Technologies: vos gestionnaires sont-ils compétents?

Publié le 09/11/2023 à 14:00

Technologies: vos gestionnaires sont-ils compétents?

Publié le 09/11/2023 à 14:00

Former la main-d'œuvre, dont les gestionnaires, est un objectif économique direct et concret, que ce soit pour pallier le manque de main-d’œuvre, accroître la productivité ou même favoriser la performance environnementale. (Photo: 123RF)

EXPERTE INVITÉE. Que ce soit pour atténuer l’impact de la pénurie de main-d’œuvre, mieux répondre aux besoins des clients ou encore se conformer aux nouvelles normes environnementales, nos entreprises doivent s’adapter.

Cette transformation passe souvent par l’adoption de nouvelles technologies. Pensons à la robotisation, l’automatisation ou l’intégration de l’intelligence artificielle.

Pour y arriver, cela prend des investissements, bien entendu. Mais pas uniquement des investissements dans la machine; il faut aussi penser à l’humain.

Il y a des besoins manifestes pour les investissements reliés à la formation. Et non seulement faut-il rehausser la compétence des employés, mais il faut aussi s’attaquer à celle des membres de la direction.

C’est le constat qui se dégage d’une étude menée par l’Institut du Québec, en collaboration avec Manufacturiers et Exportateurs du Québec et Fondaction, sous le thème «Former pour mieux performer: Analyse sur les enjeux du secteur manufacturier».

 

Urgent besoin de formation continue

À la question «quels sont les obstacles qui empêchent votre entreprise d’investir davantage dans les technologies de pointe?», les réponses ont pointé principalement vers la faible maîtrise des enjeux technologiques par les dirigeants, le manque de compétences pour identifier et implanter les technologies, et les difficultés d’adaptation de la main-d’œuvre.

Plus précisément, les obstacles reliés aux compétences des gestionnaires font état du manque d’information sur les technologies disponibles, du manque de clarté sur la manière de les intégrer ou encore de la difficulté d’intégration dans les processus existants.

Ajoutons à cela la capacité à intégrer le changement et à faire évoluer la culture d’entreprise.

Utilisons une comparaison facile à comprendre: un jeune qui suit ses premiers cours de conduite ne pourra jamais utiliser à plein rendement une Formule Un.

Par conséquent, la première recommandation de l’étude citée précédemment consiste à développer les compétences vertes et technologiques des gestionnaires, et ce, afin de renforcer leur aptitude à évaluer les besoins et d’intégrer de nouvelles technologies.

De façon concrète, on cible notamment les directeurs de fabrication. Il s’agit de la profession la plus commune dans le secteur manufacturier. Plus de 32 000 personnes occupaient ce poste en 2022.

Les directeurs de fabrication doivent voir à la planification des changements en matière de machines et d’équipements, de systèmes de production et de méthodes de travail. Ils jouent un rôle central dans l’adoption de nouvelles technologies et de pratiques durables.

Ce poste clé est souvent confié à des personnes d’expérience dans l’entreprise. Leur formation peut donc parfois remonter à de nombreuses années.

Il ne fait pas de doute qu’investir dans la formation continue de ces gestionnaires entraînerait des répercussions certaines sur l’ensemble du secteur manufacturier.

 

À SUIVRE: Accroître les compétences ou mourir?

À propos de ce blogue

Véronique Proulx est PDG de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) et vice-présidente principale, Politiques et Affaires publiques, pour la maison-mère, Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC). Depuis son arrivée en 2017, MEQ et MEC sont devenus des voix influentes pour les entreprises manufacturières sur les scènes québécoise et canadienne. Véronique Proulx possède une longue feuille de route en entrepreneuriat et une solide expertise du milieu de l’exportation et de l’économie manufacturière québécoise. Elle a notamment œuvré pendant 14 ans au sein de Laval Technopole. Mme Proulx est administratrice au sein du conseil d’administration de INO et de Palette Skills. Véronique Proulx a été nommée dans le prestigieux Top 100 2021 des femmes les plus influentes au Canada du Women’s Executive Network (WXN), dans la catégorie Prix des leaders émergentes Mercedes-Benz. Elle est détentrice d’un MBA exécutif de l’université Paris-Dauphine et de l’UQAM.

Véronique Proulx
Sujets liés

Manufacturier

Sur le même sujet

Des horaires à la carte à Synertek

21/02/2024 | Anne-Marie Tremblay

PÉNURIE DE TALENTS. L'entreprise de Lévis offre une panoplie de mesures qui favorisent la conciliation travail-famille.

Bic: ventes et bénéfice en augmentation, dopés par les rasoirs

Mis à jour le 19/02/2024 | AFP

À taux de change constants, les ventes de rasoirs ont progressé de 17,8%.

Blogues similaires

L’aluminium transformé, la carte maîtresse de l’économie du Québec

18/10/2023 | Louis J. Duhamel

EXPERT INVITÉ. Malgré les beaux discours, le Québec ignore le potentiel de la 2e et 3e transformation du métal blanc.

Secteur minier: les choses à garder sur votre radar en 2024

14/12/2023 | Maxime Guilbault

EXPERT INVITÉ. Grande consommatrice de métaux, la Chine n’a jamais sous-performé ainsi depuis des décennies.

Le Québec peut devenir un leader mondial de «l'acier vert»

09/02/2024 | François Normand

ANALYSE. Les atouts du Québec: la pureté de son minerai de fer, son énergie renouvelable et sa stabilité géopolitique.