À surveiller: Aritzia, Savaria et Stelco

Publié le 14/07/2021 à 09:03

À surveiller: Aritzia, Savaria et Stelco

Publié le 14/07/2021 à 09:03

Par Dominique Beauchamp

Une boutique Aritzia au centre-ville de Montréal (Photo: Denis Lalonde)

Que faire avec les titres d Aritzia, Savaria et Stelco? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Aritzia (ATZ, 37,38$): les boutiques ont déjà retrouvé la productivité d’avant la pandémie

Déjà très enthousiaste à l’égard du détaillant griffé, Irene Nattel de RBC Marchés des capitaux relève ses attentes davantage après un solide premier trimestre et l’augmentation des objectifs de revenus pour 2022.

Aritzia a produit un trimestre supérieur aux prévisions malgré les fermetures et restrictions régionales imposées. Les revenus totaux ont grimpé de 121,1% à 246,9 M$ tandis que les ventes ont explosé de 243% aux États-Unis.

Cette performance est notable étant donné la fermeture de la moitié de ses boutiques canadiennes (34) pendant les deux-tiers de ce trimestre.

Les ventes en ligne continuent de progresser même si les boutiques ont retrouvé 99% de leur productivité d’avant la pandémie. Ces ventes virtuelles ont crû d’encore 18,6% alors qu’elles avaient explosé de 125% d’un an plus tôt. La pénétration du commerce en ligne a doublé de 20 à 42% depuis deux ans.

L’augmentation de 15,5% à 40,9 millions de dollars du bénéfice d’exploitation dépasse les prévisions et la barre de 35,3 M$ atteint avant la pandémie. Le bénéfice par action de 0,19$ correspond au consensus de 0,18$.

Stratégiquement, le marchand a augmenté ses stocks de 44% à 165 M$ afin de répondre à la demande refoulée et d’éviter des problèmes d’approvisionnement. Le détaillant a même fait appel au fret aérien afin d’éviter la congestion au port de Los Angeles et a fait livrer la marchandise directement aux entrepôts canadiens et américains.

Puisque les achats dépassent les prévisions, Aritzia ajuste la mise en marché en conséquence et prévoit tenir moins des soldes. «C’est signe que la société mûrit et raffine sa stratégie de commercialisation», écrit Irene Nattel.

Aritzia a relevé ses orientations pour 2022: les prévisions de revenus passent de 1,1 milliard de dollars à une fourchette de 1,15 à 1,2 G$. Par contre, les marges brutes resteront stables et les dépenses générales augmenteront en raison des investissements consacrés à l’amélioration des processus, des outils numériques et du capital humain.

Aritzia prévoit des dépenses en capital de 55 à 60 M$ qui iront entre autres à l’ouverture de 6 à 8 boutiques aux États-Unis et le repositionnement de 4 boutiques canadiennes et deux autres aux États-Unis.

Impressionnée par la performance du détaillant pendant la pandémie et le déconfinement, Irene Nattel augmente son cours cible de 36 à 40$. Malgré le potentiel d’appréciation de seulement 7%, l’analyste réitère sa recommandation d’achat.

Si Aritzia atteint le bénéfice projeté de 1,28$ projeté en 2023, elle aura accru sa rentabilité à un rythme annuel composée de 16% sur trois ans, en tête de son créneau.

À ses yeux, cette performance et le positionnement du détaillant justifient mérite un multiple de 28,5 fois les bénéfices prévus.

 

Savaria (SIS, 19,94$): des synergies plus graduelles de l’intégration d’Handicare

Sur le même sujet

À surveiller: Rogers, Aritzia, et MTY

Que faire avec les titres de Rogers, Aritzia et MTY? Voici quelques recommandations d'analystes.

À surveiller: Aritzia, Dorel et Lion Électrique

12/10/2021 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres d'Aritzia, Les Industries Dorel et Lion Électrique? Voici des recommandations d’analystes.

À la une

L'action de Shaw pourrait reculer si l'entente avec Rogers échouait, dit un analyste

Le cours de l’action de Shaw a reculé à environ 35,00 $ après qu’une lutte de pouvoir s’est installée au CA de Rogers.

C-B: Edward Rogers s'adresse à la Cour suprême pour faire valider son CA

Edward Rogers veut faire valider son CA. Sa mère et ses soeurs jugent le conseil illégitime.

La bataille pour le contrôle de Rogers se poursuit après une réunion controversée

Deux groupes prétendaient lundi avoir le contrôle de Rogers Communications.