Ne passez pas d'un extrême à l'autre

Publié le 21/02/2009 à 00:00

Ne passez pas d'un extrême à l'autre

Publié le 21/02/2009 à 00:00

Par Jean Gagnon

J'ai 57 ans et possède un REER à la caisse populaire qui est passé de 192 000 à 121 000 $ durant la dernière année.

Tous les ans, en janvier, mon planificateur financier m'appelle pour réviser mon profil. À chaque visite, il me suggère de changer de produit. J'ai débuté avec les fonds Diapason, puis je suis passé à Plani-maître, ensuite à Chorus, et voilà que cette année on me propose le fonds Helios. Mon planificateur me dit que ce fonds vise à concurrencer les fonds semblables de Manuvie.

J'ai l'impression que les planificateurs financiers font de l'argent quand ils transfèrent d'un fonds à l'autre et qu'ils se préoccupent peu de nous. Pensez-vous que je devrais suivre les conseils de ce planificateur ?

- Claude D.

Dans le but d'augmenter sans cesse leurs ventes, les institutions financières multiplient les produits, si bien qu'on peut en perdre son latin.

Mais cela permet d'offrir un éventail adapté aux besoins d'un plus grand nombre d'investisseurs. On peut en tirer avantage en sélectionnant le bon produit.

Les produits Desjardins Diapason, Plani-maître (qui n'est plus offert) et Chorus se ressemblent beaucoup. Ce sont tous des portefeuilles regroupant des parts de fonds communs selon différentes formules de répartition d'actif.

Par exemple, Chorus compte 12 portefeuilles différents, chacun correspondant à une étape de la vie de l'épargnant.

La principale différence entre Diapason et Chorus est que le premier est offert à tous, car on peut y investir aussi peu que 1 000 $. Dans le cas de Chorus, le placement minimum s'établit à 100 000 $. Desjardins m'explique aussi que les portefeuilles Chorus sont plus diversifiés et qu'on y a raffiné la répartition d'actif.

Ce sont des solutions sur mesure. Une seule transaction vous permet de détenir un portefeuille diversifié.

Le cas d'Helios est différent. Il s'agit d'un fonds de placement garanti semblable à un fonds distinct auquel est greffé un contrat de rente. Helios fait partie des produits d'assurance offerts par Desjardins Sécurité financière, et vise à concurrencer Revenu Plus de Manuvie.

Je peux comprendre que votre planificateur vous offre de passer de Chorus à Helios. Votre portefeuille s'est déprécié de 37 % en 2008, et vous lui avez probablement fait part de votre mécontentement. C'est pourquoi il vous offre maintenant un produit dont le capital est garanti.

Est-ce une bonne idée ? Votre portefeuille a perdu 37 % de sa valeur l'année dernière parce qu'il était composé uniquement d'actions. À votre âge, le niveau de risque de votre portefeuille était trop élevé. Il importe de réduire ce risque.

Toutefois, en optant pour Helios, vous allez vous retrouver à l'autre extrême, c'est-à-dire avec un portefeuille garanti dont le potentiel de rendement sera forcément beaucoup plus faible, et les frais, plus élevés. C'est le prix à payer pour la sécurité. Est-ce bien ce que vous voulez ?

L'année 2008 fut éprouvante et 2009 pourrait également être difficile, mais il serait étonnant qu'elle le soit autant que 2008.

Garantir votre portefeuille contre tout risque aujourd'hui serait comme assurer votre maison après qu'elle a brûlé.

Je ne suis pas très friand des produits d'assurance comme Helios ou Revenu Plus. Encore moins à ce moment-ci, après un tel recul des Bourses. Sur un horizon de trois à cinq ans, je crois qu'il est avantageux de détenir un portefeuille comportant un certain niveau de risque. Mais compte tenu de votre âge, ce portefeuille doit être équilibré par des placements à revenu fixe.

jean.gagnon@transcontinental.ca

À la une

Entreprises et consommateurs prévoient une forte inflation, selon la banque centrale

L’inflation est le problème économique le plus important pour les consommateurs.

Des lignes aériennes demandent de mettre fin aux tests de dépistage à l'arrivée

Il y a 2 minutes | La Presse Canadienne

Air Canada, WestJet et l’aéroport Pearson demandent un transfert de la capacité de test des aéroports vers la communauté

La capacité hospitalière «inadéquate» du Québec pourrait nuire à la croissance

La Nationale craint que le système de santé du Québec mine l’économie quand la COVID-19 sera sous forme endémique.