Les logiciels en nuage à la conquête des petites et moyennes entreprises

Publié le 22/01/2011 à 00:00, mis à jour le 31/01/2011 à 10:19

Les logiciels en nuage à la conquête des petites et moyennes entreprises

Publié le 22/01/2011 à 00:00, mis à jour le 31/01/2011 à 10:19

Les SaaS, pour Software as a Service (logiciels-services), annoncés depuis quelques années comme l'avenir de l'industrie du logiciel, trouvent leur place au sein des PME.

Ces logiciels n'ont pas encore détrôné ceux qu'on installe sur un disque dur, mais les PME québécoises sont plus nombreuses que jamais à en faire usage. On utilise ces programmes à partir d'un navigateur Internet que l'on paye selon des modalités s'apparentant à un abonnement. Pour l'instant, ce sont des logiciels de gestion de la relation client, dont Salesforce est un joueur important, qui remportent la faveur des entreprises. Souhaitant profiter de cette occasion d'affaires, l'éditeur de logiciels québécois Eleasoft a quant à lui lancé Wizzsoft, un logiciel-service de gestion des dossiers clients visant les microentreprises.

Les PME envoient leurs vendeurs dans les nuages

Tandis que la structure de prix par abonnement élimine le risque financier associé à l'acquisition de licences, l'hébergement des logiciels-services permet aux PME d'économiser en matière d'équipement informatique et d'entretien. Ces deux avantages ont convaincu des PME d'adopter ce nouveau format de logiciel : " L'implantation des SaaS a beaucoup progressé dans la PME au cours des 12 à 18 derniers mois. D'ailleurs, la grande entreprise devrait suivre la tendance dans un deuxième temps ", observe Patrice Létourneau, directeur associé chez Conseils Atelya, qui conseille les entreprises sur l'implantation de nouveaux outils et processus.

Dans les PME québécoises qui retiennent les services de représentants ou de vendeurs sur la route, le logiciel Salesforce est très populaire. En fait, il s'agit probablement du logiciel-service le plus massivement adopté au Québec : " On voit surtout des logiciels, comme Salesforce, qui sont orientés vers un usage externe, comme la gestion des ventes ou du service à la clientèle ", relate Patrice Létourneau. Le développeur spécialisé dans l'informatique en nuage, Nicolas Roberge, abonde dans le même sens : " Les SaaS sont surtout populaires auprès des entreprises où il y a du télétravail. C'est ce qui explique leur popularité pour la gestion des ventes. "

Chez Interscript, une entreprise de production graphique comptant quelque 45 employés, Salesforce permet de faire le suivi avec les différents clients et d'éviter les imbroglios dans la répartition des comptes entre les vendeurs : " La première chose qu'un vendeur fait, lorsqu'il prend contact avec un nouveau client potentiel, c'est de vérifier sur Salesforce si celui-ci n'a pas déjà été attribué à un collègue ", explique Gontran Lévesque, directeur général d'Interscript. L'entreprise, qui utilise le logiciel depuis déjà trois ans, a notamment choisi le produit à cause de sa mobilité : " Nous avons déjà eu des vendeurs en télétravail, relate le directeur général. Encore aujourd'hui, la possibilité d'utiliser ce logiciel à partir de plusieurs sites est un atout. "

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.