Les probabilités de récession sont de 50%, selon Eric Girard

Publié le 21/03/2023 à 17:06

Les probabilités de récession sont de 50%, selon Eric Girard

Publié le 21/03/2023 à 17:06

Par La Presse Canadienne

Eric Girard (Photo: La Presse Canadienne)

BUDGET DU QUÉBEC. Québec — Au moment où les investisseurs s'inquiètent de la stabilité du système bancaire international, prévoir s'il y aura une récession revient à tirer à pile ou face, si on se fie aux commentaires du ministre des Finances, Eric Girard, qui maintient que les probabilités que le Québec tombe en récession sont de 50%.

«Les prévisions économiques, ça fluctue, répond le ministre en conférence de presse dans le cadre du dévoilement du budget, mardi. Il y a dix jours, je vous aurais dit que le scénario à la hausse était plus probable, car les données trimestrielles étaient plus fortes que prévu. Avec l'instabilité récente, je vous dirais que le scénario à la baisse devient un peu plus probable. »

Le ministère des Finances prévoit un important ralentissement économique en 2023. Le rythme de la croissance du produit intérieur brut (PIB) passerait de 2,8% en 2022 à 0,6% en 2023. La croissance rebondirait à 1,4% en 2024. «Il est indéniable que la hausse du coût de la vie, la hausse de l'inflation, le resserrement de la politique monétaire ralentissent l'économie mondiale», a déclaré le grand argentier du gouvernement.

Contre ces vents contraires, Eric Girard croit que l'effet de la baisse d'impôt promise par la Coalition avenir Québec (CAQ), confirmée dans le budget, «arrive au bon moment» pour stimuler l'économie.

Boule de cristal embrouillée

Prévoir si le Québec tombera en récession, qui est définie comme deux trimestres consécutifs de contraction économique, est difficile au moment où les prévisions pointent vers une stagnation de l'économie aux deuxième et troisième trimestres. La croissance économique serait «si faible» qu'il y a presque autant de chances que l'économie soit supérieure ou inférieure à zéro.

En moyenne, le ministère des Finances estime qu'un changement d'un point de pourcentage du taux de croissance du PIB nominal a un effet de 1 milliard de dollars (G$) sur les revenus.

Le ministère des Finances publie également un scénario pessimiste selon lequel l'activité économique déclinerait de 0,8% en 2023. Une telle contraction ferait augmenter le déficit de 2,2G$ en 2023-2024.

Le ministre estime que les provisions inscrites dans le budget éviteraient au gouvernement de reporter le retour à l'équilibre budgétaire prévu pour 2027-2028. Le poids de la dette par rapport au PIB serait toutefois de 36,5% plutôt que 35,8% dans le scénario de base.

 

Trop optimiste?

Les prévisions du gouvernement sont légèrement supérieures à la prévision moyenne des économistes. En moyenne, les économistes du secteur privé anticipent une croissance de 0,3% en 2023 et de 1,1% en 2024.

Au Parti libéral du Québec (PLQ), la porte-parole en matière de finances publiques, Frédéric Beauchemin, a qualifié les prévisions d'«assez optimistes». «Le gouvernement aurait dû être plus conservateur (prudent) et ne pas mettre de lunettes roses.»

Les difficultés des banques régionales américaines et de Crédit suisse sont une source d'incertitude économique, prévient Frédéric Beauchemin. Il craint que les banques réagissent en resserrant «massivement» l'accès au crédit, ce qui pourrait nuire aux projets de certaines entreprises.

La présidente et directrice générale des Manufacturiers et Exportateurs du Québec, Véronique Proulx, estime, pour sa part, que la vigueur des exportations anticipées (une augmentation prévue dans le budget de 3,7% en 2024) est contradictoire. Il n'y a pas suffisamment de mesures destinées au secteur manufacturier, qui représente 86% des exportations du Québec, selon elle.

 

À lire aussi

Des baisses d'impôts de 9,2G$ à venir pour les Québécois

Main-d'oeuvre: des progrès, mais beaucoup reste à faire

RRQ: des modifications pour les travailleurs retraités

Un nouveau congé fiscal pour réaliser les grands projets d'investissement

1,4M$ pour les régions, la part belle au secteur alimentaire

Le gouvernement veut démocratiser l'accès aux fonds fiscalisés

Connectivité: amener le réseau 5G aux régions

Presque rien pour améliorer l'offre sur le marché immobilier

Sur le même sujet

À la une

Donnez de la valeur aux personnes très grosses

Mis à jour il y a 29 minutes | Camille Robillard

LA BOÎTE À EDI. Les entreprises qui misent sur la représentation dans leurs communications ont un avantage concurrentiel

Les changements climatiques menacent les pollinisateurs, prévient une étude

Les populations de pollinisateurs sont en déclin à travers le monde.

Bourse: Wall Street ouvre en ordre dispersé après un record

Mis à jour il y a 20 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.