Recyclage d'aluminium: Rio Tinto amorce son plan de transition

Publié le 12/02/2024 à 14:06

Recyclage d'aluminium: Rio Tinto amorce son plan de transition

Publié le 12/02/2024 à 14:06

Par Trium Médias

Le président du Syndicat national des employés de l’aluminium Arvida, Donat Pearson, et la directrice générale des Opérations Québec pour Rio Tinto Aluminium. (Photo: André Deschênes)

Rio Tinto a annoncé la semaine dernière le lancement d'un plan de transition visant à remplacer la production des anciennes cuves d’électrolyse de son aluminerie d'Arvida par la technologie de pointe AP60 et son centre de recyclage d’aluminium.

Cette modernisation permettra de fournir à ses clients un métal à plus faible teneur en carbone, tout en apportant des améliorations sur le plan environnemental.

«Nous enclenchons le processus de transition de l’usine Arvida, et la fermeture graduelle de ses six salles de cuves, a mentionné Stéphanie Gignac, directrice générale des Opérations Québec pour Rio Tinto Aluminium. La salle de cuves 45 cessera toute activité en avril prochain. D’autres gestes concrets seront mis en application, des cheminées seront démantelées, et la moitié des salles de cuves devraient être arrêtées d’ici la fin de 2025.»

Selon Rio Tinto, la transition amènera des répercussions positives et significatives sur l’environnement.

«Juste en fermant la salle 45, on constatera une diminution des émissions de 15 à 20%. Et lorsque les trois salles de cuves seront fermées en 2025, on parlera alors d’une diminution de plus de 50%. La technologie d’électrolyse AP60 génère la moitié moins de gaz à effet de serre par tonne d’aluminium que la technologie actuellement présente à Arvida et sept fois moins que la moyenne de l'industrie, lorsqu'elle est combinée à l'utilisation d'hydroélectricité, comme dans les opérations de Rio Tinto au Canada.»

 

Réaffectations

La mise en service de la nouvelle usine AP60, du centre de recyclage et d'autres projets dans les installations régionales de Rio Tinto nécessiteront des réaffectations pour des employés de l'usine à compter de 2025.

Le président du Syndicat national des employés de l’aluminium Arvida (SNEAA), Donat Pearson, parle d’une transition harmonieuse. «D’habitude, quand on parle de fermeture, ce n’est pas une bonne nouvelle. Mais là, ça se passe bien. Le gouvernement nous permet d’avoir une transition qui se passera sur plusieurs années, pour que nos pères et mères de familles poursuivent leur emploi.»

«Ce qu’on vise, c’est aucune perte d’emplois. Y a des travailleurs qui ont des statuts plus temporaires. Mais avec les besoins qu’il y a, avec la transition qui maintient les vieilles salles de cuves et de démarrer le projet de F 150 (centre de recyclage), et éventuellement d’avoir de la formation pour l’AP60, je pense qu’il y a moyen de placer tout notre monde à travers la transition. On mettra tous les efforts nécessaires pour que ce soit une transition harmonieuse», poursuit-il.

Le démarrage des nouvelles installations devrait avoir lieu en 2026, avec la complétion de l’ensemble des démarrages de cuves. Le coût actuel du projet AP60 est estimé à 1,4 milliard de dollars.

 

Par André Deschênes, Collaboration CKAJ 92,5

Sur le même sujet

Une communauté autochtone exige des réponses de Rio Tinto

Mis à jour le 25/03/2024 | Trium Médias

L'émission «Enquête» a exposé plusieurs constats environnementaux préjudiciables mettant en cause l'entreprise.

ESG+A: la nouvelle norme des grandes entreprises

18/01/2024 | Ken Rock

Des entreprises adoptent une norme ESG+A. Le «A» y symbolise l'Autochtone, afin de souligner cette dimension.

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Justin Trudeau sur l'Iran: «Nous soutenons le droit d'Israël de se défendre»

Il y a 49 minutes | La Presse Canadienne

Israël a fermé son espace aérien samedi en prévision des attaques iraniennes.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.