Avenir incertain: la Fonderie Horne a des cibles à atteindre, rappelle la CAQ

Publié le 14/02/2024 à 11:22, mis à jour le 14/02/2024 à 15:25

Avenir incertain: la Fonderie Horne a des cibles à atteindre, rappelle la CAQ

Publié le 14/02/2024 à 11:22, mis à jour le 14/02/2024 à 15:25

Par La Presse Canadienne

Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, a rappelé, mardi matin, que Glencore a des obligations à respecter et qu’elle doit atteindre les différentes cibles d’émissions de polluants si elle veut continuer à opérer sa fonderie à Rouyn−Noranda. (Photo: La Presse Canadienne)

Le dossier de la Fonderie Horne à Rouyn−Noranda prend de nouveau une tournure politique après que Radio−Canada a dévoilé que le conseil d’administration de Glencore devait se réunir prochainement pour décider de l’avenir de la fonderie, alors que le coût estimé de la réduction des émissions d’arsenic aurait augmenté de 50%. 

Le ministre de l’Environnement a rappelé, mardi matin, que Glencore a des obligations à respecter et qu’elle doit atteindre les différentes cibles d’émissions de polluants si elle veut continuer à exploiter sa fonderie à Rouyn−Noranda.

Benoit Charette réagissait aux informations selon lesquelles Glencore songerait à fermer la Fonderie Horne si les investissements pour atteindre les cibles de qualité de l’air sont trop élevés.

«Ce n’est pas une question d’investissement, c’est une question de résultats» et «il faut ces investissements−là pour les atteindre», a indiqué le ministre.

En évoquant les «résultats», le ministre faisait référence à la cible d’émission d’arsenic de 15 nanogrammes par mètre cube d’air (ng/m3), un seuil que doit atteindre l’entreprise en 2027 et qui a été établi par les autorités québécoises de santé publique ainsi que le ministère de l’Environnement.

Afin d’atteindre ce seuil, Glencore a présenté un plan de 500 millions de dollars (M$) à l’été 2022.

Or, selon Radio−Canada, les investissements estimés auraient augmenté de 50%, ce qui forcerait les propriétaires de l’entreprise à considérer la fermeture de la fonderie.

La fermeture de la fonderie serait «majeure», a indiqué le député caquiste d’Abitibi−Est, Pierre Dufour, en faisant référence aux pertes d’emplois et aux conséquences sur les autres entreprises, comme l’affinerie CCR, située à Montréal−Est, qui redonnent une deuxième vie aux métaux, comme le cuivre, recyclés par Glencore.

Il a toutefois appelé à rester prudent quant aux informations publiées mardi.

«Il faut faire attention, vous savez, il y a des jeux de négociations là−dedans, possiblement», a signalé le député.

Glencore a discuté de la situation avec le gouvernement

Appelée à réagir, Glencore a transmis un communiqué aux médias en milieu d’après−midi.

L’entreprise a souligné qu’elle a rencontré le gouvernement dans les dernières semaines afin de discuter de son projet de réduction des émissions de métaux lourds dont les coûts ont été «significativement révisés».

«Comme toute entreprise qui s’apprête à investir de telles sommes, nous voulons nous assurer d’avoir un environnement stable et une prévisibilité quant aux futures conditions d’opération, et ce, à moyen et long termes», peut−on lire dans le communiqué.

Il est également écrit «qu’une nouvelle étape d’approbation de la maison−mère est requise, pour valider le portrait global du projet, incluant les investissements requis et les risques associés».

 

L’opposition attaque la CAQ 

À Québec, l’opposition s’en est pris au parti au pouvoir et l’a mis en garde de ne pas venir en aide financièrement à la multinationale.

«J’espère que la CAQ ne cédera pas à ces menaces et ne fera pas encore plus de courbettes», a indiqué Émilise Lessard−Therrien, co−porte−parole de Québec solidaire.

Elle a souligné que «personne ne souhaite la fermeture de l’entreprise» et que «ce qu’on veut, c’est qu’elle respecte les normes comme ailleurs dans le monde».

Elle a également noté par communiqué que «le fédéral et le gouvernement du Québec ont allongé des millions de dollars pour soutenir Glencore dans la modernisation de la fonderie» et que «la multinationale a de la marge» pour le faire.

Le député péquiste Joël Arseneau a également fait référence aux profits de la multinationale.

«Glencore a distribué 7,1 milliard de dollars en dividendes à ses actionnaires en 2023. La CAQ ne peut céder au chantage des multinationales étrangères sur le dos de la santé des Québécois et Québécoises», a-t-il écrit sur X.

De son côté, le député libéral Frédéric Beauchemin a indiqué sur les réseaux sociaux que «l’incompétence» de la Coalition avenir Québec «affecte aussi le développement de tout le Québec».

«Que fera la CAQ pour alimenter la chaîne d’approvisionnement en minéraux rares que seule la Fonderie Horne fournit au Québec? Quel est le plan de contingence?», a demandé le député libéral.

 

Une stratégie, selon Mères au front

Le groupe Mères au front de Rouyn−Noranda, qui milite depuis longtemps pour que la fonderie respecte les normes d’émission de polluants, a laissé entendre que la «menace de fermer l’usine» serait «une stratégie qui célèbre son 100e anniversaire».

Dans une publication sur Facebook, le groupe a publié la copie d’un article qui aurait été publié en 1924 par la Gazette du Nord.

Dans cet article, les dirigeants de la fonderie de Rouyn−Noranda indiquent «qu’ils suspendraient indéfiniment l’exploitation de leurs mines» si le gouvernement les obligeait à «placer leurs fourneaux ailleurs que sur leur propriété».

De son côté, Thierry Larivière, conseiller aux communications de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), qui représente les travailleurs de la fonderie, a indiqué mardi matin qu’il attendait d’obtenir plus d’information sur la situation avant de réagir.

 

Un investissement estimé au départ à 500 M$

Une entente avec Québec, qui a été signée avec le gouvernement libéral en 2017, permettait que les émissions d’arsenic de la fonderie atteignent une moyenne annuelle de 100 ng/m3, soit 33 fois plus que la norme.

En juillet 2022, un rapport de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) révélait que, sur une période de 70 ans, un nombre excédent de citoyens de Rouyn−Noranda, entre un et 14, développeraient un cancer si l’entreprise Glencore ne diminuait pas la concentration d’arsenic dans l’air produit par la fonderie.

En août 2022, Glencore a annoncé l’investissement de 500 M$ pour atteindre un seuil d’émission d’arsenic de 15 nanogrammes par mètre cube d’air (ng/m3) en 2027.

En mars 2023, le gouvernement a exigé que la Fonderie Horne mette en place un plan qui lui permette de respecter la cible de 15 nanogrammes par mètre cube (ng/m3) d’arsenic à partir de 2027, ce qui serait, si la fonderie respecte la cible, cinq fois plus élevé que la norme environnementale, qui est de 3 ng/m3.

Au printemps dernier, le gouvernement a également imposé à l’entreprise qu’elle présente un plan d’action d’ici 2027, pour éventuellement atteindre la norme 3 ng/m3.

Stéphane Blais, La Presse Canadienne

 

 

Sur le même sujet

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

16/04/2024 | Sandra Aubé

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.