La semaine de 4 jours, l'essayer c'est l'adopter (ou presque)

Publié le 23/02/2024 à 08:29, mis à jour le 23/02/2024 à 14:48

La semaine de 4 jours, l'essayer c'est l'adopter (ou presque)

Publié le 23/02/2024 à 08:29, mis à jour le 23/02/2024 à 14:48

Par Catherine Charron

Des chercheurs britanniques ont mis à jour les résultats de leur étude à grande échelle de 2022. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l’on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Il faut croire qu’essayer la semaine de quatre jours, c’est l’adopter : parmi les 61 entreprises qui ont participé en 2022 à l’étude britannique sur ce nouveau mode de travail, 54 l’ont maintenu en place.

C’est ce que l’équipe d’Autonomy, un des instituts de recherche qui ont participé à cette grande enquête, a dévoilé dans une mise à jour de ses résultats publiés en 2023 diffusée le 21 février 2024. Les chercheurs tentaient notamment de comprendre comment faire perdurer une telle politique, et apprécier les résultats à long terme de ces semaines de travail écourtées.

«Mettre en place une telle politique, ce n’est pas la même chose que de la maintenir», souligne-t-on dans le rapport d’une cinquantaine de pages.

Ainsi, seules cinq organisations ont mis un terme à la politique.

Parmi les 28 participantes qui ont accepté de participer à cette seconde enquête plus approfondie dont la collecte de données s’est échelonnée de novembre à décembre 2023, 82% des dirigeants rapportent des bénéfices sur le bien-être des employés, et la moitié disent que leur taux de roulement s’est atténué.

Le tiers ajoutent que la semaine de travail de quatre jours a même facilité leur recrutement.

Dans un deuxième sondage, cette fois-ci avec des employés de 47 des 61 organisations du projet pilote de 2022, les chercheurs notent que les retombées positives observées en 2023 perdurent. Aussi, la satisfaction à l’égard de l’emploi est encore supérieure à celle enregistrée avant qu’une journée ne soit retranchée.

 

Toutes les approches ne s'équivalent pas

Rappelons qu’en 2022, 61 entreprises britanniques de toutes tailles et de différents secteurs d’activité ont réduit leurs heures de travail de juin à décembre afin d’en observer les retombées à grande échelle.

Près d’un an et demi plus tard, c'est chez celles qui ont veillé à ce que cette transition soit «claire» et «bien communiquée» que les chances sont les plus grandes que la politique soit toujours implémentée, notent les chercheurs.

Pour que la baisse du niveau d’épuisement professionnel et le meilleur équilibre de vie persistent, les entreprises se sont fait un devoir de réviser leur utilisation des réunions, leurs pratiques de communications, et l’établissement de leur priorité.

La cocréation avec les employés semble être un précieux outil pour que l’expérience soit couronnée de succès.

D’après la mise à jour, ce sont les journées de congé décalées, afin d’assurer une prestation de service 5 jours sur 5 qui semblent l’approche la plus prometteuse pour pérenniser la semaine de quatre jours : 95% des entreprises qui ont adopté ce modèle (36% des participants) se sont engagé à le maintenir.

Bien que l’échantillon de 28 entreprises soit mince, les chercheurs notent qu’il n’y a aucun modèle entièrement identique, chacune ayant adapté la semaine de quatre jours à sa sauce. Cependant, certaines approches semblent moins efficaces que d’autres.

Ce sont les entreprises qui n’ont pas complètement embrassé ce changement d’horaire qui sont les moins susceptibles d'avoir pérennisé la politique et de rapporter des bénéfices.

Certaines ne permettent par exemple pas à leurs employés de s’éclipser du bureau le vendredi s’ils n'ont pas atteint leurs objectifs.

Une telle approche ne permet pas de réellement profiter de cette journée de congé, constatent les chercheurs. Ça peut même aller jusqu’à décourager les employés de se prévaloir de ce jour de repos supplémentaire, ont-ils observé. «Des répondants disent être stressés ou ne pas réellement parvenir à déconnecter, sachant qu’ils pourraient être rappelés au boulot si nécessaire».

 

 

Télétravailler ou ne pas télétravailler, telle est la question qui cause des émois dans bien des entreprises.

Partagez votre opinion avec nos lecteurs en remplissant ce formulaire.


Sur le même sujet

Sommet Climat Montréal: n’oublions pas les humains dans la transition

Mis à jour le 12/04/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. C’est là l’une des réflexions que les participants du Sommet Climat Montréal seront invités à faire.

Gestionnaires, ne devenez pas une poupée ventriloque

Mis à jour le 10/04/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Certains cadres prennent la mauvaise habitude de se cacher derrière les messages de la haute direction.

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.