François Pouliot: Les Nordiques, quel impact pour le contribuable et Quebecor?

Publié le 05/10/2010 à 08:17, mis à jour le 05/10/2010 à 08:40

François Pouliot: Les Nordiques, quel impact pour le contribuable et Quebecor?

Publié le 05/10/2010 à 08:17, mis à jour le 05/10/2010 à 08:40

Image : DR

Blogue. Une mer bleue, et une mer de points de vue…

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le projet de nouvel amphithéâtre à Québec ne laisse pas indifférent. Toute la fin de semaine, la question a tourné dans notre esprit: les Nordiques, quel impact pour le contribuable et Quebecor?

Voyons-y de plus près.

L'IMPACT POUR LE CONTRIBUABLE

Il court depuis quelques semaines toutes sortes d'hypothèses quant à la rentabilité d'un nouveau Colisée.

Plusieurs parlent d'un édifice qui ferait ses frais et coûterait moins cher côté opérationnel que l'actuel Colisée Pepsi. Même sans une équipe professionnelle.

Exagéré?

Avec une équipe professionnelle, non. C'est son loyer qui supporterait en bonne partie les revenus de la bâtisse. Le risque lié à l'insuffisance d'un nombre d'événements majeurs serait pas mal automatiquement couvert.

Sans équipe de hockey, affirmer que l'on sera au "break-even" apparaît cependant peu réaliste. La société d'état exploitant l'amphithéâtre aura beau avoir de meilleures marges parce qu'elle agit elle-même comme promoteur, pour atteindre l'équilibre financier, il lui faudra organiser nombre d'événements majeurs et presque doubler le chiffre actuel. C'est beaucoup demander en spectacles au marché de Québec sans le "buzz" hockey comme catalyseur. Madona à 300$ le billet? Bon pour Montréal, mais oublions la capitale.

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le marché baissier envoie des recrues dans les mains d'acquéreurs

BLOGUE. La dépréciation de dentalcorp et de Converge Technology attire des offres. D'autres pourraient suivre.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?