Crise des approvisionnements: une solution 3D pour les PME manufacturières

Publié le 02/12/2021 à 11:40

Crise des approvisionnements: une solution 3D pour les PME manufacturières

Publié le 02/12/2021 à 11:40

Par François Normand

Michel Berthiaume, vice-président au développement des affaires et associé, ainsi que le fondateur et le président, Gabriel Gosselin. (photo: i3Dée)

Manque de conteneurs, arrêts de production en Asie, ralentissement au port de Vancouver… Les tuiles s’accumulent pour les PME manufacturières qui doivent importer des pièces d’Asie afin de fabriquer des produits finis au Québec. Bonne nouvelle: l’impression 3D pourrait les aider à réduire l’impact de ces problèmes logistiques.

C’est du moins la prétention d’i3Dée, une jeune entreprise de Saint-Mathieu-de-Beloeil, en Montérégie, qui fabrique des pièces sur mesure avec des imprimantes 3D pour des PME manufacturières dans différents secteurs.

«Ça peut être une solution pour la crise des approvisionnements», affirme le fondateur et président, Gabriel Gosselin, en nous faisant visiter les installations de l’entreprise qu’il a fondée en 2018.

Ingénieur de formation, l’entrepreneur s’est associé à Michel Berthiaume, vice-président au développement des affaires et associé, également ingénieur. Ils ont tous les deux de l’expérience dans l’ingénierie manufacturière, le premier chez Fenplast, le second chez Okaply.

Pour l’instant, les deux hommes sont seuls dans cette aventure. Les revenus d’I3Dée sont supérieurs à 500 000 $, mais ils pourraient atteindre le million de dollars d’ici 1 an ou 2, estime Gabriel Gosselin.

 

La fabrication additive en croissance au Québec

Depuis quelques années, plusieurs entreprises au Québec utilisent des imprimantes 3D pour fabriquer des pièces.

Un organisme, le Réseau Québec–3D, regroupe même les principaux acteurs dans le secteur de la fabrication additive ainsi que les entreprises qui ont recours à ce processus industriel.

Aussi, i3Dée n’est qu’un fabricant parmi d’autres dans un écosystème en pleine croissance.

Là où la PME affirme toutefois se démarquer, c’est au niveau de son offre, qui est très différente de la plupart des entreprises du secteur de la fabrication additive au Québec.

«Nous faisons des petits lots de production, qui sont livrables dans de courts délais», souligne Michel Berthiaume.

L'entreprise i3Dée possède 35 petites imprimantes 3D dans ses locaux à Saint-Mathieu-de-Beloeil. (Photo: i3Dée)

Par exemple, i3Dée peut fabriquer des lots de 200, 300 ou 400 pièces, mais elle peut aussi faire de plus petits lots (voire un seul exemplaire), par exemple pour des pièces qui ne sont plus fabriquées, de remplacement, complexes ou très coûteuses.

La PME compte actuellement 35 imprimantes 3D de petites tailles, dont certaines sont empilées les unes sur les autres sur des étagères. Fabriquer une pièce peut prendre de 12 à 24 heures.

Aussi, on comprend l’avantage pour une PME manufacturière qui aurait besoin de quelques pièces de faire appel à i3Dée si jamais ces pièces sont habituellement importées d’Asie ou en rupture de stock en Amérique du Nord.

Bien entendu, de nombreuses composantes peuvent être fabriquées au Québec par d’autres entreprises à partir de procédés classiques de moulage par injection ou d’extrusion, reconnaissent les deux entrepreneurs.

Ces procédés sont rapides. De plus, le coût unitaire est faible pour fabriquer chacune des pièces, mais à la condition d’en fabriquer un lot contenant plusieurs milliers d’exemplaires, fait valoir i3Dée.

Pour mieux expliquer son positionnement concurrentiel, la PME de Saint-Mathieu-de-Beloeil donne le coût unitaire de trois options de fabrication pour une pièce donnée, et ce, pour une quantité requise de 500 exemplaires.

Option 1, moulage par injection — coût initial de 4 500 $, coût de fabrication de 0,25 $ la pièce, quantité minimum par commande 1 000 exemplaires, donc le coût réel de chaque pièce utilisée est de 9,50 $.

Option 2, extrusion — coût initial de 2 000 $, coût de fabrication de 1,00 $ la pièce, quantité minimum par commande 5 000 exemplaires, donc le coût réel de chaque pièce utilisée est de 14,00 $

Option 3, impression 3D — coût initial de 0 $, coût de fabrication de 5,95 $ la pièce, quantité minimum par commande 1 exemplaire, donc le coût réel de chaque pièce utilisée est de 5,95 $.

 

Sur le même sujet

«Partenariat mondial» entre Capgemini et Unity autour du métavers

03/08/2022 | AFP

L'objectif est «d'aider les organisations» à tirer parti du développement des expériences immersives et du métavers.

Une grande révolution en 3D

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Les secteurs clés de l'économie québécoise, du matériel de transport terrestre à l'aérospatial...

OPINION Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau
Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau
Industrie et recherche doivent mieux collaborer
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

À la une

Entreprise ne rime pas avec famille

Il y a 35 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Dire le contraire nuit aux employés, surtout à ceux qui peinent à respecter leurs limites.

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour le 02/10/2022 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la relève manufacturière

Édition du 21 Septembre 2022 | Catherine Charron

La question de François-Xavier Tétreault, cofondateur des équipements Ostrya.