Le travail hybride selon American Express

Publié le 19/10/2021 à 07:30

Le travail hybride selon American Express

Publié le 19/10/2021 à 07:30

Par Catherine Charron
une femme travaille à son bureau

Ses employés pourront travailler d'où bon il leur semble quatre semaines par année. (Photo: Christin Hume pour Unsplash)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Dès le 24 janvier prochain, les employés américains, britanniques et allemands d’American Express pourront bosser d’où bon il leur semble entre leurs frontières, et ce, quatre semaines par année, a annoncé l’entreprise le lundi 18 octobre 2021 dans une note adressée à ses salariés.

La société financière américaine a même ramené dans sa politique du travail post-pandémique Amex Flex une clause qui permet à ses collaborateurs de s’affairer une quinzaine de jours par année depuis le bord des Alpes ou de la mer.

À défaut d’imposer une vision à l’ensemble de ses 63 000 employés, American Express scinde sa structure de travail en trois modes: hybride, en présentiel, et complètement virtuel. Sans surprise, la première offrira le plus de flexibilité.

– En présentiel (4 à 5 jours par semaine): sera dite de ceux qui souhaitent réaliser leur besogne uniquement du bureau. Cette manière de bosser sera exigée d’un certain nombre de postes qui ne peuvent adéquatement remplir leur fonction à distance, comme les gardiens de sécurité. Certaines personnes nouvellement recrutées pourraient aussi passer quelques semaines à temps plein au bureau, afin d’être bien formées.

– Hybride (1 à 3 jours par semaine): s’ils peuvent accomplir leurs tâches de la maison, ces travailleurs devront prévoir quelques journées au bureau pour rencontrer leurs collègues, ou leur supérieur, en fonction de leur horaire. C’est du moins ce que recommande fortement la direction. Elle s’attend à ce que ses salariés soient présents au moins deux fois par semaine.

– Virtuel (0 jour par semaine): American Express ne condamne pas les membres de ses équipes qui passeront la totalité de leur semaine en dehors du bureau. Si un employé avait déjà une entente de télétravail avant la pandémie, cette dernière est toujours valide. Ceux qui n’en ont pas pourront en faire la demande via un formulaire que l’entreprise souhaite rendre facile. Les critères d’admissibilité seront dévoilés le 1er novembre.

La société financière connue pour ses cartes de crédit tente ici de tirer avantage de la flexibilité et de l’agilité acquises au cours des 18 derniers mois, tout en palliant le manque de conversations spontanées, de mentorat et de réseautage occasionné par le travail à distance. «Atteindre le meilleur des deux mondes», écrit même le président de l’entreprise Stephen J. Squeri dans une note à ses employés.

La tâche reviendra aux gestionnaires de déterminer quelle structure sera la plus appropriée pour leur équipe.

Or, la direction encourage fortement une reprise du moins partielle du boulot dans ses locaux, convaincue des bienfaits de la collaboration entre collègues. Et un sondage réalisé auprès de ses travailleurs qu'elle cite semble lui donner raison, car 80% des répondants ont indiqué souhaiter faire acte de présence quelques fois par semaine.

La politique Amex Flex sera instaurée lorsque les gouvernements donneront leur aval pour un retour complet au bureau. Aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Allemagne, ce pourrait être aussi tôt que le 24 janvier. Il n’a pas été question du Canada dans le communiqué.

 

Pour ne plus louper ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

À la une

Le CELI d'Étienne Charest: un emprunt et de l'audace

07:31 | Jean Décary

PLEINS FEUX SUR MON CELI. En mars 2020, Étienne Charest a emprunté pour investir dans son CELI.

Les nouvelles du marché

Il y a 10 minutes | Refinitiv

Vaccination contre Omicron, BMO, croissance de l’emploi aux Etats-Unis, Didi sort du NYSE, et impôt minimum mondial.

Titres en action: BMO, Shell, Softbank

Mis à jour il y a 15 minutes | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.