Après Lightspeed, Spruce Point s'attaque à Nuvei

Publié le 08/12/2021 à 11:08, mis à jour le 08/12/2021 à 17:04

Après Lightspeed, Spruce Point s'attaque à Nuvei

Publié le 08/12/2021 à 11:08, mis à jour le 08/12/2021 à 17:04

Par Denis Lalonde
Philip Fayer

Le président et chef de la direction de Nuvei, Philip Fayer. (Photo: courtoisie)

Après avoir publié une analyse dévastatrice sur Lightspeed à la fin septembre, le vendeur à découvert Spruce Point Capital Management s’en prend à une autre société montréalaise, Nuvei (NVEI, 70,84$), dont le titre s'est effondré de plus de 40% à la Bourse de Toronto.

La valeur du titre de Nuvei a terminé la séance de mercredi sur un recul de 49,61$, ou de 40,42%, à 73,12$. Au cours de la dernière année, la valeur de l’action a oscillé entre 54,47$ et 180$. Les transactions sur le titre ont repris après avoir été brièvement suspendues.

Après avoir mené une analyse financière, Spruce Point en vient à la conclusion que Nuvei, entreprise qui se spécialise dans les solutions de paiement, a camouflé des modèles d’échecs commerciaux, un manque de croissance organique et des activités frauduleuses, tout en entretenant des relations avec «une toile d’individus liés à des fraudes de type Ponzi (ventes pyramidales)», lit-on dans le rapport de la société.

Spruce Point reproche aussi au PDG de Nuvei, Philip Fayer, d’avoir «embelli» son parcours scolaire, d’avoir déjà été arrêté et d’avoir la réputation de diriger des entreprises aux pratiques d’affaires agressives. Le vendeur à découvert questionne également les récentes acquisitions de l'entreprise et lui reproche un manque de transparence dans le dévoilement de ses résultats financiers.

Lorsqu’une entreprise comme Spruce Point vend un titre à découvert, cela veut dire qu’elle emprunte des actions pour les vendre, dans l’espoir de les racheter plus tard à un prix plus bas.

 

À (re)lire: Spruce Point accuse Lightspeed de cacher ses difficultés, l'action chute de 12%

 

Il n'a pas été possible d'obtenir de réaction de la part de Nuvei dans l'immédiat.

Dans son rapport, Spruce Point estime que le risque à la baisse pour le titre de la société montréalaise oscille entre 40% et 60%. 

 

Sur le même sujet

À surveiller: Bombardier, Pfizer et BMO

Que faire avec les titres Bombardier, Pfizer et BMO? Voici quelques recommandations d’analystes.

Titres en action:Broadcom. Banque Royale, Banque TD, CIBC

Mis à jour à 09:50 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

À la une

«Revenir au bureau? Non merci, ça coûte trop cher!»

Il y a 30 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Essence, strationnement, food court... Au secours, le retour partiel au bureau me coûte une fortune!»

Ce qui cloche avec l'expérience voyageur à l'aéroport de Montréal

BLOGUE INVITÉ. Comment se fait-il que l'expérience soit plus fluide à Paris qu'à Montréal?

À surveiller: Bombardier, Pfizer et BMO

Que faire avec les titres Bombardier, Pfizer et BMO? Voici quelques recommandations d’analystes.