Le bitcoin dépasse les 50 000 dollars américains

Publié le 12/02/2024 à 13:30, mis à jour le 12/02/2024 à 13:30

Le bitcoin dépasse les 50 000 dollars américains

Publié le 12/02/2024 à 13:30, mis à jour le 12/02/2024 à 13:30

Par AFP

Le bitcoin a gagné près de 18% depuis le début de l'année, et s'est envolé de plus de 200% depuis janvier 2023. (Photo: 123RF)

Le bitcoin a dépassé lundi la barre des 50 000 dollars américains ($US) pour la première fois depuis plus de deux ans, alors que s'efface le contrecoup initial du lancement d'un nouveau type de placement indexé sur cette devise numérique, dans un contexte d'appétit pour le risque renouvelé.

Vers 17h30 GMT, le prix de la plus suivie des cryptomonnaies grimpait de 5,4% à 50 145,31$US, après avoir culminé plus tôt dans la séance à 50 327,56$US, un plus haut depuis décembre 2021.

Il a gagné près de 18% depuis le début de l'année, et s'est envolé de plus de 200% depuis janvier 2023.

La cryptomonnaie bénéficiait du retour de l'effet positif du lancement d'un nouveau produit d'investissement, un fonds indiciel (ETF) en bitcoins qui suit directement le prix de l'actif numérique.

Très attendu du secteur, les analystes s'attendaient à ce que ce placement d'un genre nouveau permette à une partie plus importante du grand public d'investir dans cette cryptomonnaie sans avoir à en détenir directement.

À la suite de l'approbation de ces ETFs par le gendarme des marchés américains, la SEC, le prix du bitcoin avait en conséquence grimpé à 49 021$US 11 janvier.

Un fonds existant appartenant au gestionnaire d'actifs Grayscale, et qui affichait plus de 28 milliards de dollars américains d'actifs avant le feu vert de la SEC, a notamment été converti en ETF.

Or, souhaitant encaisser leurs gains, certains clients du fonds de Grayscale ont décidé d'en retirer plusieurs milliards de dollars, faisant brièvement chuter la valeur du bitcoin.

Mais «comme prévu», «les sorties du fonds de Grayscale ont diminué après les deux premières semaines», note Matteo Greco, analyste pour l'entreprise d'investissement dans les actifs numériques et la fintech Fineqia.

Selon Victoria Scholar, analyste chez Interactive Investors, deux autres facteurs actuels «stimulent l'appétit pour le risque et la demande en cryptomonnaies».

En avril prochain, un évènement rare pourrait en effet contribuer à raréfier la quantité de bitcoins en circulation et donc à accroître leur valeur. Il s'agit du «halving» («réduction de moitié» en anglais), un phénomène technique qui consiste en la division par deux de la récompense des «mineurs» de bitcoins (ceux qui contribuent à la création des chaînes de blocs) et qui se produit environ tous les quatre ans.

Enfin, le bitcoin surfe aussi sur le renforcement des attentes de réduction des taux, en particulier de la Réserve fédérale (Fed). Cette perspective augmente la quantité de liquidités en circulation et incite les investisseurs à se tourner avantage vers des actifs comme le bitcoin.

Si le prix du bitcoin n'a pas retrouvé son plus haut absolu de novembre 2021, à près de 69 000$US, il est largement remonté depuis l'effondrement de ses cours fin 2022, dans la foulée de naufrages de plusieurs géants du secteur.

 

Sur le même sujet

L'abandon de «l'iCar» se répercutera-t-il sur le titre d'Apple?

Mis à jour le 12/04/2024 | Morningstar

Pourquoi Apple a abandonné son projet de véhicule autonome.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

OPINION Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 12 avril
Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street moins inquiète de l’inflation
Mis à jour le 11/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 11 avril
Mis à jour le 11/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Justin Trudeau sur l'Iran: «Nous soutenons le droit d'Israël de se défendre»

Israël a fermé son espace aérien samedi en prévision des attaques iraniennes.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.