Le FMI crée un instrument pour aider les pays à faire face aux «chocs alimentaires»

Publié le 30/09/2022 à 14:38

Le FMI crée un instrument pour aider les pays à faire face aux «chocs alimentaires»

Publié le 30/09/2022 à 14:38

Par AFP

La situation s’est dégradée avec la guerre en Ukraine et son impact sur les marchés des céréales, Russie et Ukraine étant deux des principaux exportateurs mondiaux, et des engrais. (Photo: 123RF)

Washington — Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé vendredi le lancement d’un nouvel instrument d’aide visant à répondre rapidement aux besoins des États faisant face à l’insécurité alimentaire.

Le guichet «chocs alimentaires», ouvert pour une année, doit permettre aux États en demande d’avoir accès de manière rapide à des financements d’urgence en cas «d’insécurité alimentaire aiguë, de choc inattendus dans l’importation de céréales ou de hausse brutale des cours.

«Je suis très heureuse d’annoncer que le conseil d’administration du FMI a approuvé aujourd’hui l’ouverture d’un nouveau guichet de financement des ripostes aux chocs alimentaires», s’est félicitée la directrice générale de l’institution, Kristalina Georgieva, dans un communiqué.

Concrètement, le financement se fera via la facilité de crédit rapide (FCR), qui permet un prêt à taux zéro en direction des États à faibles revenus faisant face à une situation d’urgence, et l’instrument de financement rapide (IFR) du FMI, qui accorde un concours financier afin d’aider à rétablir la balance de paiements

Ce nouveau guichet peut être utilisé «lorsque les dons et les financements concessionnels de la part des nos partenaires ne sont pas suffisants ou lorsqu’un programme d’aide par le Fonds n’est pas possible», a détaillé Mme Georgieva dans un autre communiqué.

Si ces financements ne prévoient pas de conditions particulières ni d’objectifs de réformes à réaliser, il reste nécessaire pour les États demandeurs de présenter un niveau de dette soutenable pour en bénéficier.

Ce nouveau guichet se veut une réponse à l’insécurité alimentaire, en hausse depuis 2018, selon un rapport publié vendredi par le FMI, et renforcé par la pandémie puis les chocs inflationnistes sur les matières premières agricoles.

La situation s’est encore dégradée avec la guerre en Ukraine et son impact sur les marchés des céréales, Russie et Ukraine étant deux des principaux exportateurs mondiaux, et des engrais.

L’institution estime que 48 pays sont concernés par un niveau élevé d’urgence, principalement parmi les États les plus pauvres et dépendants des exportations russes ou ukrainiennes.

Plus de 345 millions de personnes sont en «insécurité alimentaire aiguë» et 828 millions de personnes «se couchent le soir en ayant faim», selon des données issues du Programme alimentaire mondial et citées par Mme Georgieva.

La hausse des prix alimentaires et des engrais pourrait par ailleurs représenter un coût supplémentaire de neuf milliards de dollars pour les pays concernés en 2022 et en 2023, pesant sur leurs réserves en devise, selon le FMI.

Sur le même sujet

La BoE monte ses taux plus vite, mais se prépare déjà à ralentir

03/11/2022 | AFP

La Banque d'Angleterre (BoE) a procédé jeudi à la plus forte hausse de son principal taux directeur depuis 1989.

La directrice du FMI exhorte à une lutte dynamique contre l'inflation

Freiner la hausse des prix devrait être prioritaire, a-t-elle fait valoir.

À la une

Coupe Davis: un moment historique et inspirant

Il y a 39 minutes | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Au Québec, on a eu tendance dans le passé à douter de notre potentiel collectif.

Achats d'HQ: l’industrie a besoin de prévisibilité pour accroître le contenu québécois

Des fournisseurs d'HQ affirment devoir sécuriser des volumes à long terme pour pouvoir davantage fabriquer au Québec.

Bourse: Wall Street ouvre en baisse, surprise par de bons chiffres de l'emploi

Mis à jour il y a 4 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en baisse de plus de 100 points.