Les États-Unis ont connu une croissance annuelle solide de 3,4% d’octobre à décembre

Publié le 28/03/2024 à 12:40

Les États-Unis ont connu une croissance annuelle solide de 3,4% d’octobre à décembre

Publié le 28/03/2024 à 12:40

Par La Presse Canadienne

La mesure révisée du produit intérieur brut du pays — la production totale de biens et de services — par le département du Commerce a confirmé que l’économie a décéléré par rapport à son taux d’expansion fulgurant de 4,9% au cours du trimestre de juillet à septembre. (Photo: La Presse Canadienne)

L’économie américaine a connu une croissance annuelle solide de 3,4% d’octobre à décembre, a annoncé jeudi le gouvernement, rehaussant ses estimations précédentes. Le gouvernement avait précédemment estimé que l’économie avait connu une croissance de 3,2% au dernier trimestre.

La mesure révisée du produit intérieur brut du pays — la production totale de biens et de services — par le département du Commerce a confirmé que l’économie a décéléré par rapport à son taux d’expansion fulgurant de 4,9% au cours du trimestre de juillet à septembre.

Mais la croissance du PIB du dernier trimestre reste une performance solide, malgré la hausse des taux d’intérêt. Elle a été alimentée par l’augmentation des dépenses de consommation, des exportations et des investissements des entreprises dans les bâtiments et les logiciels. Il s’agit du sixième trimestre consécutif au cours duquel l’économie des États−Unis a connu une croissance annuelle supérieure à 2%.

Pour l’ensemble de l’année 2023, l’économie américaine a connu une croissance de 2,5%, comparativement à 1,9% en 2022. Au cours du trimestre actuel de janvier à mars, l’économie devrait avoir connu une croissance annuelle plus lente, mais toujours décente de 2,1%, selon un modèle de prévision publié par la Réserve fédérale d’Atlanta.

Le rapport sur le PIB de jeudi suggère également que les pressions inflationnistes continuent de s’atténuer. La mesure des prix privilégiée par la Réserve fédérale — appelée indice des prix des dépenses de consommation personnelle — a augmenté à un taux annuel de 1,8% au quatrième trimestre. Il s’agit d’un ralentissement par rapport au rythme de 2,6% du troisième trimestre, et il s’agit de la plus faible hausse depuis 2020, lorsque la COVID−19 a déclenché une récession et fait chuter les prix.

Si l’on exclut la volatilité des prix des produits alimentaires et de l’énergie, l’inflation sous−jacente s’est élevée à 2% d’octobre à décembre, sans changement par rapport au troisième trimestre.

La résilience de l’économie américaine au cours des deux dernières années a défié à plusieurs reprises les prévisions selon lesquelles les taux d’emprunt toujours plus élevés mis en place par la Fed pour lutter contre l’inflation conduiraient à des vagues de licenciements et probablement à une récession. À partir de mars 2022, la Fed a augmenté son taux de référence 11 fois, pour atteindre son plus haut niveau depuis 23 ans, rendant les emprunts beaucoup plus coûteux pour les entreprises et les ménages.

Pourtant, l’économie a continué de croître et les employeurs ont continué à embaucher — avec une moyenne robuste de 251 000 emplois supplémentaires par mois l’année dernière et de 265 000 par mois de décembre à février.

Dans le même temps, l’inflation a progressivement ralenti: après avoir culminé à 9,1% en juin 2022, elle est tombée à 3,2%, tout en restant supérieure à l’objectif de 2% de la Fed. La combinaison d’une croissance robuste et d’un ralentissement de l’inflation a fait naître l’espoir que la Fed parviendra à réaliser un «atterrissage en douceur» en maîtrisant pleinement l’inflation sans déclencher de récession.

Le rapport de jeudi constitue la troisième et dernière estimation du département du Commerce concernant la croissance du PIB au quatrième trimestre. Il publiera sa première estimation de la croissance de janvier à mars le 25 avril.

Paul Wiseman, The Associated Press

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.