Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 14/01/2022 à 13:18

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 14/01/2022 à 13:18

Par lesaffaires.com

(Photo: 123RF)

BRP (DOO-T, 118,17$, DOOO-N, 94,02 $US): plein gaz
Malgré un inventaire réduit, BRP est parvenue à dépasser les attentes des analystes au cours du deuxième trimestre de son exercice de 2022, et elle compte bien poursuivre sur ce sentier malgré les embûches qui pointent à l’horizon, croit Brian Morrison de TD Securities.

Quels titres boursiers et rapports d'analystes ont retenu l'attention cette semaine? Voici une revue de presse qui regroupe divers textes boursiers.

 

10 janvier

 

Dans les Titres en action:

  • Tilray (TLRY, 7,47 $US) a affiché lundi une perte nette de près de 6 millions $US pour son plus récent trimestre, alors que ses revenus ont grimpé grâce à ses efforts visant à s'emparer de nouvelles parts du marché. Le producteur de cannabis a souligné que le résultat de son plus récent trimestre, qui s'est terminé le 30 novembre, se comparait à une perte nette d'environ 89 millions $US pour la même période un an plus tôt. Le résultat net par action de Tilray s'est chiffré à zéro, ce qui se compare à une perte de 41 cents par action pour la même période de l'exercice précédent. Le chiffre d'affaires de Tilray a grimpé d'environ 20% pour atteindre 155 millions $US, comparativement à 129 millions $US un an plus tôt. La société a précisé que 58,8 millions $US de ce chiffre d'affaires était attribuable à ses activités de cannabis, tandis que 13,7 millions $US provenait de sa division SweetWater Brewing et 13,8 millions $US, de Manitoba Harvest. Tilray a aussi annoncé qu'il commencerait à utiliser le nom de Tilray Brands comme nom pour sa société mère, parce que celui-ci reflète mieux son évolution, le producteur autorisé de cannabis au Canada étant maintenant devenu une entreprise mondiale de produits de consommation.
  • L'éditeur américain de jeux vidéo Take-Two Interactive (TTWO, 164,60 $US), derrière la franchise GTA, a annoncé lundi avoir trouvé un accord pour acquérir le développeur Zynga (ZNGA, 6 $US), icône des jeux mobiles, mais à la peine ces dernières années, moyennant 12,7 milliards de dollars américains. Développeur et éditeur, Take-Two, basé à New York, est un poids lourd de l'industrie vidéoludique et est à l'origine d'énormes franchises comme Bioshock, Grand Theft Auto ou encore le jeu de basket NBA 2K. Zynga, dont le siège est à San Francisco (Californie), s'est, pour sa part, fait connaître grâce à des jeux mobiles, principalement la simulation agricole FarmVille, qui a rencontré un immense succès sur Facebook au début des années 2010. Malgré d'autres blockbusters (CSR Racing, Words with Friends, Zynga Poker) et des adaptations de l'univers de Harry Potter et Game of Thrones dans des jeux de puzzle ou de casino, l'entreprise a perdu en popularité et en prestige au cours des dernières années. En 2021, le titre de Zynga a abandonné 54% en Bourse. Lundi, l'action de Zynga s'envolait de près de 50% au Nasdaq dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de Wall Street. Celle de Take-Two reculait d'environ 10%. La transaction, qui doit être finalisée entre avril et juin, doit se faire via le rachat (en espèces et en titres) par Take-Two des actions Zynga, au prix de 9,86 $US par action, soit près de 65% de plus que leur valeur avant l'annonce.
  • Air France-KLM (AF.PA, 4,38 €) a annoncé lundi augmenter les prix de ses billets de 1 à 12 euros afin de compenser une partie du surcoût de l'utilisation de carburant d'aviation durable, qui permet de réduire les émissions de CO2. «Une contribution "Carburant Aviation Durable" sera intégrée à partir du 10 janvier dans le prix du billet: de 1 à 4 euros en cabine Economy, de 1,50 à 12 euros en cabine Business, selon la distance», affirme Air France dans un message à ses clients. Toutes les compagnies du groupe — Air France, la néerlandaise KLM et la low-cost Transavia — sont concernées par la mesure. Les carburants d'aviation durables (SAF), qui sont produits à partir d'huiles usagées ou de résidus forestiers et agricoles, permettent de réduire de 75% sur leur cycle de vie les émissions de CO2, principal gaz à effet de serre, par rapport au carburant d'aviation fossile. Le kérosène d'aviation représente actuellement entre 20% et 30% des coûts des compagnies aériennes et les SAF sont quatre à huit fois plus chers. Ils sont actuellement produits en quantité bien trop insuffisante pour faire face aux besoins. Air France propose par ailleurs à ses passagers, à partir de jeudi, de «contribuer volontairement à l'achat de carburant d'aviation durable supplémentaire» sur son site internet pour réduire l'empreinte carbone de leurs voyages. «Chaque euro de contribution volontaire sera investi dans l'achat de ces carburants», assure-t-elle. La France a instauré au 1er janvier une obligation d'incorporation de 1% de carburant durable dans le kérosène d'aviation et mis en place une feuille de route pour monter à 2% en 2025 puis 5% en 2030. La Commission européenne, dans le cadre de son nouveau paquet climat «Fit for 55», propose également un mandat d'incorporation graduel, allant de 2% en 2025 à 63% en 2050.
  • Le fabricant italien de voitures de luxe Ferrari (RACE, 257,02 $US) a dévoilé lundi une réorganisation de ses instances dirigeantes, visant notamment à renforcer l'innovation et le développement de produits et à «se concentrer sur l'atteinte de la neutralité carbone d'ici 2030». L’une de ses missions consiste à mener à bien le virage électrique de Ferrari. Parmi les premières mesures prises figure un remaniement de la direction de Ferrari, annoncé en décembre, et qui s'est traduit par le départ de trois managers, dont le directeur de la technologie Michael Leiters. Gianmaria Fulgenzi, chez Ferrari depuis 2002 et ancien responsable de la chaîne d'approvisionnement de sa division courses, a été nommé au poste de responsable du développement des produits. Ernesto Lasalandra a été débauché chez STMicroelectronics, le fabricant franco-italien de composants électroniques où avait travaillé aussi Benedetto Vigna, pour devenir directeur de la recherche et du développement de Ferrari. Davide Abate, chez Ferrari depuis 2012, a été nommé responsable des technologies et des infrastructures. Ferrari a affiché des commandes record et une croissance à deux chiffres des livraisons au troisième trimestre, ce qui l'a amené à relever ses prévisions pour l'ensemble de l'année. La prestigieuse marque au cheval cabré a livré au total 2 750 bolides dans le monde entre juillet et septembre, en hausse de 18,9% comparé à la même période de 2020 et de 11,2% par rapport à 2019, avant la pandémie de coronavirus.
  • Le géant informatique français Atos (ATO.PA, 31,69 €) (107 000 salariés) a annoncé lundi «des chiffres financiers préliminaires pour 2021 inférieurs à ses objectifs», avec un chiffre d'affaires en baisse. Son chiffre d'affaires, de l'ordre de 10,8 milliards d'euros, a reculé d'environ 2,4%, alors que Atos s'attendait à une stabilisation. Le flux de trésorerie est de l'ordre de -420 millions d'euros, alors que l'objectif était «positif», a indiqué le groupe dans un communiqué. Atos, dirigé pendant plus de dix ans par Thierry Breton avant que celui-ci ne devienne commissaire européen en octobre 2019, est dans une mauvaise passe financière et boursière depuis plusieurs mois. Elie Girard, l'ancien directeur financier qui avait pris les rênes du groupe après le départ de M. Breton, a été poussé vers la sortie en octobre 2021, après deux ans de mandat. Selon Atos, la baisse du chiffre d'affaires par rapport aux prévisions s'explique notamment par des décalages de projets et des reports d'accords finaux avec de grands clients, ainsi qu'une révision du taux d'avancement sur un contrat d'externalisation de processus avec une grande institution financière britannique.

 

À surveiller

Aritzia (ATZ, 50,13 $): l’analyste de la TD hausse son cours cible. Le détaillant de vêtements haut de gamme pour femmes divulguera demain les résultats du 3e trimestre de son année financière 2022, mais déjà Meaghen Annett, analyste chez Valeurs mobilières TD, hausse son cours cible de 53 $ à 57 $.

Lightspeed Commerce Inc. (LSPD-NYSE, 36,44 $US): un cours cible plus réaliste. Le cours de l’action de l’entreprise montréalaise qui produit et distribue des systèmes de point de vente et des logiciels de commerce en ligne est en chute libre depuis le mois de septembre. 

Precision Drilling Corporation (PD, 52,20 $): de 10% à 20% des flux de trésorerie retournés aux actionnaires. Le plus important entrepreneur en forage au Canada présentait vendredi une mise à jour de l’état de ses opérations ainsi qu’un nouveau schéma d’allocation du capital.

 

Pour consulter les titres du 11 janvier, cliquez suivant.

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street s'offre un rebond, tiré par la technologie

Mis à jour le 17/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

Titres en action: Home Depot, Walmart

Mis à jour le 17/05/2022 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

À la une

Bourse: Wall Street s'offre un rebond, tiré par la technologie

Mis à jour le 17/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Tesla/Twitter, Lightspeed et Québecor

17/05/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Tesla/Twitter, Lightspeed et Québecor? Voici quelques recommandations d'analystes.

Titres en action: Home Depot, Walmart

Mis à jour le 17/05/2022 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.