Shopify: bénéfice de 657M$ au 4T

Publié le 13/02/2024 à 11:28, mis à jour le 13/02/2024 à 17:59

Shopify: bénéfice de 657M$ au 4T

Publié le 13/02/2024 à 11:28, mis à jour le 13/02/2024 à 17:59

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne/Sean Kilpatrick)

Ottawa — Shopify (SHOP) a terminé l'année 2023 avec une forte croissance des revenus et des bénéfices, même si les consommateurs continuaient d'être confrontés à l'inflation.

Le fournisseur de logiciels de commerce électronique établi à Ottawa a annoncé mardi un bénéfice de 657 millions de dollars américains (M$US) au quatrième trimestre, contre une perte de 623M$US US un an plus tôt.

L'entreprise, qui tient ses comptes en dollars américains, a déclaré que son chiffre d'affaires s'est élevé à 2,14 milliards de dollars américains (G$US) pour la période se terminant le 31 décembre, en hausse de 24 % par rapport aux 1,74G$US de l'année précédente.

Shopify a attribué cette augmentation au week-end du Vendredi fou et du Cyber lundi, ainsi qu'à la période des fêtes, dont beaucoup s'attendaient à ce qu'ils soient marqués par une plus grande prudence des consommateurs en matière de dépenses.

Or, les difficultés économiques ont peu pesé sur les ventes enregistrées par Shopify tout au long de la saison.

Le Super Bowl de Shopify

La période de quatre jours couvrant à elle seule le Vendredi fou et le Cyber lundi a généré 9,3G$US de ventes pour Shopify, soit une croissance de 24 % par rapport à l'année précédente, a indiqué Harley Finkelstein aux analystes.

Selon le président de la société, environ 61 millions de consommateurs dans le monde ont acheté auprès de marques utilisant Shopify, plus de 17 500 commerçants ont réalisé leur première vente au cours de la période des soldes du Vendredi fou et du Cyber lundi et plus de 55 000 commerçants ont connu leur journée de vente la plus élevée jamais enregistrée sur Shopify.

«Notre plateforme a traité 967 000 requêtes par seconde, ce qui équivaut à 58 millions de requêtes par minute, soit près de 80 % de plus que notre trafic de pointe il y a à peine deux ans», a déclaré M. Finkelstein.

Il compare depuis longtemps le Vendredi fou et le Cyber lundi au Super Bowl pour Shopify.

Avant la période de magasinage de cette année, il a déclaré à La Presse Canadienne qu'il s'attendait à ce que l'inflation, les taux d'intérêt élevés et les licenciements incitent les consommateurs à être plus intentionnels quant à ce qu'ils achètent.

«Je pense que ‘‘moins, mais mieux’’ sera probablement l'un des thèmes», avait-il déclaré à l'époque.

«Plus de qualité, moins de quantité, pas nécessairement acheter 15 pièces de produit, mais plutôt en acheter trois qui ont plus de sens pour vous», ajoutait-il.

Lorsque Statistique Canada a publié le mois dernier les ventes au détail de novembre, une baisse de 0,2 % a été constatée, ce qui a poussé certains économistes à déclarer que le mois avait été marqué par un recul du Vendredi fou.

Les revenus de Shopify montrent une autre histoire. Son bénéfice s'est élevé à 51 cents US par action diluée, en hausse par rapport à une perte de 49 cents US par action diluée au cours des trois derniers mois de 2022.

Sur une base ajustée, la société affirme avoir gagné 34 cents US par action diluée, en hausse par rapport au bénéfice ajusté de 7 cents US par action.

Cependant, les résultats ont fait chuter le cours de l'action de Shopify de 12,54 %, soit 15,04 $, pour clôturer à 104,85 $.

Les analystes, dont Daniel Chan, de TD Cowan, ont attribué cette baisse aux prévisions de l'entreprise. La société s'attend à ce que son chiffre d'affaires global augmente à un taux d'environ 20 % d'une année sur l'autre.

«Nous pensons que le titre est en baisse d'environ 12 % en raison d'une marge opérationnelle inférieure aux attentes au premier trimestre, alors que les investisseurs s'attendaient probablement à une expansion continue», a écrit M. Chan dans une note aux investisseurs.

«Compte tenu de la solide performance du cours de l'action et de la valorisation relative élevée, nous ne sommes pas surpris par la réaction du marché», a-t-il ajouté.

Expansion à l'international

Le trimestre a également montré que les revenus des solutions pour commerçants de Shopify ont augmenté à 1,62G$US, contre 1,34G$US un an plus tôt, stimulés par l'augmentation des ventes de ses commerçants. Le chiffre d'affaires des solutions d'abonnement s'est élevé à 525 millions de $, contre 400M$US.

Sur l'ensemble de l'année, Shopify a ajouté 35 % de commerçants supplémentaires en dehors de l'Amérique du Nord, a exposé M. Finkelstein. Ces marchands comprenaient la marque britannique de vêtements Boden et la société allemande d’articles ménagers Westwing.

«Il existe pour nous des opportunités d'aller au-delà de l'Europe. Bien sûr, nous avons parlé de l'Amérique latine et de l'Asie-Pacifique dans le passé, mais nous y voyons certainement de nombreuses opportunités», a déclaré M. Finkelstein.

«Je veux dire par là que nous avons conquis moins d'un pour cent de part de marché dans les ventes au détail mondiales, alors même que nos produits et nos zones géographiques se sont développés [...] Nous continuerons à nous concentrer sur l'international. Nous pensons que nous y sommes encore trop peu présents», a dit le président.

 

Tara Deschamps, La Presse Canadienne

 

Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Justin Trudeau sur l'Iran: «Nous soutenons le droit d'Israël de se défendre»

Il y a 46 minutes | La Presse Canadienne

Israël a fermé son espace aérien samedi en prévision des attaques iraniennes.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.