À surveiller: Bombardier, Cascades et Lion Électrique

Publié le 05/08/2022 à 09:36

À surveiller: Bombardier, Cascades et Lion Électrique

Publié le 05/08/2022 à 09:36

Par Denis Lalonde

Lion Électrique (LEV, 6,89$, 5,37$US) : des résultats conformes aux prévisions

Le fabricant d’autobus et de camions électriques a livré des résultats du second trimestre conformes aux prévisions, mais doit toujours affronter des problèmes de chaîne d’approvisionnement, alors que l’attention à court terme reste centrée sur la capacité de l’entreprise à augmenter sa capacité de production.

Lion Électrique a livré 105 véhicules durant le trimestre, soit 90 autobus et 15 camions, pile sur la cible de l’analyste Rupert Merer, de la Financière Banque Nationale.

Le prix de vente moyen par véhicule de 281 000$ est par ailleurs supérieur à celui de 269 000$ de l’analyste, alors que les revenus de 29,5 millions de dollars (M$) sont relativement conformes à sa prévision de 28,2M$ (consensus des analystes à 30,6M$), en hausse de 77% sur un an.

Par contre, le coût moyen de fabrication de chaque véhicule s’est chiffré à 314 000$ durant la période, ce qui laisse entendre que chaque vente est effectuée à perte.

«Lion Électrique a vu ses coûts de fabrication grimper durant le trimestre en raison des problèmes d’approvisionnement et de la hausse de ses frais fixes. Cela fait en sorte que la perte brute du trimestre s’est chiffrée à 3,5M$, ce qui est inférieur au consensus des analystes (-0,7M$)», explique l’analyste qui misait sur une perte de 1,1M$.

Lion a aussi déclaré une perte avant intérêts, impôts et amortissement de 14,4M$, un peu moins élevée que celle de 14,8M$ attendue par Rupert Merer. Le consensus des analystes était toutefois un peu plus optimiste, lui qui prévoyait une perte de 10,2M$.

L’entreprise a malgré tout pu dévoiler un bénéfice par action de 0,19$, alors que le consensus des analystes prévoyait une perte de 0,06$, grâce à des charges moins élevées que prévu liées à la rémunération à base d’actions.

«Les inventaires sont à 151,7M$, en hausse par rapport à ceux de 144,7M$ à la fin du premier trimestre, en raison de la persistance de problèmes d’approvisionnement. Cela a forcé Lion à repousser l’assemblage final de certains véhicules», remarque l’analyste.

Lion a terminé le trimestre avec des liquidités de 83M$, un de plus que le prévoyait Rupert Merer.

Le carnet de commande de la société diminue, mais reste important à 2 357 véhicules (286 camions et 2071 autobus), ce qui constitue un recul de 3% par rapport au premier trimestre (286 camions et 2 136 autobus pour un total de 2 422 véhicules). «Les problèmes d’approvisionnement pourraient constituer un obstacle à l’obtention de nouvelles commandes, en raison de délais de livraison plus longs. Toutefois, une autre raison pourrait être liée à l’attente d’annonces gouvernementales qui viendraient bonifier les subventions à l’achat de véhicules électriques. Les commandes pourraient reprendre bientôt avec une augmentation du support gouvernemental», croit l’analyste.

Ce dernier conserve sa recommandation de «surperformance» sur le titre et son cours cible sur un an de 10$US.

 

Sur le même sujet

À surveiller: Bombardier, Dialogue et Nvidia

22/09/2022 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Bombardier, Dialogue et Nvidia? Voici quelques recommandations d’analystes.

«La dynamique est positive» pour Alstom, assure son PDG

22/09/2022 | AFP

Le constructeur ferroviaire Alstom digère plutôt bien son ancien concurrent Bombardier Transport, racheté début 2021.

À la une

Après Anglade, St-Pierre Plamondon plaide à son tour pour le vote stratégique

Il y a 15 minutes | La Presse Canadienne

«Est-ce qu’on devrait donner des pouvoirs absolus à François Legault ou est-ce qu’on veut des oppositions fortes?»

GES: les secteurs «gourmands» devront faire l'effort, dit Legault

Il y a 7 minutes | La Presse Canadienne

«Je veux qu’on aille plus vite» dans la réduction des émissions de GES industrielles, a-t-il dit en journée dimanche.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la transition énergétique

Édition du 21 Septembre 2022 | François Normand

La question de Patrick Decostre, président et chef de la direction de Boralex.