Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

Publié le 19/04/2024 à 15:00

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

Publié le 19/04/2024 à 15:00

«Qui sait, cette mesure du gouvernement fédéral aura peut-être l'effet favorable de pousser encore plus d'investisseurs à penser long terme et à conserver leurs titres encore plus longtemps?», interroge Philippe Leblanc. (Photo: Getty Images)

EXPERT INVITÉ. Je ne ferai pas de commentaire éditorial sur le budget du gouvernement fédéral canadien qui a été déposé cette semaine. Il reste qu'un investisseur se doit de bien comprendre les règles qui régissent l'investissement.

À compter du 25 juin prochain, le taux d'inclusion sur les gains en capital réalisés passera de 50% à 66% à partir de 250 000$. On parle ici des comptes personnels imposables, excluant les REER, CELI et autres comptes non imposables. En revanche, les sociétés de gestion et les fiducies seront imposées à un taux d’inclusion de 66% dès le premier dollar de gain en capital réalisé.

Qu'est-ce que cela implique?

D'une part, cette nouvelle règle touche essentiellement les investisseurs les plus nantis. Par exemple, si l'on présume qu'un portefeuille de titres boursiers réalise des gains annuels équivalant à 10% de la valeur d'un portefeuille, on parle ici de portefeuilles d'une valeur de 2,5M$ ou plus. Dans cet exemple, la facture fiscale annuelle passera de 66 625$ à 87 945$, en supposant le taux marginal maximal de 53,3%. Ouch.

Que faire si vous faites partie de cette catégorie d'investisseurs?

La première considération serait de réaliser des gains sur des titres de votre portefeuille avant le 25 juin prochain. La cristallisation (soit vendre et racheter un titre immédiatement afin de réaliser le gain latent) est une option que plusieurs considéreront d’ici le 25 juin.

Une bonne idée? À mon avis, non. Du moins pas si vous êtes un investisseur à long terme qui garde ses titres boursiers pendant une longue période. En revanche, si vous pensiez déjà vendre un titre de votre portefeuille (avec un gain), peut-être vaudrait-il la peine de le faire avant le 25 juin.

Pour le reste de votre portefeuille, je crois qu'il faudra adopter une stratégie axée plus «long terme» et conserver vos titres pendant une période encore plus longue afin de repousser la facture fiscale aussi loin que possible.

Dans ses comptes personnels, il vaudra aussi la peine de limiter ses gains annuels réalisés à moins de 250 000$. La prise de pertes en fin d'année pour réduire ses gains prendra fort probablement de l'ampleur dès 2024.

Bien que je n'aime pas ces nouvelles règles, elles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme. Qui sait, cette mesure du gouvernement fédéral aura peut-être l'effet favorable de pousser encore plus d'investisseurs à penser long terme et à conserver leurs titres encore plus longtemps? Si c'est le cas, c'est peut-être un mal pour un bien.

 

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100 et auteur du livre Avantage Bourse 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Nvidia et CAE: des titres qui vont dans des directions opposées

24/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Nvidia a su satisfaire ses admirateurs cette semaine, ce qui n'a pas été le cas pour CAE, raconte Luc Girard.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Une baisse des taux retardée?

21/05/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Si plusieurs craignent une telle situation, il n’y a pourtant pas lieu de s’en inquiéter.