La Chine dit aux États-Unis qu’elle ne fera «jamais» de «compromis» sur Taïwan

Publié le 10/01/2024 à 16:53

La Chine dit aux États-Unis qu’elle ne fera «jamais» de «compromis» sur Taïwan

Publié le 10/01/2024 à 16:53

Par AFP

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. (Photo: 123RF)

De hauts responsables militaires chinois ont affirmé à leurs homologues américains que la Chine ne fera «jamais le moindre compromis» sur Taïwan et exhorté les États-Unis à «cesser d’armer» l’île, a indiqué mercredi Pékin. 

Ces propos ont été tenus lors de discussions militaires organisées lundi et mardi au ministère américain de la Défense à Washington, quelques jours avant une cruciale élection présidentielle à Taïwan, organisée samedi.

L’île, que la Chine entend reprendre, si nécessaire par la force, est au cœur des tensions sino-américaines, les États-Unis étant le principal fournisseur d’armes des autorités taïwanaises.

«Sur la question de Taïwan, la Chine ne fera jamais le moindre compromis ou concession», a indiqué la délégation militaire chinoise lors de ces entretiens bilatéraux, selon un communiqué du ministère chinois de la Défense.

«Elle exige des États-Unis qu’ils respectent le principe d’une seule Chine, qu’ils respectent leur promesse de façon concrète en cessant d’armer Taïwan et en s’opposant à toute indépendance de Taïwan», a-t-il souligné.

Si les États-Unis reconnaissent la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois légitime, ils sont également le principal soutien militaire des autorités de l’île (officiellement «la République de Chine»), ce qui indispose Pékin.

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Elle dit privilégier une réunification «pacifique» avec l’île, où les quelque 23 millions d’habitants sont gouvernés par un système démocratique. Mais elle n’a jamais renoncé à employer la force militaire.

 
«Monter en épingle»

Les habitants de Taïwan voteront samedi pour élire leur prochain président.

Le vice-président taïwanais William Lai, issu du Parti démocrate progressiste (PDP, pro-indépendance), est donné favori à la succession de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, également du PDP. Les deux sont les bêtes noires de Pékin en raison de leurs positions en faveur de l’indépendance.

La Chine a par ailleurs exhorté les États-Unis lors des discussions «à réduire leur présence militaire et leurs actions provocatrices» en mer de Chine méridionale contestée, où les deux puissances ont mené la semaine dernière des manœuvres militaires en parallèle.

Des navires de guerre chinois y ont effectué jeudi des exercices, au moment où les Philippines s’entraînaient avec l’armée américaine après une série d’incidents avec Pékin dans des eaux contestées.

«Les États-Unis doivent pleinement prendre conscience des raisons profondes des problèmes de sécurité maritime et aérienne, maîtriser leurs troupes qui sont en première ligne et arrêter d’exagérer et de monter en épingle» les incidents, a indiqué le ministère chinois de la Défense dans son communiqué.

De son côté, Washington a dit être convaincu de «l’importance du respect de la liberté de navigation en haute mer» face au «harcèlement répété» de la Chine «contre les navires philippins opérant légalement en mer de Chine méridionale».

En décembre, des navires chinois avaient tiré au canon à eau sur des bateaux philippins lors de deux missions distinctes de ravitaillement vers des récifs disputés, d’après des vidéos diffusées par les garde-côtes philippins.

 
Revendications

Une collision entre un navire philippin et un bateau des garde-côtes chinois s’était aussi produite. La Chine et les Philippines s’étaient alors rejeté mutuellement la responsabilité de l’incident.

Pékin revendique une grande partie des îles de la mer de Chine méridionale. D’autres pays riverains (Philippines, Vietnam, Malaisie, Brunei) ont des prétentions concurrentes et chacun contrôle plusieurs îlots ou récifs.

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont mis d’accord en novembre pour relancer des discussions militaires bilatérales, qui avaient été suspendues pendant plus d’un an.

Les discussions de cette semaine ont été menées par Michael Chase, haut responsable du ministère américain de la Défense, et le général chinois Song Yanchao, a indiqué le Pentagone.

«La Chine a exprimé sa volonté de développer des relations militaires saines et stables avec les États-Unis sur la base de l’égalité et du respect», a indiqué le ministère chinois de la Défense.

Le communiqué du Pentagone a lui souligné l’importance du maintien de «lignes ouvertes de communication entre militaires» afin «d’éviter que la concurrence ne dégénère en conflit».

 

 

De hauts responsables militaires chinois ont affirmé à leurs homologues américains que la Chine ne fera «jamais le moindre compromis» sur Taïwan et exhorté les États-Unis à «cesser d’armer» l’île, a indiqué mercredi Pékin.

 

Ces propos ont été tenus lors de discussions militaires organisées lundi et mardi au ministère américain de la Défense à Washington, quelques jours avant une cruciale élection présidentielle à Taïwan, organisée samedi.

 

L’île, que la Chine entend reprendre, si nécessaire par la force, est au cœur des tensions sino-américaines, les États-Unis étant le principal fournisseur d’armes des autorités taïwanaises.

 

«Sur la question de Taïwan, la Chine ne fera jamais le moindre compromis ou concession», a indiqué la délégation militaire chinoise lors de ces entretiens bilatéraux, selon un communiqué du ministère chinois de la Défense.

 

«Elle exige des États-Unis qu’ils respectent le principe d’une seule Chine, qu’ils respectent leur promesse de façon concrète en cessant d’armer Taïwan et en s’opposant à toute indépendance de Taïwan», a-t-il souligné.

 

Si les États-Unis reconnaissent la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois légitime, ils sont également le principal soutien militaire des autorités de l’île (officiellement «la République de Chine»), ce qui indispose Pékin.

 

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

 

Elle dit privilégier une réunification «pacifique» avec l’île, où les quelque 23 millions d’habitants sont gouvernés par un système démocratique. Mais elle n’a jamais renoncé à employer la force militaire.

 

- «Monter en épingle» -

 

Les habitants de Taïwan voteront samedi pour élire leur prochain président.

 

Le vice-président taïwanais William Lai, issu du Parti démocrate progressiste (PDP, pro-indépendance), est donné favori à la succession de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, également du PDP. Les deux sont les bêtes noires de Pékin en raison de leurs positions en faveur de l’indépendance.

 

La Chine a par ailleurs exhorté les États-Unis lors des discussions «à réduire leur présence militaire et leurs actions provocatrices» en mer de Chine méridionale contestée, où les deux puissances ont mené la semaine dernière des manœuvres militaires en parallèle.

 

Des navires de guerre chinois y ont effectué jeudi des exercices, au moment où les Philippines s’entraînaient avec l’armée américaine après une série d’incidents avec Pékin dans des eaux contestées.

 

«Les États-Unis doivent pleinement prendre conscience des raisons profondes des problèmes de sécurité maritime et aérienne, maîtriser leurs troupes qui sont en première ligne et arrêter d’exagérer et de monter en épingle» les incidents, a indiqué le ministère chinois de la Défense dans son communiqué.

 

De son côté, Washington a dit être convaincu de «l’importance du respect de la liberté de navigation en haute mer» face au «harcèlement répété» de la Chine «contre les navires philippins opérant légalement en mer de Chine méridionale».

 

En décembre, des navires chinois avaient tiré au canon à eau sur des bateaux philippins lors de deux missions distinctes de ravitaillement vers des récifs disputés, d’après des vidéos diffusées par les garde-côtes philippins.

 

- Revendications -

 

Une collision entre un navire philippin et un bateau des garde-côtes chinois s’était aussi produite. La Chine et les Philippines s’étaient alors rejeté mutuellement la responsabilité de l’incident.

 

Pékin revendique une grande partie des îles de la mer de Chine méridionale. D’autres pays riverains (Philippines, Vietnam, Malaisie, Brunei) ont des prétentions concurrentes et chacun contrôle plusieurs îlots ou récifs.

 

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont mis d’accord en novembre pour relancer des discussions militaires bilatérales, qui avaient été suspendues pendant plus d’un an.

 

Les discussions de cette semaine ont été menées par Michael Chase, haut responsable du ministère américain de la Défense, et le général chinois Song Yanchao, a indiqué le Pentagone.

 

«La Chine a exprimé sa volonté de développer des relations militaires saines et stables avec les États-Unis sur la base de l’égalité et du respect», a indiqué le ministère chinois de la Défense.

 

Le communiqué du Pentagone a lui souligné l’importance du maintien de «lignes ouvertes de communication entre militaires» afin «d’éviter que la concurrence ne dégénère en conflit».

 

 

De hauts responsables militaires chinois ont affirmé à leurs homologues américains que la Chine ne fera «jamais le moindre compromis» sur Taïwan et exhorté les États-Unis à «cesser d’armer» l’île, a indiqué mercredi Pékin.

 

Ces propos ont été tenus lors de discussions militaires organisées lundi et mardi au ministère américain de la Défense à Washington, quelques jours avant une cruciale élection présidentielle à Taïwan, organisée samedi.

 

L’île, que la Chine entend reprendre, si nécessaire par la force, est au cœur des tensions sino-américaines, les États-Unis étant le principal fournisseur d’armes des autorités taïwanaises.

 

«Sur la question de Taïwan, la Chine ne fera jamais le moindre compromis ou concession», a indiqué la délégation militaire chinoise lors de ces entretiens bilatéraux, selon un communiqué du ministère chinois de la Défense.

 

«Elle exige des États-Unis qu’ils respectent le principe d’une seule Chine, qu’ils respectent leur promesse de façon concrète en cessant d’armer Taïwan et en s’opposant à toute indépendance de Taïwan», a-t-il souligné.

 

Si les États-Unis reconnaissent la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois légitime, ils sont également le principal soutien militaire des autorités de l’île (officiellement «la République de Chine»), ce qui indispose Pékin.

 

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

 

Elle dit privilégier une réunification «pacifique» avec l’île, où les quelque 23 millions d’habitants sont gouvernés par un système démocratique. Mais elle n’a jamais renoncé à employer la force militaire.

 

- «Monter en épingle» -

 

Les habitants de Taïwan voteront samedi pour élire leur prochain président.

 

Le vice-président taïwanais William Lai, issu du Parti démocrate progressiste (PDP, pro-indépendance), est donné favori à la succession de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, également du PDP. Les deux sont les bêtes noires de Pékin en raison de leurs positions en faveur de l’indépendance.

 

La Chine a par ailleurs exhorté les États-Unis lors des discussions «à réduire leur présence militaire et leurs actions provocatrices» en mer de Chine méridionale contestée, où les deux puissances ont mené la semaine dernière des manœuvres militaires en parallèle.

 

Des navires de guerre chinois y ont effectué jeudi des exercices, au moment où les Philippines s’entraînaient avec l’armée américaine après une série d’incidents avec Pékin dans des eaux contestées.

 

«Les États-Unis doivent pleinement prendre conscience des raisons profondes des problèmes de sécurité maritime et aérienne, maîtriser leurs troupes qui sont en première ligne et arrêter d’exagérer et de monter en épingle» les incidents, a indiqué le ministère chinois de la Défense dans son communiqué.

 

De son côté, Washington a dit être convaincu de «l’importance du respect de la liberté de navigation en haute mer» face au «harcèlement répété» de la Chine «contre les navires philippins opérant légalement en mer de Chine méridionale».

 

En décembre, des navires chinois avaient tiré au canon à eau sur des bateaux philippins lors de deux missions distinctes de ravitaillement vers des récifs disputés, d’après des vidéos diffusées par les garde-côtes philippins.

 

- Revendications -

 

Une collision entre un navire philippin et un bateau des garde-côtes chinois s’était aussi produite. La Chine et les Philippines s’étaient alors rejeté mutuellement la responsabilité de l’incident.

 

Pékin revendique une grande partie des îles de la mer de Chine méridionale. D’autres pays riverains (Philippines, Vietnam, Malaisie, Brunei) ont des prétentions concurrentes et chacun contrôle plusieurs îlots ou récifs.

 

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont mis d’accord en novembre pour relancer des discussions militaires bilatérales, qui avaient été suspendues pendant plus d’un an.

 

Les discussions de cette semaine ont été menées par Michael Chase, haut responsable du ministère américain de la Défense, et le général chinois Song Yanchao, a indiqué le Pentagone.

 

«La Chine a exprimé sa volonté de développer des relations militaires saines et stables avec les États-Unis sur la base de l’égalité et du respect», a indiqué le ministère chinois de la Défense.

 

Le communiqué du Pentagone a lui souligné l’importance du maintien de «lignes ouvertes de communication entre militaires» afin «d’éviter que la concurrence ne dégénère en conflit».

 

De hauts responsables militaires chinois ont affirmé à leurs homologues américains que la Chine ne fera «jamais le moindre compromis» sur Taïwan et exhorté les États-Unis à «cesser d’armer» l’île, a indiqué mercredi Pékin.

 

Ces propos ont été tenus lors de discussions militaires organisées lundi et mardi au ministère américain de la Défense à Washington, quelques jours avant une cruciale élection présidentielle à Taïwan, organisée samedi.

 

L’île, que la Chine entend reprendre, si nécessaire par la force, est au cœur des tensions sino-américaines, les États-Unis étant le principal fournisseur d’armes des autorités taïwanaises.

 

«Sur la question de Taïwan, la Chine ne fera jamais le moindre compromis ou concession», a indiqué la délégation militaire chinoise lors de ces entretiens bilatéraux, selon un communiqué du ministère chinois de la Défense.

 

«Elle exige des États-Unis qu’ils respectent le principe d’une seule Chine, qu’ils respectent leur promesse de façon concrète en cessant d’armer Taïwan et en s’opposant à toute indépendance de Taïwan», a-t-il souligné.

 

Si les États-Unis reconnaissent la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois légitime, ils sont également le principal soutien militaire des autorités de l’île (officiellement «la République de Chine»), ce qui indispose Pékin.

 

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

 

Elle dit privilégier une réunification «pacifique» avec l’île, où les quelque 23 millions d’habitants sont gouvernés par un système démocratique. Mais elle n’a jamais renoncé à employer la force militaire.

 

- «Monter en épingle» -

 

Les habitants de Taïwan voteront samedi pour élire leur prochain président.

 

Le vice-président taïwanais William Lai, issu du Parti démocrate progressiste (PDP, pro-indépendance), est donné favori à la succession de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, également du PDP. Les deux sont les bêtes noires de Pékin en raison de leurs positions en faveur de l’indépendance.

 

La Chine a par ailleurs exhorté les États-Unis lors des discussions «à réduire leur présence militaire et leurs actions provocatrices» en mer de Chine méridionale contestée, où les deux puissances ont mené la semaine dernière des manœuvres militaires en parallèle.

 

Des navires de guerre chinois y ont effectué jeudi des exercices, au moment où les Philippines s’entraînaient avec l’armée américaine après une série d’incidents avec Pékin dans des eaux contestées.

 

«Les États-Unis doivent pleinement prendre conscience des raisons profondes des problèmes de sécurité maritime et aérienne, maîtriser leurs troupes qui sont en première ligne et arrêter d’exagérer et de monter en épingle» les incidents, a indiqué le ministère chinois de la Défense dans son communiqué.

 

De son côté, Washington a dit être convaincu de «l’importance du respect de la liberté de navigation en haute mer» face au «harcèlement répété» de la Chine «contre les navires philippins opérant légalement en mer de Chine méridionale».

 

En décembre, des navires chinois avaient tiré au canon à eau sur des bateaux philippins lors de deux missions distinctes de ravitaillement vers des récifs disputés, d’après des vidéos diffusées par les garde-côtes philippins.

 

- Revendications -

 

Une collision entre un navire philippin et un bateau des garde-côtes chinois s’était aussi produite. La Chine et les Philippines s’étaient alors rejeté mutuellement la responsabilité de l’incident.

 

Pékin revendique une grande partie des îles de la mer de Chine méridionale. D’autres pays riverains (Philippines, Vietnam, Malaisie, Brunei) ont des prétentions concurrentes et chacun contrôle plusieurs îlots ou récifs.

 

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont mis d’accord en novembre pour relancer des discussions militaires bilatérales, qui avaient été suspendues pendant plus d’un an.

 

Les discussions de cette semaine ont été menées par Michael Chase, haut responsable du ministère américain de la Défense, et le général chinois Song Yanchao, a indiqué le Pentagone.

 

«La Chine a exprimé sa volonté de développer des relations militaires saines et stables avec les États-Unis sur la base de l’égalité et du respect», a indiqué le ministère chinois de la Défense.

 

Le communiqué du Pentagone a lui souligné l’importance du maintien de «lignes ouvertes de communication entre militaires» afin «d’éviter que la concurrence ne dégénère en conflit».

 

 

De hauts responsables militaires chinois ont affirmé à leurs homologues américains que la Chine ne fera «jamais le moindre compromis» sur Taïwan et exhorté les États-Unis à «cesser d’armer» l’île, a indiqué mercredi Pékin.

 

Ces propos ont été tenus lors de discussions militaires organisées lundi et mardi au ministère américain de la Défense à Washington, quelques jours avant une cruciale élection présidentielle à Taïwan, organisée samedi.

 

L’île, que la Chine entend reprendre, si nécessaire par la force, est au cœur des tensions sino-américaines, les États-Unis étant le principal fournisseur d’armes des autorités taïwanaises.

 

«Sur la question de Taïwan, la Chine ne fera jamais le moindre compromis ou concession», a indiqué la délégation militaire chinoise lors de ces entretiens bilatéraux, selon un communiqué du ministère chinois de la Défense.

 

«Elle exige des États-Unis qu’ils respectent le principe d’une seule Chine, qu’ils respectent leur promesse de façon concrète en cessant d’armer Taïwan et en s’opposant à toute indépendance de Taïwan», a-t-il souligné.

 

Si les États-Unis reconnaissent la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois légitime, ils sont également le principal soutien militaire des autorités de l’île (officiellement «la République de Chine»), ce qui indispose Pékin.

 

La Chine estime que Taïwan est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

 

Elle dit privilégier une réunification «pacifique» avec l’île, où les quelque 23 millions d’habitants sont gouvernés par un système démocratique. Mais elle n’a jamais renoncé à employer la force militaire.

 

- «Monter en épingle» -

 

Les habitants de Taïwan voteront samedi pour élire leur prochain président.

 

Le vice-président taïwanais William Lai, issu du Parti démocrate progressiste (PDP, pro-indépendance), est donné favori à la succession de l’actuelle présidente Tsai Ing-wen, également du PDP. Les deux sont les bêtes noires de Pékin en raison de leurs positions en faveur de l’indépendance.

 

La Chine a par ailleurs exhorté les États-Unis lors des discussions «à réduire leur présence militaire et leurs actions provocatrices» en mer de Chine méridionale contestée, où les deux puissances ont mené la semaine dernière des manœuvres militaires en parallèle.

 

Des navires de guerre chinois y ont effectué jeudi des exercices, au moment où les Philippines s’entraînaient avec l’armée américaine après une série d’incidents avec Pékin dans des eaux contestées.

 

«Les États-Unis doivent pleinement prendre conscience des raisons profondes des problèmes de sécurité maritime et aérienne, maîtriser leurs troupes qui sont en première ligne et arrêter d’exagérer et de monter en épingle» les incidents, a indiqué le ministère chinois de la Défense dans son communiqué.

 

De son côté, Washington a dit être convaincu de «l’importance du respect de la liberté de navigation en haute mer» face au «harcèlement répété» de la Chine «contre les navires philippins opérant légalement en mer de Chine méridionale».

 

En décembre, des navires chinois avaient tiré au canon à eau sur des bateaux philippins lors de deux missions distinctes de ravitaillement vers des récifs disputés, d’après des vidéos diffusées par les garde-côtes philippins.

 

- Revendications -

 

Une collision entre un navire philippin et un bateau des garde-côtes chinois s’était aussi produite. La Chine et les Philippines s’étaient alors rejeté mutuellement la responsabilité de l’incident.

 

Pékin revendique une grande partie des îles de la mer de Chine méridionale. D’autres pays riverains (Philippines, Vietnam, Malaisie, Brunei) ont des prétentions concurrentes et chacun contrôle plusieurs îlots ou récifs.

 

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont mis d’accord en novembre pour relancer des discussions militaires bilatérales, qui avaient été suspendues pendant plus d’un an.

 

Les discussions de cette semaine ont été menées par Michael Chase, haut responsable du ministère américain de la Défense, et le général chinois Song Yanchao, a indiqué le Pentagone.

 

«La Chine a exprimé sa volonté de développer des relations militaires saines et stables avec les États-Unis sur la base de l’égalité et du respect», a indiqué le ministère chinois de la Défense.

 

Le communiqué du Pentagone a lui souligné l’importance du maintien de «lignes ouvertes de communication entre militaires» afin «d’éviter que la concurrence ne dégénère en conflit».

 

 

Sur le même sujet

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

16/04/2024 | Denis Lalonde

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

16/04/2024 | Sandra Aubé

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.