Pandémie: les travailleurs québécois ont été casaniers

Publié le 12/04/2022 à 07:30

Pandémie: les travailleurs québécois ont été casaniers

Publié le 12/04/2022 à 07:30

Par Catherine Charron

Ceux qui ont profité du télétravail pour bosser les deux pieds dans le sable ne sont pas légion. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Si le sentiment de liberté procuré par le télétravail en a fait frémir plus d’un au début de son adoption massive en 2020, il semble que rares sont les Québécois qui ont bel et bien plié bagage pour bosser sous un ciel plus clément. En d'autres termes, le nomadisme numérique n'a pas explosé.

Selon le plus récent sondage de l’Institut national de la paie, dont les résultats ont été partagés le 12 avril 2022, pas moins de 93% d’entre eux sont demeurés les pieds plantés au Québec, faisant d’eux les Canadiens les plus casaniers parmi les 2001 sondés en mars 2022. Précisons que la moyenne nationale est de 90%.

Pourtant, si leur patron le leur permettait, près de 40% disent qu’ils éliraient domicile en dehors de la province.

Jusqu'à présent, les globes trotteurs n’ont pas déposé leurs valises bien loin: 73% l’on fait ailleurs au pays, alors que 26% ont simplement traversé la frontière canado-américaine.

Cette quête de liberté n’est toutefois pas à tout prix: 80% des répondants québécois refusent de diminuer leur rémunération pour travailler où ils veulent. Seuls 4% des personnes sondées seraient néanmoins prêtes à sabrer de 20% ou plus leur salaire pour y avoir droit.

Cette maigre adoption ne devrait pas pour autant décourager les organisations à gagner en flexibilité à l’égard de l’endroit où se trouvent leurs employés, estime le président de l’Institut national de la paie dans un communiqué, Peter Tzanetakis.

Une préparation s’impose toutefois, car le travail hors Québec engendre «son lot de complications liées à la paie pour les employeurs et les employés», précise-t-il, d’autant que près de la moitié des répondants au sondage ne sont pas familiers avec ce que ça implique.

Afin d’éviter de quelconques représailles ou de mauvaises surprises, cet examen devrait se pencher sur «les incidences fiscales du travail transfrontalier, les normes d’emploi et la rémunération des travailleurs» ainsi que «les droits et avantages des employés [qui] varient selon la province ou le pays tout comme les exigences de versement et de déclaration des employeurs», est-il rappelé dans le communiqué.

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

Voici le seul livre qu’un fondateur de start-up devrait lire!

09/06/2022 | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Tout entrepreneur devrait bien comprendre la comptabilité.

Recrutement: ce qui compte, c’est le comportement

14/04/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. La clé, c'est d’aller chercher des informations qui ne tiennent pas sur un bout de papier.

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu

04/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu ? Voici quelques recommandations.

Les fondations doivent-elles planifier leur disparition?

Édition du 11 Mai 2022 | Maxime Bilodeau

PHILANTHROPIE. «Est-ce qu’on y gagnerait davantage collectivement si les fondations acceptaient de mourir?»