Le Parachute pour soutenir la santé mentale des entrepreneurs

Publié le 28/03/2024 à 14:32

Le Parachute pour soutenir la santé mentale des entrepreneurs

Publié le 28/03/2024 à 14:32

Par Emmanuel Martinez

«Le Parachute soutiendra nos entrepreneurs innovants dans leurs épreuves et cherchera à faire prendre conscience que leur santé est un atout stratégique», déclare le directeur général du MAIN, Louis-Félix Binette. (Photo: Tora Photography)

L’initiative Le Parachute qui a vu le jour dans la région de Québec afin d’améliorer la santé mentale des entrepreneurs innovants se déploiera partout dans la province.

Le gouvernement du Québec accorde 375 000 dollars au Mouvement des accélérateurs d’innovation (MAIN) pour que ce projet créé en 2020 par plusieurs organisations puisse s’étendre.

Le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant, souligne qu’en plus des défis qu’ils doivent surmonter dans le cadre de leur travail, les entrepreneurs ont vécu des années difficiles en raison de la situation économique depuis l’apparition de la crise de la COVID-19.

«Il est certain que plusieurs d’entre eux ne l’ont pas eu facile, a-t-il dit par communiqué. Je le dis souvent: la santé globale commence par une bonne santé mentale. Un milieu des affaires en santé commence donc par des entrepreneurs en bonne santé mentale. Je me réjouis de la mise en place de l’initiative Parachute et de l’engagement de ce réseau pour le bien-être psychologique des entrepreneurs d’ici.»

Le Parachute est un projet qui sensibilise les entrepreneurs à l’importance de la santé mentale et qui met sur pied des projets d’interventions comme la création de cercles de pair-aidance, des formations et des accès rapides à des services professionnels en santé mentale. Ce programme tente également de convaincre l’écosystème entrepreneurial que la santé psychologique doit être reconnue comme un actif plutôt qu’une source de risque.

Le directeur général du MAIN, Louis-Félix Binette, croit que ces efforts permettront à ceux qui subissent un échec de se relever.

«On sait d’avance que plusieurs échoueront, déclare-t-il. Or, il faut aussi s’assurer que ni le crash de ces entreprises ni la pression énorme qui pèse sur ceux et celles qui les portent n’empêchent les entrepreneurs qui osent continuer d’essayer avec la même fougue que lors de leur premier décollage. Le Parachute soutiendra nos entrepreneurs innovants dans leurs épreuves et cherchera à faire prendre conscience que leur santé est un atout stratégique aussi important pour leur réussite que le financement, les ressources d’accompagnement ou les actifs de propriété intellectuelle.»

L’aide monétaire du gouvernement du Québec s’additionne à celle de la Ville de Québec, où les activités de Parachute se poursuivront dans la région de la Capitale-Nationale.

Plusieurs études montrent que les entrepreneurs sont plus susceptibles de souffrir de dépression, d’idées suicidaires et autres problèmes de santé mentale. Par exemple, une étude réalisée l’an dernier pour la Banque de développement du Canada (BDC) révèle que 45% des propriétaires de PME sondés au pays ont affirmé avoir des ennuis de santé mentale, soit une hausse de sept points de pourcentage par rapport à 2022.

Sur le même sujet

Assurance pour fraude des employés

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Les fraudes contre les entreprises se complexifient, se réinventent, se multiplient.

Plan d'affaires: trois conseils incontournables

28/05/2024 | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «Je vois le plan d’affaires comme un conseiller indépendant.»

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour à 17:44 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes