L’économie mondiale résiste mais reste affaiblie selon le FMI

Publié le 10/10/2023 à 09:35

L’économie mondiale résiste mais reste affaiblie selon le FMI

Publié le 10/10/2023 à 09:35

Par AFP

L’inflation met du temps à ralentir, poussant les banques centrales à poursuivre leur politique monétaire restrictive avec des taux d’intérêt élevés. (Photo: 123RF)

Le Fonds monétaire international (FMI) a maintenu ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale en 2023, malgré les signes de faiblesses affichés par plusieurs des économies majeures, selon ses données publiées mardi.

L’institution s’attend toujours à une croissance mondiale de 3% pour 2023, et à peine plus faible en 2024, à 2,9%, soit en légère baisse (-0,1 point de pourcentage) par rapport à son estimation précédente, en juillet.

«L’économie mondiale continue de se remettre de la pandémie et de l’invasion russe de l’Ukraine et fait preuve d’une résilience remarquable. Mais la croissance reste faible et inégale, sous les moyennes historiques, avec d’importantes divergences qui apparaissent», a résumé mardi à l’occasion d’une conférence de presse le chef économiste du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas.

La situation est en effet contrastée, tant parmi les économies avancées qu’entre les principaux pays émergents, certains voyant leurs prévisions s’améliorer très sensiblement quand d’autres, principalement en Europe, tournent au ralenti, voire connaissent une légère récession.

En cause, la persistance de certains chocs, en particulier l’invasion russe en Ukraine. L’inflation met du temps à ralentir, poussant les banques centrales à poursuivre leur politique monétaire restrictive avec des taux d’intérêt élevés.

Le Fonds anticipe ainsi une inflation plus élevée que ce qu’il prévoyait il y a trois mois, tant pour cette année (6,9% au niveau mondial), que l’année prochaine (5,8%, soit 0,6 point de plus que prévu en juillet).

«Les nouvelles sur l’inflation sont encourageantes, mais nous n’y sommes pas encore (…) et pour l’instant la plupart des pays ne reviendront pas vers l’inflation-cible (de 2%, NDLR) avant 2025», a ajouté M. Gourinchas.

L’occasion pour le FMI de rappeler l’importance selon lui de ne pas relâcher trop tôt les politiques restrictives.

 

L’Allemagne en souffrance  

Parmi les économies avancées, l’Allemagne montre les signes les plus inquiétants, avec une récession de plus en plus certaine pour cette année (-0,5%), et plus marquée que prévu, puis une reprise faible l’année prochaine (0,9%), alors que le FMI, en juillet, s’attendait à mieux.

Après avoir été à la traîne l’année dernière parmi les pays du G7, mais aussi comparée aux autres économies majeures européennes, la première économie du continent sera la seule en récession cette année et semble ainsi confirmer son statut d’«homme malade» de l’Europe.

«Il y a une combinaison de deux facteurs majeurs, d’une part le choc énergétique provoqué par la guerre en Ukraine dans un pays très dépendant de l’énergie russe, d’autre part le resserrement de la politique monétaire», a détaillé M. Gourinchas, interrogé par l’AFP.

Les autres économies européennes résistent mieux: les prévisions pour la France s’améliorent légèrement pour cette année (1% attendu soit 0,2 point de mieux qu’anticipé en juillet) alors que l’Espagne reste solide (2,5% pour 2023).

L’économie italienne marque le pas, mais reste en territoire positif cette année (+0,7%), tout comme, hors UE, le Royaume-Uni, qui demeure confronté à une croissance molle (+0,5%).

La situation est différente outre-Atlantique. L’économie américaine est attendue en progression de 2,1% en 2023, bien loin de la récession longtemps annoncée par de nombreux économistes, avant de ralentir sensiblement en 2024, à 1,5%.

Du côté des grands pays émergents, le ralentissement chinois se confirme (+5% cette année, +4,2% en 2024, des prévisions légèrement revues à la baisse), alors que le pays souffre d’une crise dans l’immobilier.

«Il est possible de relâcher la politique monétaire et de mettre en place des mesures de soutiens sur le plan budgétaire», a souligné M. Gourinchas lors de la conférence de presse, «nous encourageons les autorités à agir dans ce sens et je pense qu’elles le font».

Les autres grands pays émergents connaissent une tendance plus positive, avec une prévision pour 2023 révisée à la hausse tant en Inde (6,3%, +0,2 point) qu’en Amérique latine, où le Brésil (3,1%, +1,0 point) profite d’une bonne tenue des marchés de matières premières, tandis que le Mexique (3,2%) est l’un des principaux bénéficiaires de la réorganisation des chaînes d’approvisionnement entre Chine et États-Unis.

Quant à la Russie, dont les prévisions il y a un an tablaient sur une sévère récession pour 2023, elle ne cesse de les voir s’améliorer, et devrait finir l’année avec une croissance de 2,2%, sous l’effet notamment de la forte hausse des dépenses publiques liées à la guerre en Ukraine et d’une accentuation du déficit public.

 

À la une

L'enfer du travail à la maison avec un TDAH

Il y a 10 minutes | Dominic Gagnon

EXPERT INVITÉ. Le travail à la maison peut être difficile avec un TDAH, mais voici des conseils pour y arriver.

L'actif de la Caisse de dépôt et placement du Québec en hausse de 32 milliards de dollars

Mis à jour à 11:07 | Dominique Talbot

Selon la direction, l’année 2023 a été marquée par une forte volatilité.

Charles Emond: «Si on investit uniquement dans les actifs verts, on ne pourra pas améliorer les actifs polluants.»

Édition du 24 Janvier 2024 | François Normand

Il partage sa vision et ses perspectives économiques en 2024, en incluant les occasions et les risques pour la CDPQ.