Meta démantèle un réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine

Publié le 27/09/2022 à 08:47

Meta démantèle un réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine

Publié le 27/09/2022 à 08:47

Par AFP

Au centre de l'opération figuraient environ 60 sites internet imitant les sites de médias reconnus, dont les journaux allemands Spiegel et Bild, le quotidien anglais The Guardian ou l'agence italienne ANSA. (Photo: 123RF)

New York — Meta, la maison mère de Facebook et Instagram, a annoncé mardi avoir démantelé un important réseau de désinformation sur la guerre en Ukraine mené depuis la Russie, ainsi qu'un réseau de plus faible ampleur ciblant, depuis la Chine, les Américains à l'approche d'élections importantes.

L'opération russe a débuté en mai et visait principalement l'Allemagne, mais aussi la France, l'Italie, l'Ukraine et le Royaume-Uni, a expliqué David Agranovich, un responsable de Meta, lors d'un point presse avec des journalistes.

Au centre de l'opération figuraient environ 60 sites internet imitant les sites de médias reconnus, dont les journaux allemands Spiegel et Bild, le quotidien anglais The Guardian ou l'agence italienne ANSA.

Le réseau russe y postait des articles critiquant l'Ukraine et les réfugiés ukrainiens, ou soutenant la Russie, avant de les partager sur YouTube, Facebook, Instagram, Telegram, Twitter ou des sites de pétitions en ligne.

Mais des journalistes d'investigation ont commencé à mettre en doute l'authenticité de ces sites, poussant Meta à ouvrir sa propre enquête.

«Il s'agit probablement de l'opération d'origine russe la plus importante et la plus complexe que nous ayons interrompue depuis le début de la guerre en Ukraine», avec «une combinaison vraiment inhabituelle de sophistication et de force brute», selon M. Agranovich.

D'un côté, l'imitation de sites existants, dans plusieurs langues, a nécessité un «investissement technique et linguistique important», a-t-il relevé.

De l'autre, la propagation des articles sur les réseaux sociaux s'est principalement faite par l’entremise d'achats de publicités ou de faux comptes peu aboutis, souvent détectés automatiquement par les systèmes d'alerte de Meta.

Au total, la société californienne dit avoir bloqué 1 633 comptes, 703 pages et un groupe sur Facebook ainsi que 29 comptes sur Instagram.

Le réseau opéré depuis la Chine et repéré par Meta, beaucoup plus petit, a tenté plusieurs opérations, dont deux ciblant les Américains.

Dans la première, de faux comptes se sont fait passer pour des conservateurs et abordaient des sujets comme les armes à feu ou l'avortement, ou encore critiquaient Joe Biden. Les messages étaient principalement en anglais, mais aussi parfois en chinois ou en français.

Dans une autre opération, de soi-disant progressistes critiquaient les positions du parti républicain sur les armes à feu ou l'avortement, ou visaient personnellement des politiques républicains.

C'est la première fois qu'une opération de désinformation se focalise à la fois sur des démocrates et des républicains en soulevant des sujets polémiques à l'approche des élections législatives de mi-novembre, a souligné Meta.

Le même réseau basé en Chine a aussi ciblé les internautes tchèques avec des informations critiquant le soutien de leur gouvernement à l'Ukraine et sa politique envers la Chine, et a plus généralement tenté de propager des informations sur des problématiques géopolitiques critiquant les États-Unis.

Au total, concernant ce second réseau, Meta a bloqué 81 comptes, 8 pages et un groupe sur Facebook ainsi que deux comptes Instagram.

La société a précisé n'avoir pas assez d'éléments pour incriminer des groupes particuliers en Russie ou en Chine.

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street termine hésitante, plutôt dans le rouge, avant un discours de la Fed

Mis à jour à 16:55 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en légère hausse grâce aux gains de l'énergie.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 17:35 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, BRP et Banque Scotia

Que faire avec les titres de Dollarama, BRP et Banque Scotia? Voici quelques recommandations d’analystes.