35 ans d'existence (4)

Publié le 12/04/2024 à 10:46

35 ans d'existence (4)

Publié le 12/04/2024 à 10:46

(Photo: 123RF)

Ceci est le quatrième et dernier blogue de cette série portant sur les 35 ans d’existence de COTE 100. Le premier et troisième blogues de la série étaient axés sur l’investissement. Le deuxième concernait davantage la gestion de l’entreprise COTE 100.

Ce dernier blogue porte à la fois sur l’investissement et la gestion d’une entreprise. De fait, j’estime que les deux volets se renforcent mutuellement. C’est d’ailleurs Warren Buffett qui a écrit : « Je suis un meilleur investisseur parce que je suis un homme d’affaires et un meilleur homme d’affaires parce que je suis un investisseur. » Les qualités requises dans un domaine se transposent souvent très bien dans l’autre.

Voici deux constats que la gestion de COTE 100 m’a inculqués concernant l’investissement… Ou est-ce le contraire?

 

La croissance est une nécessité

Il fut un temps, il y a plusieurs années déjà, où nous avons considéré ralentir la croissance de COTE 100. L’entreprise avait atteint une taille suffisante pour être confortablement rentable. De plus, la croissance apporte son lot de défis, de problèmes à solutionner. Pourquoi chercher à aller plus loin quand on est très bien là où on est?

J’utiliserai ici une analogie (encore une autre) avec le monde du tennis. Un joueur ou une joueuse qui a atteint les hauts échelons du classement mondial ne peut pas se permettre de lever le pied et de voguer sur ses récents succès. Le monde du tennis est hautement compétitif et quelques semaines de relâchement se traduiront souvent par un glissement graduel, puis soudain, au classement. Au tennis, comme en affaires, on ne peut espérer faire du surplace. Il faut constamment chercher à s’améliorer, à se développer.

J’ajouterais que ce sont les projets de croissance et de développement qui rendent la gestion d’une entreprise stimulante.

De plus, la croissance de notre entreprise nous a permis et devrait continuer à nous permettre de réinvestir dans la qualité des services que nous offrons à nos investisseurs et dans nos processus d’investissement boursier.

Au fil des ans, cette recherche de la croissance a de plus en plus orienté nos investissements boursiers. Les entreprises qui ne réussissent pas à dégager une croissance organique positive et soutenue sont selon moi appelées à décliner avec le temps. Typiquement, le titre de ce type de société s’échangera à des ratios d’évaluation faibles et en apparence attrayants. La plupart du temps, c’est un piège, ce qu’on appelle des « value traps ».

Dans un monde hypercompétitif, faire du surplace équivaut à régresser.

 

Penser « win-win-win »

Une des valeurs qui sous-tendent toutes nos décisions chez COTE 100 est le modèle « gagnant-gagnant-gagnant ». Dans tout ce que nous faisons, nous cherchons à prendre des décisions qui favoriseront d’abord nos investisseurs, mais qui seront également favorables à notre entreprise et à la collectivité dans son ensemble. Avant de penser au développement de tout nouveau service, nous nous posons d’abord cette question : « Serions-nous nous-mêmes intéressés à investir dans un tel produit? ».

En investissement, bien des choses ont été dites au cours des dernières années sur le concept ESG, les fameux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Je vous avouerai que nous ne souscrivons pas aux divers services offerts par des tiers qui certifient l’investissement ESG chez un gestionnaire. Pour moi, il s’agit avant tout d’un stratagème de marketing.

Depuis plusieurs années, nous avons plutôt ajouté une question à notre liste de contrôle (« checklist ») qui oriente toutes nos décisions d’investissement : « Les produits/services de la société sont-ils un « WIN-WIN-WIN » pour tous les intervenants (sociétés, actionnaires, employés, clients)? »

Je crois que ce test du WIN-WIN-WIN représente le test ultime qui devrait dicter les décisions d’une entreprise de même que toute décision d’investissement en Bourse.

J’ai bien aimé cette série « 35 ans d’existence de COTE 100 » car elle m’a forcé à réfléchir sur les plus importantes leçons que l’on a pu tirer de notre longue expérience en affaires et en investissement. J’espère que ces quatre blogues vous seront utiles dans la gestion de votre entreprise ou de votre portefeuille.

 

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements chez COTE 100 et auteur du livre Avantage Bourse

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100+. Il est également l’auteur du livre Avantage Bourse et coauteur de La Bourse ou la Vie.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Nvidia et CAE: des titres qui vont dans des directions opposées

24/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Nvidia a su satisfaire ses admirateurs cette semaine, ce qui n'a pas été le cas pour CAE, raconte Luc Girard.

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Une baisse des taux retardée?

21/05/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Si plusieurs craignent une telle situation, il n’y a pourtant pas lieu de s’en inquiéter.