L'incontournable investissement ESG

Publié le 01/05/2024 à 12:21

L'incontournable investissement ESG

Publié le 01/05/2024 à 12:21

Trop peu de monde parle de l'investissement responsable, même si quelque 60 % des actifs sous gestion au Canada comportent au moins une stratégie ESG. (PHOTO : 123RF)

EXPERT INVITÉ. L’investissement ESG, vous connaissez certainement : E pour l’aspect environnement, S pour l’aspect social et G pour la gouvernance.

On appelle aussi ça l'investissement responsable (IR).

Responsable, pourquoi?

Parce qu’on tien compte de facteurs autres que financiers.

Comme le réchauffement de la planète. Ça vous dit quelque chose? Et on peut ajouter l’équité et la transparence financière.

En fait, l’investissement responsable existe pour qu’on puisse encore investir demain. Ce type d’investissement a pris une bonne débarque dans les deux dernières années, la hausse des taux d’intérêt y étant particulièrement pour quelque chose. Par exemple, le secteur des énergies renouvelables a réalisé un rendement de -25 % en 2022-2023.

Ce n’est pas avec ça qu’on se construit une retraite solide.

Sauf que, ce passé n’est pas garant de l’avenir. Comme n’importe quel investissement, par ailleurs. Il y a eu un creux de vague et les choses s’améliorent de plus en plus dans ce domaine. Plusieurs pensent que l’IR est une mode qui a eu son attrait à cause de bons rendements jusqu’en 2021, et que cette mode est en train de s’estomper.

Je pense que c’est de ne pas voir la vague de fond qui déferle en matière énergétique et climatique. Hier, j’ai assisté à une présentation des portefeuilles Greenwise, de RGP Investissements, et une foule d’informations transmises me font croire que l’IR a un brillant avenir devant lui.

Le problème est que trop peu de monde en parle, même si quelque 60 % des actifs sous gestion au Canada comportent au moins une stratégie ESG. Les produits « de détail », comme les fonds communs de placement, accessibles à tous, ne mettent pas beaucoup l’accent sur leurs caractéristiques ESG. Même si 60 % constitue une bonne proportion, je pense qu’on devrait viser 100 % à terme.

Après tout, qui peut être contre la vertu?

Parmi ceux qui parlent de l’IR, certains le critique pour des raisons qui, pour plusieurs, sont de moins en moins justifiées.

Par exemple, l’écoblanchiment (« greenwashing ») est une pratique marketing qui donne une fausse image d’une entreprise, la faisant mieux paraître qu’elle ne l’est en réalité. Cette pratique est de plus en plus étroitement surveillée afin que les investisseurs (et les consommateurs) ne soient pas leurrés.

En investissement, l’utilisation de termes apparentés à l’ESG peut en induire certains en erreur. Même si cette pratique est moins présente aujourd’hui qu’elle ne l’a déjà été, il faut faire ses devoirs comme investisseurs et poser des questions précises.

Les normes se sont resserrées et uniformisées avec le temps, ce qui a fait augmenter la fiabilité des chiffres publiés. Des organisations comme la Global Reporting Initiative et le Sustainability Accounting Standards Board travaillent à harmoniser les critères, améliorant également la comparabilité des données ESG. Au Canada, l’Association pour l’investissement responsable joue un rôle important dans la promotion de l’IR auprès du public.

En ce qui a trait au rendement, une multitude d'études ont montré que les investissements ESG peuvent surperformer les investissements non-ESG à long terme. Ces investissements tendent à être moins volatils et présentent un risque réduit pendant les périodes de turbulence du marché. Ce qui contribue à une meilleure performance ajustée au risque, malgré ce qu’on a vécu dans les deux dernières années.

Comme investisseur, vous n’avez donc pas à sacrifier du rendement pour investir selon vos valeurs, si tel est votre désir. Heureusement, il est révolu, le temps où Fondaction, le fonds de travailleurs de la CSN, précurseur en matière d’investissements responsables, était victime de « faibles » rendements et boudé par plusieurs, malgré son important crédit d’impôt. Ce qui le rendait tout de même attrayant, mais qui était souvent passé sous silence par ses détracteurs.

Dans le monde des fonds communs de placement, vous avez d’ailleurs le choix entre plusieurs fonds thématiques qui peuvent toucher une corde plus sensible chez vous.

C’est plus qu'une tendance passagère. L'investissement ESG est devenu un pilier fondamental de l'analyse financière. On le constate depuis des années, les entreprises qui mettent en œuvre des stratégies ESG robustes montrent souvent une plus grande résilience et une capacité d'adaptation accrue. Des attributs essentiels dans ce monde confronté à des défis environnementaux et sociaux de plus en plus pressants.

Voilà.

J’espère que, si vous ne l’étiez pas, vous êtes maintenant sensibilisés au phénomène. Malgré les défis associés à l’IR, les avancées en termes de normalisation, de réglementation et de technologie, additionnées à une bonne compréhension du lien entre les pratiques durables et la performance financière, renforcent l'attrait pour ce type d’investissement. Il ne procure pas seulement des bénéfices environnementaux et sociaux, ils contribuent également à la performance économique sur le long terme, générant une valeur durable pour tous.

 

À propos de ce blogue

Dany Provost possède une formation multidisciplinaire lui permettant d'avoir une vue d'ensemble d'une situation financière. Combinant l'actuariat, la fiscalité, le placement et une grande maîtrise de l'environnement Excel, son expertise lui a permis de développer plusieurs outils de modélisation complexes, notamment en optimisation fiscale et avantages sociaux. Il est directeur planification financière et optimisation fiscale chez SFL Expertise et est l’auteur des livres «Arrêtez de planifier votre retraite, planifiez votre plaisir» et «As-tu réglé ça?» Membre honoraire et expert désigné de l’Institut de planification financière, il est un collaborateur régulier dans les médias en plus d’être chroniqueur en fiscalité dans le journal Finance et Investissement.

Dany Provost