L’Alberta sous-estime ses émissions de méthane de près de 50%, selon une étude

Publié le 17/11/2023 à 16:37

L’Alberta sous-estime ses émissions de méthane de près de 50%, selon une étude

Publié le 17/11/2023 à 16:37

Par La Presse Canadienne

Ces résultats surviennent alors que le gouvernement fédéral prépare des réglementations pour contrôler la quantité de gaz rejetée dans l’atmosphère. (Photo: La Presse Canadienne)

Une étude réalisée par l’un des principaux laboratoires climatiques du Canada affirme que les émissions de méthane provenant du secteur énergétique de l’Alberta sont sous−estimées de près de 50 pour cent.

L’étude du laboratoire de recherche sur l’énergie et les émissions de l’Université Carleton indique également que le pétrole et le gaz produits dans la province émettent beaucoup plus de méthane pour l’énergie produite que dans d’autres instances comme la Colombie−Britannique.

Le méthane est un gaz à effet de serre considéré comme étant environ 80 fois plus puissant que le dioxyde de carbone dans les 20 années suivant sa libération. 

Ces résultats surviennent alors que le gouvernement fédéral prépare des réglementations pour contrôler la quantité de gaz rejetée dans l’atmosphère.

L’organisme de réglementation de l’énergie de l’Alberta a utilisé les chiffres de l’industrie pour déterminer que les émissions de méthane dans la province ont diminué de près de moitié depuis 2014.

Mais l’auteur principal de l’étude, Matt Johnson, affirme que le calcul ne signifie pas grand−chose si le chiffre de référence est erroné.

Les résultats du laboratoire ont été publiés dans la revue Communications Earth and Environment.

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Justin Trudeau sur l'Iran: «Nous soutenons le droit d'Israël de se défendre»

Israël a fermé son espace aérien samedi en prévision des attaques iraniennes.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.