À surveiller: Dollarama, Uni-Sélect, et Banque Scotia

Publié le 25/05/2022 à 08:40

À surveiller: Dollarama, Uni-Sélect, et Banque Scotia

Publié le 25/05/2022 à 08:40

Par Dominique Beauchamp

Le pire de la pandémie passée, Dollarama devrait désormais profiter des consommateurs plus économes, croit une analyste. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de Dollarama, Uni-Sélect et Banque Scotia? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Dollarama (DOL.TO, 68,18 $): plus de ventes, moins de coûts au premier trimestre

Patricia Baker de Banque Scotia s’attend à un solide premier trimestre pour le détaillant, qui sera dévoilé le 8 juin, bien que ses prévisions s’avèrent légèrement inférieures au consensus.

L’analyste prévoit une hausse de 7,8% des revenus (à 1,029 milliard de dollars) et de 5,5% des profits bruts (à 425,8 M$) ainsi qu’un bond de 18,9% du bénéfice par action (à 0,44 $). Le consensus s’établit à 0,47 $ par action.

Le premier trimestre bénéficie de plusieurs facteurs, dont l’absence de toute restriction pandémique et des dépenses additionnelles engendrées un an plus tôt par la COVID-19. Patricia Baker rappelle que le marchand avait engagé des dépenses pandémiques de 18,3 M$ au premier trimestre de l’an dernier. L’Ontario avait notamment interdit la vente de marchandises non essentielles pendant cinq semaines.

Outre la hausse prévue de 3,2% des ventes par magasins comparables, 64 magasins de plus qu’il y a un an contribuent aussi à la croissance des revenus.

Les marges brutes déclineront légèrement de 0,90% à 41,4% au premier trimestre parce que le retour à la normale des habitudes d’achat se traduit par une plus grande proportion de marchandises moins rentables en proportion des ventes totales, explique l’analyste. La hausse des coûts de logistique et de transport joue aussi.

Par contre, les marges d’exploitation devraient s’améliorer de 86 points de pourcentage à 26,9% parce que l’augmentation des ventes totales éponge plus de coûts fixes qu’il y a un an.

Dollarama a bien géré les défis d’approvisionnement, de main-d’œuvre et d’inflation pendant la pandémie, ce qui témoigne de la résilience de son mode de fonctionnement, fait valoir l’analyste de Banque Scotia. Maintenant que l’inflation pince les consommateurs, le détaillant devrait aussi bénéficier de la «proposition de valeur» de ses magasins.

Graduellement, l’ajout des premiers articles à 5 $ l’unité en magasin devrait aussi aider le détaillant à surmonter les pressions sur ses marges brutes.

Patricia Baker réitère son cours cible de 79 $ et sa recommandation d’achat tout en signalant que l’entreprise a retourné 107 M$ de capital à ses actionnaires au premier trimestre par le rachat de 1,4 million de ses actions.

 

 

Uni-Sélect (UNS.TO, 29,82 $): le distributeur de pièces automobiles gagne un nouvel admirateur

Sur le même sujet

Deezer s'écroule pour ses premiers pas à la Bourse de Paris

09:01 | AFP

Paris — La plateforme française Deezer s'écroulait mardi matin pour ses premiers pas en Bourse, ...

Canopy Growth va échanger 255,4M$ de titres de dette en actions

Constellation détient actuellement près de 142,3 millions d’actions de Canopy.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour à 17:47 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les sociétés technologiques affichent moins de postes

Les start-up ont commencé à gérer leurs finances de manière plus serrée en raison de la débâcle du secteur à la Bourse.