Les marchés : les investisseurs hésitent à se positionner

Publié le 03/11/2008 à 00:00

Les marchés : les investisseurs hésitent à se positionner

Publié le 03/11/2008 à 00:00

Les marchés financiers terminent la journée au neutre alors que les investisseurs ne veulent pas se lancer tant que les résultats de l'élection américaine ne sont pas connus.

Les marchés ont navigué du vert au rouge avant de se décider en faveur d’une très légère hausse.

Le TSX recule de 0,42% à 9721 points. Les pressions à la baisse sont venues des secteurs de l’énergie (-3,66%) et des matériaux (-1,27%), alors que les financières montent de 1,20% et l’industrie de 1,77%.

Aux États-Unis, les marchés ont été très indécis. Le Dow Jones perd 0,06% à 9319 points. Le S&P500 recule à 966 points, soit une baisse de 0,25% et le Nasdaq monte de 0,31% à 1726 points.

«Plusieurs facteurs étaient indicateurs d’un léger mieux et ont soutenu les marchés en début de journée. Il s’agit notamment de la baisse du taux interbancaire sur le dollar américain à Londres (libor) et du recul du VIX, indicateur de crainte sur le marché», explique Luc Girard, directeur, Groupe conseil en portefeuilles chez Desjardins.

«Pourtant, en deuxième partie de journée, les regards se sont détournés de la crise financière pour se porter vers l’économie réelle, sous l’effet de d’indicateurs de ralentissement», ajoute-t-il. Ce sont donc les secteurs des ressources naturelles qui ont été les plus pénalisées par ces craintes de récession.

D’autre part, Luc Girard pense que les investisseurs sont aussi dans l’attente des résultats de l’élection présidentielle américaine. «Le marché tendrait à faire davantage confiance à Barack Obama qu’à John McCain pour gérer la situation économique», dit-il.

À la clôture en Europe, la Bourse de Paris a gagné 0,76 % après un bref passage dans le rouge. De leur côté, Francfort gagnait 0,44%, et Londres 0,62 %.

Durant la séance, la Commission européenne a dévoilé ses prévisions de croissance pour 2009. Les pays de la zone-euro devraient donc connaître en 2009 une croissance proche de zéro avec une hausse de 0,1 pour cent alors que se poursuit la crise financière.

Selon ces prévisions, les économies de l'Allemagne et de la France vont stagner tandis que la Grande-Bretagne sera en récession avec se contractera de un pour cent.

Au sein de la zone-euro, les économies de l'Espagne et de l'Irlande se contracteront également en 2009 verront leur taux de chômage et leur déficit public enfler, a souligné l'UE.
L'Irlande est déjà entrée en récession tout comme l'Estonie et la Lettonie, deux États Baltes qui ne sont pas dans la zone-euro.

Journée positive en Asie

Après avoir traversé un mois d'octobre éprouvant, les Bourses asiatiques ont connu une hausse, en l'absence de la Bourse de Tokyo, fermée à cause d’un jour férié. Hong Kong a terminé à plus 5,30%, Bangkok a gagné 7,84%, Sydney a pris un gain de 5% et Bombay a terminé la journée à plus 5,18 %.

Le pétrole a subi une baisse de 3,94 dollars pour terminer à 63,94 dollars américains le baril, alors que l’or reprenait des gains et terminait en hausse à 726,80 dollars américains l’once.

Le dollar canadien a repris de la vigueur et gagnait 1,72 cent pour revenir à 84,40 cents américains.

À la une

La Caisse de dépôt affiche une perte de 33,6G$

En tenant compte des dépôts, l’actif net de la CDPQ a reculé de 28,2G$, passant de 420G$ à 392G$ de janvier à juin 2022.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.

Le marché immobilier canadien: un phénomène paradoxal

Il y a 26 minutes | Courrier des lecteurs

COURRIER DES LECTEURS. Un marché du logement qui contraste avec la réalité est apparu récemment au Canada.