À surveiller: Restaurant Brands, Nvidia et Canadian Tire

Publié le 07/11/2023 à 08:32

À surveiller: Restaurant Brands, Nvidia et Canadian Tire

Publié le 07/11/2023 à 08:32

Par Catherine Charron

Restaurant Brands International devrait continuer de bien s’en tirer même si les consommateurs tentent de faire des économies, croit Mark Petrie de CIBC Marché des capitaux. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de Restaurant Brands International, Nvidia et Canadian Tire? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Restaurant Brands International (QSR, 67,80$US): l’appétit pour ses plats devrait demeurer

Restaurant Brands International devrait continuer de bien s’en tirer même si les consommateurs tentent de faire des économies, croit Mark Petrie de CIBC Marché des capitaux après avoir consulté ses résultats trimestriels.

Selon lui, ses comptoirs de restauration rapide sont en partie épargnés par la révision des budgets discrétionnaires, et ce, même si la croissance de ses ventes pour un même magasin comparable a ralenti au dernier trimestre.

En effet, les Burger King américains et ceux de sa division internationale, de même que les Tim Hortons, n’ont pas atteint les cibles que l’analyste avait fixées, quoique la bannière derrière les Timbits a atteint celles du consensus. Ainsi, alors que l’appétit pour ses burgers s’essouffle, ses pairs dépassent les prévisions, souligne Mark Petrie.

Ce dernier rappelle que depuis le début de la pandémie, le taux de croissance des ventes pour un magasin comparable de Restaurant Brands est loin de celui de ses pairs, mais l’écart se résorbe progressivement. Elle a toutefois su mieux s'en tirer qu'eux en matière de dépenses d’exploitation et de conversion de ses flux de trésorerie libre, précise-t-il.

Au cours du prochain trimestre, l’entreprise devrait sortir 35 millions de dollars américains (M$US) de l’enveloppe de 120M$US que l’entreprise a dédiés à son initiative de marketing «Fuel de Flame». Elle ne l’a pas touché au troisième trimestre, observe l’analyste.

De plus, la plupart des 400M$US de son opération «Reclaim the Flame» annoncée en 2022 afin de mousser les ventes de Burger King devraient être dépensés à partir du début de 2024. L’entreprise compte mener des travaux majeurs et revamper près de 10% de ses restaurants américains.

Afin de tenir compte de ce ralentissement de son taux de croissance des ventes d’un même magasin comparable, mais aussi de la reprise de vitesse qui devrait résulter des investissements à venir en 2024 et en 2025, Mark Petrie a donc révisé ses attentes à l’égard du titre.

Son bénéfice par action ajusté en 2023 et 2024 est donc respectivement passé de 3,30$ à 3,26$, et de 3,69$ à 3,57$. Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement, de son côté, a glissé pour ces deux mêmes périodes de 2610M$US à 2581M$US, et de 2810M$US à 2772M$US.

En 2025, son bénéfice par action devrait avoisiner les 4,13$US, tandis que le BAIIA atteindra 3048M$US.

Lors du dévoilement de ses résultats, Restaurant Brands a révélé qu’elle avait racheté pour 350M$US d’actions depuis le troisième trimestre, rapporte l’analyste. La nouvelle l’a étonné, mais il demeure convaincu que l’entreprise parviendra à réduire son effet de levier l’an prochain. D’après lui, il devrait atteindre un multiple de 4,3x d’ici la fin de 2024, et de 3,7x en 2025.

La rentabilité de ses franchises sera névralgique pour sa croissance, d’après l’analyste qui sera particulièrement attentif à la mise à jour que devrait en faire l’entreprise lorsqu’elle dévoilera ses résultats au quatrième trimestre.

Lui accordant une recommandation de «surperformance de secteur», Mark Petrie réduit néanmoins le cours cible attendu, misant dorénavant sur 82$ et non 85$.

L’entreprise devra toutefois accroître son nombre d’établissement de 5% l’an prochain pour que l’analyste «maintienne ou augmente sa valorisation», précise-t-il dans sa note.

Nvidia (NVDA, 450,05$US): difficile d’apprécier les conséquences des restrictions à venir

Sur le même sujet

À la une

Décès de Brian Mulroney, le «p'tit gars de Baie-Comeau»

Mis à jour à 19:34 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Sa fille Caroline en a fait l'annonce sur le réseau social X, jeudi en fin de journée.

La relance d'un journal: «On était cowboys, on n'avait peur de rien»

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Au début des années 1980, «Les Affaires» devient en un an un incontournable du milieu des affaires.

Ce qu'en disent nos lecteurs...

Édition du 21 Février 2024 | Les Affaires

SPÉCIAL 95 ANS.  «Il y a eu une promotion en 1977 au cégep de Trois-Rivières et je le lis depuis bientôt 47 ans...»