien. Juif orthodoxe d'origine géorgienne, il s'était établi en Israël, où David est né, avant d'arriver à Montréal. Il parvient néanmoins à envoyer ses enfants dans une école privée juive à Montréal. David Baazov, surdoué, s'y ennuie.

Lorsque, à l'âge de 16 ans, David Baazov décide qu'il perd son temps au Collège Dawson, son paternel l'expulse de la maison familiale, après quoi le jeune homme doit se débrouiller dans la rue, a dévoilé le magazine Forbes. Débrouillard, David Baazov réussit après quelques semaines à louer un appartement grâce au permis de conduire d'un de ses frères.

À l'époque, deux de ses frères sont déjà dans le domaine des affaires. La légalité de leurs activités est toutefois douteuse. Ceux-ci sont en effet impliqué dans différentes entreprises ayant fait l'objet de procédures entamées par la Saskatchewan Securities Commission et la Federal Trade Commission aux États-Unis, pour des affaires de fraudes téléphoniques au milieu des années 1990. Alors que les entreprises devaient vendre des services informatiques, Incentive International, notamment, aurait arnaqué des personnes âgées en leur faisant croire qu'elles avaient gagné un prix et qu'elles devaient payer des frais pour en prendre possession.

À lire aussi:
Derrière la poker face de David Baazov

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…