Migrer vers l'informatique en nuage sans turbulences

Publié le 11/12/2010 à 00:00, mis à jour le 21/12/2010 à 09:09

Migrer vers l'informatique en nuage sans turbulences

Publié le 11/12/2010 à 00:00, mis à jour le 21/12/2010 à 09:09

Ainsi, avant même de commencer à mener des tests, il faut prendre le temps de bien expliquer aux employés les tenants et les aboutissants des solutions qu'on compte implanter.

Au sein des grandes entreprises, on a tendance à migrer un service à la fois. " Plusieurs clients préfèrent commencer par un service ou un seul pilote, explique Dany Bolduc, v.-p. des TI chez AlphaMosaïk, qui possède des bureaux à Montréal et à Paris. Il faut dire que Microsoft, surtout l'année passée, offrait un programme pour permettre aux entreprises d'essayer ses solutions dans les nuages. "

Former les employés

Une fois le terrain bien préparé, l'implantation doit être associée à des séances de formation. Les Éditions Québec Amérique, dont la migration vers l'environnement en nuage est toute récente, ont fait le saut sans période de test. Toutefois, Caroline Fortin, qui a supervisé le processus, s'est assurée que tout le personnel, une soixantaine d'employés, reçoive une formation préalable. " Il y a eu une formation de trois heures durant laquelle tous les aspects de Google Apps ont été présentés, explique la vice-présidente de l'entreprise. Et après la rencontre, le courriel des employés a été transféré sur Google. Pour que ça marche, il faut que tout le monde embarque. "

Si le personnel technique de Québec Amérique n'a pas eu de mal à transférer les courriels sur Google Apps, l'entreprise a tout de même retenu les services d'une entreprise externe, Easycloud, pour prodiguer la formation, moyennant quelque 3 000 $.

La maison d'édition utilise donc maintenant Google Apps pour ses courriels, mais aussi la suite Google Doc pour les documents collaboratifs. Si l'implantation de Google Apps est loin de constituer une conversion complète à l'informatique en nuage pour l'entreprise, Mme Fortin veut s'assurer que les employés soient à l'aise avec leurs nouveaux outils. " On va prochainement faire une nouvelle formation, après un mois d'utilisation, durant laquelle les employés pourront poser des questions. C'est très important, la formation, car quand on est très habitué à Entourage, par exemple, il y une période d'adaptation nécessaire. Il faut donc s'y faire. Moi, je suis encore en phase d'adaptation. "

Aujourd'hui, les entreprises comme Easycloud, Technologies IntelliCloud ou Pyrameda consacrent une grande partie de leurs ressources à effectuer de la formation en entreprise. " Il faut qu'on passe beaucoup de temps à faire de la formation, à expliquer comment fonctionne l'informatique en nuage, confirme M. Crnobrnja. Aujourd'hui, l'informatique en nuage est un peu comme le commerce en ligne il y a 10 ans, alors que les gens craignaient de faire leurs achats sur Internet. "

Parlant de technique

La migration vers un environnement en nuage peut être réalisée en quelques heures dans les cas les plus simples, comme celui de Québec Amérique, ou se prolonger beaucoup plus longuement pour les cas les plus compliqués. " Pour une migration complète des systèmes, ça peut prendre jusqu'à quelques semaines ", soutient Lav Crnobrnja.

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour à 17:44 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes