Des médias font pression pour pouvoir diffuser les procès de Donald Trump

Publié le 11/08/2023 à 16:34

Des médias font pression pour pouvoir diffuser les procès de Donald Trump

Publié le 11/08/2023 à 16:34

Par La Presse Canadienne

Le propre avocat de Donald Trump, John Lauro, a admis qu’il apprécierait une couverture en direct. (Photo: La Presse Canadienne)

Washigton — Donald Trump aime être à la télévision. Mais le moment le plus dramatique de sa carrière politique, son procès dans la capitale américaine pour avoir tenté de renverser les résultats d’une élection démocratique, devrait se dérouler hors du regard des caméras.

Un nombre croissant de voix, y compris de la propre équipe de défense de l’ancien président, espère convaincre le juge en chef de la Cour suprême des États-Unis de changer cela.

«Le public a non seulement le droit, mais aussi le besoin de voir ce qui se passe dans cette salle d’audience», a déclaré Dan Shelley, président et chef de la direction de la Radio Television Digital News Association (RTDNA). La seule façon pour que le public ait un minimum de confiance dans l’issue de l’affaire est de pouvoir la voir et l’entendre de ses propres yeux et oreilles.»

La RTDNA défend les journalistes américains de la radiodiffusion depuis 1946, la même année où le système judiciaire américain a interdit pour la première fois la photographie ou la diffusion pendant les procédures pénales fédérales.

L’association prévoit de diriger une coalition pour demander à la Conférence judiciaire, un bras décisionnel présidé par le juge en chef de la Cour suprême, John Roberts, de faire une exception pour Donald Trump.

La Haute Cour a commencé à diffuser en direct l’audio des arguments en 2020, au plus fort de la pandémie de COVID-19. Le juge Roberts a choisi l’année dernière de laisser la fonctionnalité en place même après la réouverture des portes de la salle d’audience au public.

«Ce n’est pas trop difficile de faire passer de cela à la vidéo, estime Dan Shelley.

«Mais il semble y avoir quelque chose dans l’ADN de la justice fédérale, en particulier la plupart sinon la totalité des neuf membres en exercice de la Cour suprême des États-Unis, qui pensent que ce serait un pas trop loin. Et cela n’a aucun sens logique pour nous».

Le propre avocat de Donald Trump, John Lauro, a admis qu’il apprécierait une couverture en direct. Et un groupe de démocrates au Congrès veut également que les caméras soient autorisées à la fois au procès de Washington et au procès concernant des documents classifiés qui se déroule en Floride.

Le temps semble être un facteur essentiel: les procureurs de Washington ont proposé jeudi que le procès de Donald Trump commence dès le 2 janvier de l’année prochaine pour «justifier le vif intérêt du public» pour un procès rapide.

«Compte tenu de la nature historique des accusations portées dans ces affaires, il est difficile d’imaginer une circonstance plus puissante pour les procédures télévisées», ont écrit les 38 démocrates, dont le représentant californien Adam Schiff, à la conférence.

«Pour que le public puisse accepter pleinement les résultats, il sera d’une importance vitale qu’il soit témoin, aussi directement que possible, de la manière dont les procès se déroulent, de la force des preuves présentées et de la crédibilité des témoins.»

Ce n’est que la dernière étape d’un long voyage sinueux qui a donné naissance à un paysage disparate à travers les États-Unis, allant des réseaux qui offrent une couverture en direct des procès pour meurtre dans les États aux salles d’audience fédérales où même les téléphones portables sont interdits.

Le Canada plus réservé pour les caméras

Tout a commencé dans les années 1930 avec le procès de Richard Hauptmann, qui a été reconnu coupable de meurtre au premier degré et condamné à mort dans l’affaire sensationnelle d’enlèvement du fils de 20 mois du célèbre pilote d’avion Charles Lindbergh.

«Le procès Lindbergh est souvent considéré comme le moment décisif où les caméras ont été chassées des tribunaux», a expliqué Mary Angela Bock, professeure de journalisme à l’Université du Texas à Austin.

«Il a fallu attendre le milieu du XXe siècle pour que divers systèmes judiciaires de certains États autorisent le retour des caméras à différents niveaux, mais les tribunaux fédéraux y ont résisté à chaque étape du processus.»

C’est loin d’être le cas au Canada, un pays qui n’a fait qu’effleurer la présence des caméras dans les salles d’audience — à l’exception de la Cour suprême, qui diffuse en direct les plaidoiries qui sont ensuite retransmises sur la Chaîne d’accès parlementaire canadienne.

«Le Canada a toujours été, du moins au niveau judiciaire, plus mesuré», a déclaré Janice Tibbetts, professeure de journalisme à l’Université Carleton à Ottawa, qui donne un cours sur la couverture du système juridique canadien.

«La profession d’avocat au Canada est généralement assez conservatrice. Et ils ont fortement plaidé contre le potentiel d’entraver un procès équitable… donc je ne pense pas que vous allez voir la télévision judiciaire canadienne de sitôt.»

Il existe des arguments convaincants pour garder les caméras à l’extérieur des palais de justice, a noté Janice Tibbetts, notamment la protection des témoins et des victimes, la garantie de l’intégrité de leur témoignage et le découragement des avocats de la démagogie.

«Il y a toutes ces choses qui peuvent vraiment changer la façon dont un procès se déroule parce qu’il y a des caméras pour le filmer.»

Égalité de traitement

Mary Angela Bock a par ailleurs souligné que modifier les règles pour un seul accusé risquerait de mettre en péril l’un des principes les plus intouchables du système judiciaire: l’égalité de traitement devant la loi.

«L’essence de cette affaire fédérale particulière est qu’il n’est pas au-dessus de la loi et doit donc être traité comme tout le monde», fait-elle valoir.

Il est rare que l’ampleur même d’un procès modifie le fonctionnement du système judiciaire. Mais poursuivre un ancien président américain — sans parler d’un aussi franc que Donald Trump — s’avère déjà sismique.

«Ce procès pénal est mené au nom du peuple des États-Unis», a écrit Neal Katyal, ancien solliciteur général par intérim et avocat plaidant décoré de Washington, la semaine dernière dans le Washington Post.

«Ce sont nos impôts. Nous avons le droit de le voir. Et nous avons le droit de nous assurer que les colporteurs de rumeurs et les théoriciens du complot ne contrôlent pas le récit.»

Neal Katyal, qui a plaidé plusieurs affaires devant la Haute Cour et a même travaillé pour le juge Roberts à la faculté de droit, plaide publiquement pour la télédiffusion du procès depuis que l’acte d’accusation de Washington a été rendu public.

Et bien qu’il ne soit pas directement impliqué dans les efforts de la RTDNA, il promet d’être un puissant allié.

«Je pense que sa voix est très proéminente et importante, a déclaré Dan Shelley. Bien qu’il ne soit pas impliqué directement dans notre coalition, pour autant que je sache, nous travaillons certainement vers le même objectif.»

À New York, où Donald Trump fait face à des accusations liées à un prétendu stratagème de pots-de-vin qui s’est déroulé pendant sa campagne de 2016, une mesure autorisant les caméras a fait son chemin au Sénat de l’État.

Quoi qu’il arrive, les téléspectateurs du monde entier ont probablement une chance de plus de voir un procès de Donald Trump se dérouler à la télévision.

Le défilé des actes d’accusation contre Donald Trump n’est pas tout à fait terminé, et les médias suggèrent que de nouvelles accusations pourraient être imminentes en Géorgie, un État qui est depuis longtemps réceptif à autoriser les caméras à l’intérieur de ses salles d’audience.

James McCarten, La Presse Canadienne

Sur le même sujet

La possible élection de Donald Trump préoccupe Kruger Énergie

31/01/2024 | François Normand

S'il est élu, Trump compte favoriser les hydrocarbures au détriment des producteurs d'énergies vertes aux États-Unis.

Trump remporte la primaire républicaine du New Hampshire, devant Nikki Haley

Mis à jour le 23/01/2024 | AFP

L'ex-président fait ainsi un pas supplémentaire vers l'investiture de son parti pour la présidentielle de novembre.

À la une

Bourse: vendre ou ne pas vendre, telle est la question!

Il y a 11 minutes | Pierre Théroux

SE LANCER EN BOURSE. Acheter des actions est relativement facile, mais les vendre c'est une autre paire de manches.

Deux producteurs de graphite du Québec dénoncent la concurrence chinoise

Il y a 41 minutes | François Normand

La North American Graphite Alliance exhorte Washington d’imposer des tarifs sur des importations chinoises de graphite.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Il y a 33 minutes | La Presse Canadienne

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.