Nouvelles mesures pour sauver la Grèce

Publié le 11/09/2011 à 19:26, mis à jour le 16/10/2013 à 20:01

Nouvelles mesures pour sauver la Grèce

Publié le 11/09/2011 à 19:26, mis à jour le 16/10/2013 à 20:01

Par AFP
De nombreuses incertitudes subsistent sur ce deuxième plan de sauvetage: la participation attendue du secteur privé n'est pas arrêtée, la Slovaquie renâcle à donner son accord, les Pays-Bas profèrent des menaces et la Finlande insiste pour obtenir des garanties controversées en échange de nouveaux prêts.

Des tractations sont menées, sans succès, depuis des semaines sur les modalités de ces garanties, afin d'éviter qu'elles n'enfoncent un peu plus la Grèce.

Le Premier ministre grec Georges Papandréou a estimé dimanche que son pays devait se "défendre (...) comme en état de guerre" pour obtenir le bouclage de ce nouveau plan de sauvetage, "malgré la mauvaise volonté" de certains Européens qui traînent des pieds.

Le temps presse car les inquiétudes suscitées par la santé économique du pays, qui peine à concrétiser les réformes internes promises, ne cessent de croître.

Le ministre allemand de l'Economie Philipp Rösler n'a pas exclu une faillite "ordonnée" de la Grèce pour sauver l'euro, dans des propos à paraître lundi dans le quotidien allemand Die Welt.

A mesure que l'inquiétude grandit, la discorde s'intensifie en Europe sur les moyens de faire face à la crise de la dette.

La tension est montée d'un cran vendredi lorsque le très orthodoxe chef économiste de la Banque centrale européenne (BCE), l'Allemand Jürgen Stark, a démissionné pour marquer son désaccord avec l'aide apportée par l'institut monétaire aux pays fragiles de la zone euro, y compris l'Italie et l'Espagne, sous forme de rachat de leurs emprunts obligataires sur le marché.

Cet incident au plus haut niveau de la zone euro a conclu une semaine déjà riche en déclarations fracassantes à l'encontre de la Grèce. Certains pays comme les Pays-Bas n'hésitent plus à demander ouvertement une expulsion des pays trop endettés de l'Union monétaire "en dernier recours".

À la une

Un patron qui veut son bien

Édition de Octobre 2021 | Denis Lalonde

BILLET. La fermeture du capital d'Exfo n'a pas permis de créer un maximum de valeur pour les actionnaires.

Le risque crypto pèse plus sur la Bourse qu’on ne le croit

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Les cryptos se montreraient contagieuses s’infiltrant dans les placements et les trésoreries.

À surveiller: Alcoa, Bank of America et Morgan Stanley

10:45 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Alcoa, Bank of America et Morgan Stanley? Voici quelques recommandations d'analystes.