Quand l’IA prédit la démission des salariés

Publié le 19/04/2024 à 14:44

Quand l’IA prédit la démission des salariés

Publié le 19/04/2024 à 14:44

Par AFP

Les données sur les employés, depuis leur assiduité au travail jusqu’aux informations personnelles telles que l’âge et le sexe, sont analysées par cet outil créé par un professeur de la Tokyo City University avec une start-up locale. (Photo: 123RF)

Les patrons inquiets de la rotation de leurs effectifs ou se demandant combien de temps une recrue va rester à son poste pourraient bientôt compter sur l’intelligence artificielle (IA) pour connaître le prochain salarié susceptible de quitter leur entreprise. 

Un tel outil a été développé par des chercheurs japonais pour aider les entreprises à accompagner de manière ciblée leurs collaborateurs, afin de les dissuader de démissionner.

Les données sur les employés, depuis leur assiduité au travail jusqu’aux informations personnelles telles que l’âge et le sexe, sont analysées par cet outil créé par un professeur de la Tokyo City University avec une start-up locale.

L’outil analyse également les données sur les anciens salariés qui ont quitté l’entreprise.

À partir de toutes ces données, l’outil prédit en pourcentage le taux de démission des nouvelles recrues, a expliqué à l’AFP le professeur Naruhiko Shiratori.

«Nous sommes en phase de test avec cet outil IA dans plusieurs entreprises, en créant un modèle pour chacune d’elles», a ajouté le chercheur.

Les patrons pourraient utiliser les résultats pour «suggérer au salarié à haut risque (de démission, NDLR), sans lui montrer les résultats bruts qui pourraient le choquer — que l’entreprise est prête à lui offrir son soutien, car l’IA prévoit qu’il pourrait être confronté à des difficultés», a affirmé Shiratori.

Pour créer cet outil, les chercheurs se sont appuyés sur une étude antérieure qui utilisait l’IA pour prédire le profil des étudiants universitaires susceptibles d’abandonner leurs études.

Les entreprises japonaises embauchent traditionnellement les jeunes diplômés à la même période chaque année, en avril.

Mais environ 10% de ces recrues quittent leur emploi dans leur première année, et environ 30% dans les trois ans, selon des données gouvernementales.

Les sociétés japonaises cherchent de plus en plus à prendre soin de leurs jeunes salariés, sur fond de déclin démographique accéléré de l’archipel nippon, qui crée des pénuries de main-d’œuvre dans de nombreux secteurs d’activité.

 

 

Sur le même sujet

Main-d'oeuvre: les entreprises embauchent «plus que jamais»

15/05/2024 | François Normand

Selon un nouveau rapport de STIQ, 48% des PME manufacturières ont connu une hausse d’au moins 5% de leurs effectifs.

Le marché de l'emploi ralentit en avril aux États-Unis

03/05/2024 | AFP

En avril, 175 000 emplois ont été créés, contre 315 000 en mars.

À la une

L’art d’être plus efficace

Il y a 16 minutes | Nicolas Duvernois

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»

À surveiller: Loblaws, Northland Power et NFI Group

09:43 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Loblaws, Northland Power et NFI Group? Voici quelques recommandations d’analystes.

Zone d'innovation en aérospatiale: investissements de 415M$

08:47 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

«Il s'agit du seul endroit au monde où Airbus et Boeing sont directement présents.»