Luge Capital recueille 71M$ pour son deuxième fonds

Publié le 26/09/2023 à 07:48, mis à jour le 26/09/2023 à 19:52

Luge Capital recueille 71M$ pour son deuxième fonds

Publié le 26/09/2023 à 07:48, mis à jour le 26/09/2023 à 19:52

Par Matthieu Hains

L'équipe de Luge Capital (Photo: Courtoisie)

La société de capital de risque Luge Capital a annoncé avoir amassé 71 millions de dollars (M$) lors de la première clôture du Fonds d’investissement Luge Capital II, mais a déjà d’autres commanditaires en pourparlers pour atteindre un objectif de 100 M$. 

Luge Capital investit dans de jeunes pousses du domaine des technologies financières (fintech) au Canada et aux États-Unis. 

«C’est un bon moment d’investir dans les fintechs», a dit David Nault, associé directeur à Luge Capital. en entrevue avec Les Affaires. 

«Il y a eu une correction des valorisations des compagnies de fintech dans la dernière année, et on semble être revenu aux valorisations d’avant la pandémie. C’est une bonne chose. [Chez Luge], on a été moins touché par la revalorisation. Les entreprises qui sont plus avancées dans leur vie, qui avaient de grosses valuations, ont subit le plus gros choc. Nous, on est situé plus dans les débuts, dans les premières années d’une compagnie», ajoute-t-il. 

Avec ce deuxième fonds, Luge veux élargir la portée de ses investissements pour soutenir des start-ups fintechs verticalisées «où […] convergent les services financiers et d’autres industries d’envergure», ainsi que celles dans les domaines environnementaux, sociaux et de gouvernance, a indiqué la société dans son communiqué. 

«On voit de plus en plus de secteurs qui commencent à incorporer des services financiers à travers leurs solutions. Que ce soit dans le secteur de l’automobile, avec le financement et l’assurance, ou dans le secteur de la construction, qui commence à intégrer des solutions de paiements automatisés, qui proposent du financement à ses clients, voire même des assurances, en partant de la plateforme de l’entrepreneur», souligne David Nault. 

Le fond II voit plusieurs des investisseurs institutionnels du premier fonds revenir, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec, Desjardins, BDC Capital, Sun Life, iA Groupe financier et le Fonds de solidarité FTQ, ainsi que le Fonds Découverte Inovia I, un nouvel investisseur. 

«Tous nos investisseurs ont réinvesti dans le fonds II, à cause des retours financiers, c’est certain. Aussi, avec tous les partenariats qui se sont créés entre nos investisseurs et nos entreprises en portefeuille, on est un fond qui veut certes assurer le retour du capital, mais qui veut aussi créer une synergie entre les grandes entreprises d’ici et les fintechs», poursuit-il. 

La proposition de Luge, enchaîne David Nault, c’est de créer une situation «win-win-win» entre les partenaires institutionnels, les start-ups fintechs et le milieu des affaires québécois. 

La relation entre la fintech et les institutions financières continue d’évoluer. «Nos partenaires, les institutions financières, sont très ouverts à des partenariats avec de jeunes pousses qui proposent des solutions qui sont très modernes.», dit-il.  

«J’ai rarement vu autant d’ouverture d’esprit afin de collaborer avec de jeunes entreprises. C’est très positif pour l’écosystème fintech», dit l’associé directeur. 

L’annonce du Fonds Luge Capital II a eu lieu aujourd’hui à Montréal lors du Forum FinTech Canada 2023. 

 

 

 

 

Abonnez-vous à notre infolettre thématique pour du contenu qui répond à votre réalité:

Finances personnelles — Tous les vendredis

Inspirez-vous des conseils de nos experts en planification financière et de toutes les nouvelles pouvant affecter la gestion de votre patrimoine.

Sur le même sujet

À la une

Conduite autonome: c'est bien réel

EXPERT INVITÉ. Peu à peu, l’électronique est capable de prendre le contrôle de certaines situations.

La Bourse de Toronto en hausse en fin de matinée

Mis à jour il y a 37 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street est fermé lundi pour le congé du Memorial Day.

À surveiller: Apple, Microsoft et Gildan

10:22 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Apple, Microsoft et Gildan? Voici quelques recommandations d’analystes.