Migrer vers l'informatique en nuage sans turbulences

Publié le 11/12/2010 à 00:00, mis à jour le 21/12/2010 à 09:09

Migrer vers l'informatique en nuage sans turbulences

Publié le 11/12/2010 à 00:00, mis à jour le 21/12/2010 à 09:09

Autant la migration vers un environnement informatique en nuage est facile sur le plan technique, autant elle peut représenter tout un défi d'adaptation pour les employés.

Les responsables de la migration technologique auraient tort de tenir pour acquis que tous leurs patrons et collègues adhèrent ou même savent de quoi il s'agit. En fait, durant ce processus, la formation et la communication à l'interne priment sur l'aspect technique.

Franchir la barrière psychologique

L'informatique en nuage consiste, rappelons-le, à confier certaines fonctions informatiques à des sociétés comme Google, Amazon ou Microsoft, qui n'agissent pas comme hébergeurs, mais comme fournisseurs de services.

La première étape, avant d'amorcer le processus de transition, est de déterminer si l'informatique dématérialisée est une bonne solution pour leur entreprise, indique Lav Crnobrnja, directeur général de la montréalaise Pyrameda, spécialiste du cloud computing. En effet, malgré ses nombreux avantages, l'informatique en nuage n'est pas une panacée. " Il faut que le client en retire quelque chose, que ce soit une mobilité accrue, des économies, un gain de productivité ou autre ", explique M. Crnobrnja.

Une fois cette étape franchie, ce sont les travailleurs qu'il faut préparer, bien davantage que les serveurs.

Le plus souvent, cette réticence face à l'informatique en nuage provient de l'incompréhension du concept. " Souvent, c'est la haute direction qui n'est pas à l'aise avec cela, explique Hugo Bouchard, propriétaire de Technologies IntelliCloud, de Montréal. Le président demandera : "Ils sont où, mes courriels ? C'est où, ça, le cloud ? " Il y a beaucoup d'incompréhension et d'insécurité face au fait qu'on ne peut pas dire où sont entreposées les données. "

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?