Concurrence: l'Union européenne cible Apple, Alphabet et Meta

Publié le 25/03/2024 à 08:05

Concurrence: l'Union européenne cible Apple, Alphabet et Meta

Publié le 25/03/2024 à 08:05

Par AFP

L'Union européenne veut protéger l'émergence et la croissance de start-up et améliorer le choix offert aux utilisateurs. (Photo: 123RF)

La Commission européenne a lancé lundi cinq procédures contre Apple, Alphabet (Google) et Meta (Facebook, Instagram) soupçonnés d'infractions aux règles européennes de la concurrence, une première dans le cadre du nouveau règlement sur les marchés numériques (DMA).

Bruxelles dialogue depuis des mois avec les trois géants américains de l'internet pour les aider à préparer leur mise en conformité aux règles entrées en application début mars.

Après des années à courir en vain derrière leurs abus de position dominante avec une législation insuffisamment dissuasive, l'exécutif européen espère enfin s'être doté avec le DMA d'une arme suffisamment puissante pour les faire plier.

«Nous pouvons déjà observer des changements sur le marché. Mais nous ne sommes pas convaincus que les solutions proposées par Alphabet, Apple et Meta respectent leurs obligations», a déclaré lundi le commissaire européen au Numérique, Thierry Breton.

Le lobby de la tech, CCIA, a aussitôt dénoncé la «précipitation» de Bruxelles. Le lancement de ces enquêtes, 18 jours seulement après la date limite du 7 mars pour la mise en conformité, «risque de confirmer les craintes de l'industrie que le processus soit politisé».

L'Union européenne (UE) veut ouvrir enfin les marchés numériques, protéger l'émergence et la croissance de start-up en Europe et améliorer le choix offert aux utilisateurs.

Les procédures annoncées reprennent des griefs bien connus. L'exécutif européen espère les conclure dans un délai maximum de 12 mois.

La Commission ouvre ainsi une enquête contre Alphabet, soupçonné d'avoir exploité le quasi-monopole de son moteur de recherche Google pour favoriser, grâce à de meilleurs référencements, ses propres services de comparateurs de prix au détriment des concurrents dans la recherche d'hôtels, de billets d'avion ou d'autres biens de consommation vendus en ligne.

Google a déjà été condamné en 2017 à une amende de 2,4 milliards d'euros pour ce motif. Mais les remèdes proposés n'ont jamais été jugés satisfaisants.

Alphabet et Apple sont par ailleurs visés pour des restrictions dans leurs magasins d'applications Google Play et App Store. Selon la Commission, les deux groupes «limitent la capacité des développeurs à communiquer et promouvoir librement leurs offres et à conclure directement des contrats» avec les utilisateurs finaux, «notamment en imposant divers frais».

Sur ce dossier, Apple s'est déjà vu infliger début mars une amende de 1,8 milliard d'euros par la Commission, au terme d'une enquête ouverte en juin 2020 après une plainte de la plateforme de streaming musical Spotify.

 

Apple sous pression aux États-Unis

Jeudi, le gouvernement américain a également assigné Apple en justice pour pratiques monopolistiques en raison des contraintes fixées par le groupe californien aux développeurs d'applications.

Bruxelles a ouvert une autre procédure visant Apple soupçonné de ne pas avoir respecté l'obligation d'offrir aux utilisateurs un moyen de désinstaller facilement les applications par défaut sur le système d'exploitation iOS qui équipe ses célèbres iPhone.

La Commission craint en particulier que «la conception de l'écran de choix du navigateur web n'empêche les utilisateurs d'exercer véritablement leur choix» d'une alternative à Safari.

Meta, géant des réseaux sociaux, est lui visé pour manquement à la règle qui le contraint à demander le consentement des utilisateurs afin de pouvoir combiner des données personnelles, issues de ses différents services, à des fins de profilage publicitaire.

Pour se conformer, Meta a proposé aux utilisateurs de Facebook et Instagram un abonnement payant qui permet d'éviter d'être ciblé par la publicité. Mais s'ils souhaitent conserver un service gratuit, ils doivent consentir à livrer leurs données personnelles.

Bruxelles estime que ce choix «n'offre pas de véritable alternative».

La Commission va par ailleurs rassembler des informations sur le système de référencement d'Amazon, craignant qu'il ne favorise ses propres marques de produits sur son site de commerce électronique.

Elle va également se pencher sur le nouveau système de tarification d'Apple qui pourrait enfreindre son obligation de permettre des téléchargements d'applications sur des boutiques alternatives à son App Store.

S'estimant en conformité, les groupes Apple, Alphabet, Meta et Amazon ont néanmoins affirmé lundi qu'ils poursuivraient leur dialogue avec Bruxelles, dans des communiqués séparés.

Le nouveau règlement prévoit des amendes pouvant aller jusqu'à 20% du chiffre d'affaires mondial en cas d'infraction grave et répétée (contre 10% jusqu'ici).

Bruxelles s'est également doté d'un pouvoir de démantèlement des contrevenants, une arme de dissuasion et de dernier recours.

«Nous continuerons à utiliser tous les outils disponibles» en cas de non-respect des obligations du DMA, a affirmé la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager.

 

Sur le même sujet

À surveiller: Héroux-Devtek, Banque TD et Alphabet

24/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Héroux-Devtek, Banque TD et Alphabet? Voici des recommandations d’analystes.

À surveiller: Rogers, Meta et Alphabet

26/04/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Rogers, Meta et Alphabet? Voici des recommandations d’analystes.

À la une

Conduite autonome: c'est bien réel

EXPERT INVITÉ. Peu à peu, l’électronique est capable de prendre le contrôle de certaines situations.

La Bourse de Toronto en hausse en fin de matinée

Mis à jour il y a 32 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street est fermé lundi pour le congé du Memorial Day.

À surveiller: Apple, Microsoft et Gildan

10:22 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Apple, Microsoft et Gildan? Voici quelques recommandations d’analystes.