Passer à l'action pour Dave St-Pierre

Publié le 27/02/2014 à 11:49

Passer à l'action pour Dave St-Pierre

Publié le 27/02/2014 à 11:49

Le 11 février dernier, je recevais un courriel personnel d’une connaissance qui souhaitait m’alerter sur le fait que le chorégraphe Dave St-Pierre connaissait un vrai succès en tournée en France mais ne serait pas capable de présenter son spectacle à Montréal faute d’argent. « Tu penses pas que ça n’a pas de bon sens? » me dit-elle.

C’est vrai que ça n’a pas de bon sens qu’un chorégraphe dont le talent est reconnu sur les scènes les plus réputées du monde ne soit pas en mesure de présenter son spectacle dans son propre pays, qui plus est dans une ville dont la réputation en terme de créativité dans le domaine de la danse contemporaine est affirmée. Cette histoire me rappelle celle de danseurs contraints de se rabattre sur le cocktail après leur spectacle car la compagnie n’a pas assez d’argent pour payer les repas. Les compagnies de danse sont les ambassadeurs de notre culture et portent notre créativité à l’étranger. Mais saviez-vous que la rémunération de ces artistes tourne autour de 15 000 $ par an?

Dans un article sur le sujet, Nathalie Petrowski note très justement que la solution passe peut-être par autre chose que les multiples demandes de subventions remplies durant de longues heures, au détriment du temps de création. Il y a quelques années, comme le rappelle la journaliste, Marie Chouinard, autre enfant chérie de la danse québécoise, comptait ses sous alors qu’elle triomphait à l’international. Des gens d’affaire comme Marcel Côté se sont activement mis au travail pour lui apporter les moyens de créer. J’ai fait partie d’une campagne de financement importante cet automne qui a permis d'aider à la réalisation de certains projets de Marie Chouinard. Il y avait autour de la table des hommes et des femmes du milieu des affaires, réunis autour de deux présidents de campagne dynamiques, Christiane Germain et Jean Houde. Chacun était concentré sur un objectif : vendre le maximum de billets à 275 $ pièce au bénéfice de la compagnie. Jamais personne n’a remis en question le contenu artistique ou les orientations de Marie Chouinard. Contrairement à ce que peuvent penser parfois certains artistes.

Quand j’ai reçu ce courriel en forme d’appel à l’action pour aider Dave St-Pierre, j’ai tout de suite pensé à l’exemple de ce comité autour de Marie Chouinard. « Avec un coup de pouce de nos contacts et une levée de fonds sur le web, me semble qu’on pourrait y arriver » concluait le courriel.

Oui, je crois qu’on pourrait y arriver. Parce que j’ai envie que Montréal puisse voir le génie de Dave St-Pierre, parce que j’ai envie que les Montréalais puissent dire au reste du monde, avec fierté, « Dave St-Pierre, ce gars-là, il vient de Montréal », parce que j’ai envie qu’on offre ça à notre ville et à nos concitoyens.

Pour toutes ces raisons je crois qu’il est temps de passer à l’action et de se réunir. C’est ce que je vais faire. Et vous ? 

****************************************************

Sébastien Barangé (Twitter @SBarange)

Sébastien Barangé est directeur des communications et affaires publiques du Groupe CGI. Il est coprésident d’artsScène Montréal (Business For The Arts), co-initiateur de Jeunes mécènes pour les arts, membre du comité arts-affaires du Conseil des arts de Montréal et des conseils d’administration du CECI et de Ensemble pour le respect de la diversité.

 

 

 

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Les ventes de véhicules automobiles ont reculé de 13% en avril au Canada

140 785 véhicules légers neufs ont été vendus en avril, soit à peine plus que les 140 460 vendus en mars.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.