Mooney: Aubaine ou société en déclin?

Publié le 06/11/2012 à 09:24, mis à jour le 06/11/2012 à 11:09

Mooney: Aubaine ou société en déclin?

Publié le 06/11/2012 à 09:24, mis à jour le 06/11/2012 à 11:09

BLOGUE. Le titre avait tout de l’aubaine dans tous les sens du terme. Une société dominante, générant de l’argent en quantité, des marges ronflantes et une performance historique éclatante. L'action se vendait en outre à tout juste plus de 10 fois les bénéfices, avec un dividende de près de 3%. En prime, la direction rachetait de ses actions.

Pourtant, même si je suivais le titre depuis des mois, voire des années, je n’ai pas acheté. Pourquoi? Parce qu’il y avait quelque chose de fondamental qui me tracassait...

Je parle de Western Union, le géant incontesté du transfert d’argent. Ce qui m’inquiétait c’était l’avenir d’une telle entreprise dans un monde de plus en plus interrelié.

La technologie a la capacité de rendre quasi désuet ce genre de service et je n’aimais pas cela. Je ne pouvais pas dire quand, mais le risque était trop inquiétant pour prendre une chance. Car si j’avais raison, Western Union n’était pas une aubaine, mais vraiment un piège.

Or, le jeudi 31 octobre, le titre a plongé de 29% après que la société a publié des résultats conformes aux attentes quant aux bénéfices, tandis que les revenus ont été un peu inférieurs aux attentes.

Ce que les investisseurs n’ont pas aimé (le mot est faible), c’est que pour la première fois, la direction admis qu’elle perdait des parts de marché face à ses compétiteurs traditionnels et aussi face à des nouveaux concurrents. La direction a de plus laissé entendre que ses résultats seraient nettement inférieurs aux attentes lors du quatrième trimestre et, plus important, l’an prochain.

Western Union doit modifier sa stratégie, ce qui comprend des baisses de prix et une nouvelle restructuration de ses activités. Son modèle d’affaires pourrait bien être menacé!

Les investisseurs, ne désirant pas rester avec une société en déclin, ont interprété ces annonces comme les signes avant-coureurs d’une nouvelle ère pour Western Union.

Dorénavant, les Paypal de ce monde offriront des solutions équivalentes, voire plus efficaces, à une fraction du prix. Oups...d’un coup, Western Union se bat pour sa survie après des années de grande prospérité.

Comme un analyste l’écrivait au lendemain de la publication des résultats :«Nous sommes inquiets que des prix plus agressifs et un ralentissement auront des impacts sur sa croissance et sa rentabilité à long terme. Les problèmes qu’affrontent la société nous semblent davantage structurels que cycliques». Quand vous lisez cela, il est difficile de ne pas être très inquiet. En fait, vous en savez assez pour vous tenir loin.

Cela devrait vous rappeller ce qui est arrivé à des sociétés comme Pages Jaunes. On peut difficilement savoir quand exactement ce genre de point tournant survient, mais lorsqu’il arrive, la dégringolade peut être rapide et mortelle.

On verra ce qui arrivera à Western Union et si cette dernière pourra réussir son passage à l’ère numérique. En attendant, c’est une proposition trop risquée qui nous confirme qu’il faut se méfier comme la peste de ces titres qui semblent si peu chers...Wall Street, malgré ses moments maniaco-dépressifs, a tout de même un certain flair pour dépister le déclin des entreprises bien avant qu’il soit évident.

Bernard Mooney

 

Blogues similaires

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?

Une dose de marchés étrangers prescrite pour 2023

Édition du 18 Janvier 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Wall Street et Bay Street aiment bien présenter de nouveaux thèmes à leurs clients.