La formule gagnante de Damotech pour livrer aux États-Unis

Publié le 23/10/2023 à 16:15

La formule gagnante de Damotech pour livrer aux États-Unis

Publié le 23/10/2023 à 16:15

Par Emmanuel Martinez

Kim Desrochers, acheteuse et responsable des questions de transport pour Damotech (Photo: courtoisie)

Lorsque 80 % de votre chiffre d’affaires se réalise par vos ventes aux États-Unis, il faut que le transport se fasse sans anicroche.

C’est pour cette raison que Damotech confie toute la logistique de l’exportation de ses équipements de réparation de palettiers à un spécialiste en la matière, Synergie Canada, qui est aussi basée à Boisbriand, dans les Basses-Laurentides.

Parce qu’elle doit effectuer de nombreuses petites livraisons chaque jour pour une foule de clients au sud de la frontière dans des formats qui ne sont pas standards, Damotech préfère ne pas gérer ce casse-tête logistique pour ses équipements qui vont sur les structures métalliques des entrepôts accueillant des palettes. La PME veut se concentrer sur sa production et son service à la clientèle.

« On n’a pas de département de logistique à l’interne, donc on donne le travail à l’externe, explique en entrevue Kim Desrochers, acheteuse et responsable des questions de transport pour Damotech. Ce n’est pas notre expertise, donc c’est plus pratique d’avoir quelqu’un qui trouve des solutions. »

« Il y a évidemment un coût associé à cela, mais si on le faisait nous-même, on devrait payer pour ça », ajoute celle qui a fait un DEC en logistique.

Cette logique d’impartition est de plus en plus répandue en matière de transport, estime Annie Dauphinais, vice-présidente de la Division OTR de Synergie Canada.

« C’est une tendance que je vois augmenter, mentionne-t-elle. Avec la COVID et le manque de personnel, les entreprises préfèrent se concentrer sur le cœur de leur mission. Souvent, la logistique constitue un mal nécessaire. C’est plus de la perte que du profit. »

 

Relation de confiance

Synergie Canada s’occupe ainsi de récupérer quotidiennement chez Damotech les produits devant être exportés. La PME spécialisée en approvisionnement et logistique va ensuite les regrouper dans un camion avec d’autres marchandises qui iront dans la même région américaine. Elle se charge aussi du connaissement et de l’étiquetage afin de passer les douanes sans tracas.

« Synergie offre la plateforme informatique qui centralise toutes les informations dont on a besoin, comme les factures, les demandes de chargement et un moteur de recherche d’adresse, explique l’employée de Damotech. Il y a même un clavardage disponible pour chaque commande dans lequel on peut poser des questions sur l’état de la livraison. »

En plus de ce service, Synergie Canada s’appuie sur son expertise pour conseiller ses clients.

« On a de nombreux partenaires pour de l’entreposage aux États-Unis, note Annie Dauphinais. On est un intermédiaire, mais on fait aussi de la consultation. Par exemple, on propose des solutions pour des livraisons du début jusqu’à la fin de la chaîne, avec des suggestions sur l’arrimage de la cargaison ou de son emballage. On met nos connaissances au service des clients. »

 

Comparaison avantageuse

Cette relation élimine les tracas pour Damotech. « Cela fait un an et demi que je suis ici et c’est arrivé seulement une fois qu’on a fait une réclamation pour un problème mineur, déclare Kim Desrochers. Il existe une paix d’esprit parce qu’on se dit qu’on est entre bonnes mains. On est vraiment en confiance avec eux. »

Elle souligne également qu’un transporteur fiable est important pour l’image de son entreprise, car il représente le visage avec qui son client américain interagit à la réception du produit.

Damotech ne met toutefois pas ses œufs dans le même panier. En ce qui concerne les livraisons dans la région montréalaise ainsi qu’en Ontario et dans l’Ouest canadien, la PME fait affaire avec un transporteur local différent pour chacun de ces trois marchés qui procurent 20 % de ses revenus.

Kim Desrochers confie se faire continuellement solliciter par d’autres transporteurs qui offrent leur expertise. « Je suis régulièrement dans la comparaison de prix, mentionne-t-elle. Avec Synergie, on a un bon service, un bon prix… alors, pourquoi changer une formule gagnante ? »

 

Ce texte provient de notre édition du 11 octobre 2023.

Sur le même sujet

Jerome Powell fait-il la pluie et le beau temps?

28/02/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Si vous l’aviez oublié, Jerome Powell a été nommé par Donald Trump.

États-Unis: la confiance des consommateurs plonge en février

27/02/2024 | AFP

L’inflation a ralenti en janvier aux États-Unis, mais moins que prévu cependant, à 3,1% sur un an, selon l’indice CPI.

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.