5 vérités effrayantes sur le fait de devenir entrepreneur

Publié le 14/07/2022 à 11:50

5 vérités effrayantes sur le fait de devenir entrepreneur

Publié le 14/07/2022 à 11:50

«Entreprendre pour les bonnes raisons, c’est génial! Si vous n’êtes pas prêt à souffrir un peu, choisissez un autre plan!» (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Après le succès de mon blogue «La fin du vedettariat entrepreneurial», je me suis dit qu’il serait peut-être pertinent de mettre quelques faits en avant! Encore une fois, mon objectif n’est pas de décourager les gens à entreprendre, au contraire. Mais plutôt à faire preuve d’un peu plus de transparence sur certains mythes entrepreneuriaux.

Trop souvent, ceux qui rêvent d’entreprendre pensent à la liberté de pouvoir poursuivre de grands rêves, au frisson de construire des empires et à la joie de marquer le monde en faisant quelque chose de mieux que n’importe qui d’autre dans un domaine.

Il y a quelque chose de vrai dans tout ça. L’entrepreneuriat est en effet amusant, enrichissant et libérateur. Mais il y a un côté sombre à l’entrepreneuriat dont personne n’aime parler. Être un entrepreneur peut être exténuant, bouleversant et carrément difficile. J’espère que vous êtes fait fort. Vous en aurez besoin!

Voici donc cinq vérités sur l’entrepreneuriat (dont on n’entend pas assez souvent).

 

1. Vous n’êtes pas (et ne serez jamais) votre propre patron.

Beaucoup de gens se lancent en affaires car ils veulent être «leur propre patron». C’était un peu mon cas. Avec mon trouble d’opposition, je ne me voyais clairement pas travailler pour quelqu’un d’autre que moi. Je ne pensais même pas que ce serait possible. Toutefois, ce que j’ai rapidement appris, c’est que les grands entrepreneurs ne sont jamais le patron, outre qu’en porter le titre. Dans la vraie vie, les 50 membres de mon équipe chez Connect&GO sont les véritables patrons. Mon conseil d’administration et mes investisseurs sont aussi mes patrons! La preuve? Je dois demander l’approbation du conseil pour obtenir une augmentation salariale: eh oui! 

Les entreprises géniales sont construites en écoutant les personnes qui font fonctionner l’entreprise chaque jour! Pour ma part, chaque fois qu’on me surnomme affectueusement «patron» je suis un peu surpris… et j’en profite pour rappeler que je suis dirigé par mon équipe. Je suis leur employé, le seul employé qui a 50 patrons qui aident à diriger le navire! 

 

2. Vous ne serez pas le mieux payé.

Dernièrement, je parle beaucoup avec mon équipe de mon souhait d’adopter une politique de transparence salariale chez Connect&GO et donc de permettre à tous les membres de l’équipe de consulter le salaire de leurs collègues, incluant le mien! 

Pourquoi? Simplement car nous avons souvent une fausse perception de la rémunération des autres et ainsi, vivons parfois à tort ou à raison, un sentiment d’injustice. Beaucoup d’entrepreneurs considèrent que comme c’est leur propre entreprise, ils vont toujours être les mieux payés. Ils oublient trop souvent que pour que ce soit le cas, il faudrait qu’ils commencent par simplement pouvoir se payer! Si vous souhaitez construire une entreprise incroyable, vous aurez absolument besoin de la meilleure équipe et cette équipe, elle vous obligera à investir et souvent, à offrir des conditions dont vous serez vous-même un peu jaloux!

Lorsque vous trouvez une personne qui peut faire passer votre entreprise au niveau supérieur, vous serez le premier à renoncer à votre propre salaire pour l’embaucher, car c’est ça l’entrepreneuriat. 

Ainsi, vous allez très probablement vous sacrifier et manger avec plaisir vos nouilles Ramen à 1$ (bon, peut-être plus avec l’inflation) dans le calme de votre chez-soi afin de vous permettre d’embaucher la crème de la crème! Vous serez prêt à vous sacrifier aujourd’hui pour un avenir meilleur: parce que c’est ce que font les grands entrepreneurs. 

Petite primeur, près de 20% des membres de mon équipe gagnent (salaire et bonus combinés) plus que moi!

 

3. L’équilibre travail-vie personnelle est impossible.

Bien que je fasse la promotion ardue de l’importance de travailler moins et que je crois fermement à la semaine de quatre jours — la réalité est qu’un équilibre travail-vie personnelle en tant qu’entrepreneur est quasi impossible à atteindre, surtout dans les premières années. Le travail et votre entreprise fera partie intégrale de votre vie quotidienne.

Lorsque vous êtes à la maison à travailler dans votre jardin, au match de soccer de votre enfant ou que vous vous préparez à vous coucher le soir, vous risquez de penser à votre entreprise.

Vous vous réveillerez au milieu de la nuit en ayant une idée ou encore en vous questionnant si vous avez pris la bonne décision (et oui, l’insomnie entrepreneuriale).

Il n’y a pas de 9 à 5 pour créer une entreprise, seulement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Oui, vous passerez du temps à la maison et même en vacances, mais vous serez toujours en train de penser à vos affaires et soyons francs — c’est épuisant!

 

4. Votre famille devra accepter des sacrifices!

Ce point fait un peu référence au point précédent. En toute franchise, j’ai vu énormément de séparation lorsque la famille de l’entrepreneur ne croyait pas autant que lui dans son projet. Si votre famille n’adhère pas à 100% à votre rêve, il est fort possible que celle-ci ou votre entreprise en souffre!

Mon succès entrepreneurial provient énormément de l’appui que j’ai autant à la maison que par les amitiés que j’ai cultivées tout au long de ma vie. Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir une équipe si exceptionnelle qu’il m’est de plus en plus rare de devoir prendre des appels au cours de la fin de semaine ou durant des moments importants. Toutefois, c’est assez récent. Les sept ou huit premières années de vie de l’entreprise a impliqué énormément de sacrifices familiaux, dont ceux de devoir répondre à des appels durant la fin de semaine, d’assister à des événements de réseautage presque tous les soirs et qu’un rendez-vous l’emporte trop souvent sur un souper en famille.

J’ai toujours réservé du temps pour ma famille — car c’est aussi pour eux que je fais tout ce que je fais. Mais la vérité est qu’être entrepreneur, c’est aussi d’accepter d’occasionnellement sacrifier des moments en famille pour le boulot!

 

5. Quelqu’un ne vous aimera pas. 

La leçon la plus difficile pour moi a été celle-ci: plus votre projet est ambitieux et réussi, plus vous aurez d’ennemis. Pour la plupart des entrepreneurs, c’est une chose difficile à accepter. Cela ne veut pas dire que vous n’aurez pas aussi beaucoup de gens inspirés et motivés par ce que vous faites. Mais la vérité est qu’il y aura toujours des gens qui n’aimeront pas la façon dont vous faites les choses, les décisions que vous prenez ou la direction dans laquelle vous vous dirigez. Pour certains entrepreneurs, cela brise l’esprit et les conduits même à la dépression. 

Vous passerez une grande partie de votre vie à consacrer la majorité de votre énergie à votre projet. Vous tenterez de donner le maximum de vous à tous vos collaborateurs et tout se passera généralement bien, jusqu’à temps où vous devrez prendre une décision dans l’intérêt de l’entreprise, mais pas nécessairement des employés.

Vous prendrez des décisions qui sont dans l’intérêt d’un groupe d’employés, mais pas des autres. Vous devrez possiblement faire des coupures car vous devrez réduire les coûts avec la récession prochaine ou un financement qui tarde. Il y aura toujours quelqu’un qui n’aimera pas ce que vous faites, et cela fera mal. 

Pour ma part, j’ai dû faire énormément de mises à pied au début de la pandémie de COVID-19, incluant des gens que je considérais comme des amis. Ils ont disparu simplement, fâchés de ma décision! Ma présence sur la place publique m’a valu plusieurs encouragements, mais aussi des tonnes d’insultes. Même dernièrement, mon désaccord avec la Loi 96 m’a fait recevoir des courriels de «traitre».

 

Malgré tout, être entrepreneur, c’est génial!

Malgré tout cela, je ne ferais pas d’autres choix que celui d’être entrepreneur. Les gens qui ne m’aiment pas sont amplement compensés par le sentiment d’accomplir quelque chose d’énorme. Les sacrifices familiaux sont réels — mais ne sont pas éternels! Ma famille est fière de moi et de mon travail et mes réussites nous permettent aussi des moments inoubliables que plusieurs n’auront pas la chance de vivre. Je ne suis peut-être pas le plus payé — mais après 10 ans, mon entreprise est évaluée à plusieurs millions de dollars et il est très possible que ma sortie soit un coup de circuit — compensant nettement les pertes temporaires.

Entreprendre pour les bonnes raisons, c’est génial! Si vous n’êtes pas prêt à souffrir un peu, choisissez un autre plan! 

À propos de ce blogue

L’innovation et l’entrepreneuriat sont deux sujets qui me touchent particulièrement. Depuis mon plus jeune âge, mon TDA/H m'a toujours donné l’impression d’être différent. Ce surplus d’énergie constant est devenu un véritable incubateur à idées. Je partagerai donc avec vous mes réflexions et des histoires inspirantes qui touchent l’innovation, mais aussi la santé mentale des entrepreneurs. Parfois provocant, je m’assurerai de vous sortir de votre zone de confort.

Dominic Gagnon

Sur le même sujet

Le lanceur d'alerte de Twitter détaille ses accusations devant les sénateurs

Mis à jour le 13/09/2022 | AFP

«La direction de Twitter trompe les élus, les régulateurs et même son propre conseil d'administration.»

Le CN nomme Michel Letellier comme administrateur francophone au sein de son C.A.

Âgé de 58 ans, Michel Letellier est président et chef de la direction d’Innergex énergie renouvelable.

Blogues similaires

Si j'étais en campagne électorale!

27/09/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. À moins d’une semaine du jour J, voici les trois enjeux sur lesquels j’aurais choisi de faire campagne.

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Noël aux couleurs de notre culture

21/12/2021 | Mélanie Paul

BLOGUE INVITÉ. Offrir un cadeau fait par des Autochtones est un bon moyen de tisser des liens avec les Premières Nations