À quoi bon additionner les employés talentueux?

Publié le 17/11/2014 à 06:09

À quoi bon additionner les employés talentueux?

Publié le 17/11/2014 à 06:09

Compter sur trop de talents à la fois ne rime à rien... Photo: DR

Quel est le rêve de tout manager, pour ne pas dire de tout chef d'entreprise? D'avoir dans ses rangs les meilleurs des meilleurs. Oui, de pouvoir compter sur la crème de la crème, soit sur les employés les plus talentueux dans leur domaine. Pas vrai?

Et c'est comme ça que l'on se trouve aujourd'hui en pleine guerre des talents : les entreprises s'arrachent les jeunes diplômés les plus prometteurs et offrent des ponts d'or aux employés de leurs concurrents qui font des étincelles. Une guerre féroce, une guerre impitoyable, une guerre tous azimuts. Une guerre née de ce qu'on appelle "la pénurie de talents", due au fait que nous vivons actuellement une mutation générationnelle (les baby-boomers partent massivement à la retraite tandis que les Y et les C arrivent sur le marché du travail, nettement moins nombreux que leurs prédécesseurs).

Découvrez mes précédents billets

Ma page Facebook

Mon compte Twitter

Et mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

Mais voilà, j'ai une question qui dérange : les entreprises ont-elles raison de se livrer à une telle guerre? Dit autrement, est-il pertinent de chercher à additionner les talents au sein de son organisation, dans l'espoir de monter ainsi une équipe du tonnerre? Cette interrogation m'a longtemps taraudée, car je pressentais qu'il ne suffisait pas de mettre ensemble les meilleurs pour que la magie se produise. Mais sans pouvoir appuyer mon intuition sur quoi que ce soit de solide.

Vous comprendrez donc ma joie à la découverte d'une étude intitulée The too-much-talent effect: Team interdependence determines when more talent is too much versus not enough. Une étude signée par : Roderick Swaab, professeur de comportement organisationnel à l'Insead à Paris (France), assisté de son étudiant Michael Schaerer; Richard Ronay, professeur de psychologie à l'Université libre d'Amsterdam (Pays-Bas); et Adam Galinsky, professeur de management à Columbia (États-Unis), assisté de son étudiant Eric Anicich.

Les cinq chercheurs ont eu une idée géniale pour évaluer l'impact de l'addition de personnes talentueuses au sein d'une équipe. Ils se sont en effet intéressé au sport. Plus précisément au soccer et au basketball.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...