Dollarama ne donnera pas plus d’espace aux aliments

Publié le 13/09/2023 à 09:21, mis à jour le 13/09/2023 à 18:43

Dollarama ne donnera pas plus d’espace aux aliments

Publié le 13/09/2023 à 09:21, mis à jour le 13/09/2023 à 18:43

Par La Presse Canadienne

Dollarama comptait 1525 magasins à la fin de son dernier trimestre, en hausse par rapport à 1444 un an plus tôt. (Photo: La Presse Canadienne)

Dollarama (DOL, 94,66$) n’a pas l’intention de donner plus de place à l’offre alimentaire dans ses allées, même si ses produits d’épicerie suscitent un engouement sans précédent dans un contexte de forte inflation alimentaire.

Au moment où la facture d’épicerie des ménages ne cesse d’augmenter, le détaillant montréalais est même devenu un sujet en vogue sur les médias sociaux où des influenceurs discutent de l’offre alimentaire chez Dollarama, constate son président et chef de la direction, Neil Rossy.

 

Lire aussi - Dollarama: résultats supérieurs aux prévisions de l'analyste de Stifel et du consensus

«Je sais que c’est la saveur du mois avec toutes ces affaires sur YouTube au sujet de l’épicerie et de Dollarama, dit le dirigeant lors d’une conférence téléphonique, mercredi, visant à discuter des résultats du deuxième trimestre. La réalité, c’est que nous n’avons pas agrandi notre section alimentaire (en magasin). Ça reste une petite partie de notre offre.»

Cette popularité se reflète dans les résultats de l’entreprise tandis que ses ventes comparables bondissent de 15,5% au deuxième trimestre clos le 30 juillet. Cet indicateur mesure la croissance des ventes en magasin en excluant les ouvertures et les fermetures.

L’achalandage est à la hausse avec une augmentation de 12,9% du nombre de transactions. Le montant moyen par transaction a progressé de 2,3%.

Le grand patron de Dollarama insiste toutefois pour dire que l’alimentation n’est pas l’unique source de cette croissance. «Il y a encore beaucoup d’activité dans les produits de consommation, mais nos fournitures de tout genre continuent de bien faire dans tous les départements.»

«Nous sommes satisfaits de l’espace qu’occupe chaque catégorie en magasins, ajoute-t-il. En fait, l’espace dédié pour chaque catégorie n’a pas tant changé au cours des deux dernières années.»

À un analyste qui a dit observer que le nombre d’articles ayant vu leur prix augmenté avait diminué récemment, M. Rossy a confirmé que l’entreprise observait une diminution de la pression inflationniste sur ses coûts. «Nous ressentons toujours de la pression inflationniste (au Canada), mais, du côté des importations, les coûts sont relativement stables et contrôlés.»

L’inflation alimentaire a atteint 9,8% en 2022, un sommet depuis 1981. L’augmentation des prix demeure élevée tandis que les prix des aliments ont augmenté de 7,8% en juillet dernier, sur une base annuelle, selon Statistique Canada.

Chef des finances recherché

L’entreprise n’a toujours pas choisi son nouveau chef des finances. Jean-Philippe Towner a annoncé en juillet qu’il quittait son poste à la fin du mois. Il occupera les mêmes fonctions chez Rona à la mi-octobre.

Les démarches pour lui trouver un remplaçant «avancent bien», assure M. Rossy. «Nous avons une équipe talentueuse pour jouer ce rôle dans l’intérim jusqu’à ce que nous fassions une annonce.»

Résultats supérieurs aux attentes

Dollarama a dévoilé, mercredi, des résultats supérieurs aux attentes des analystes et a bonifié ses prévisions pour le reste de l’exercice.

La société anticipe que les ventes comparables seront en hausse d’entre 10% et 11% au cours de l’exercice. La prévision précédente se situait dans une fourchette d’entre 5% et 6%. La direction réitère ses prévisions sur le nombre d’ouvertures de magasins, les dépenses et les marges.

Les investisseurs anticipaient de bonnes nouvelles, mais les résultats sont encore meilleurs qu’attendu, explique l’analyste Brian Morrison, de Valeurs mobilières TD. «Nous croyons que le marché anticipait des résultats supérieurs aux attentes et une bonification des prévisions, mais nous pensons que la révision excède cette attente.»

Son collègue Martin Landry, de Stifel, pense que la direction reste «prudente» dans ses prévisions. «Nous voyons un potentiel haussier tandis que Dollarama est sur une bonne lancée.»

Le détaillant a dévoilé un bénéfice net de 245,8 millions $, comparativement à un bénéfice de 193,5 millions $ à la même période l’an dernier. Le bénéfice ajusté par action s’établit à 86 cents. Les revenus, pour leur part, ont grimpé de près de 20% à 1,46 milliard $.

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient un bénéfice par action de 77 cents et des revenus de 1,4 milliard $, selon la firme de données financières Refinitiv.

Dollarama comptait 1525 magasins à la fin de son dernier trimestre, en hausse par rapport à 1444 un an plus tôt.

L’action de Dollarama gagne 4,94$, ou 5,53%, à 94,30$ à la Bourse de Toronto en après-midi.

 

Par Stéphane Rolland

 

Sur le même sujet

Canada Goose achète le fournisseur européen de tricots Paola Confectii

L'entreprise Paola Confectii est établie en Roumanie et a été un partenaire depuis le lancement de Canada Goose en 2017.

Shopify: les ventes du Vendredi fou dépassent celles de l’année dernière

Shopify indique que les entreprises utilisant son logiciel ont réalisé des ventes d’une valeur de 4,1 G$.

À la une

Décès de Charlie Munger, le bras droit de Warren Buffett

17:24 | AFP

«Berkshire Hathaway n’aurait pu devenir ce qu’il est aujourd’hui sans l’inspiration, la sagesse de Charlie.»

Le fascinant Charlie Munger

12/03/2014 | Bernard Mooney

BLOGUE. Si vous voulez un modèle dans votre vie d’investisseur, je vous recommande de suivre l’exemple de Charlie Munger

Les enseignements de Charlie Munger

Édition du 14 Mai 2016 | Recherche et rédaction : Jean Gagnon

Nous poursuivons notre série sur les enseignements des grands investisseurs. La méthode pédagogique est celle de ...