Réseau collégial: Québec repousse la limite d’abandon pour stimuler la persévérance

Publié le 20/03/2024 à 10:32

Réseau collégial: Québec repousse la limite d’abandon pour stimuler la persévérance

Publié le 20/03/2024 à 10:32

Par La Presse Canadienne

La ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, affirme que ce changement a été demandé et attendu par plusieurs acteurs du réseau collégial. (Photo: La Presse Canadienne)

À compter de la prochaine année scolaire au Québec, la date limite d’abandon au collégial sera établie à 60% de la durée de la session, le gouvernement du Québec voulant ainsi mettre en place toutes les conditions nécessaires pour favoriser la persévérance et la réussite de la population étudiante. 

La date limite d’abandon est actuellement établie à date fixe dans les 20% de la durée de la session.

Le report de la date limite d’abandon s’appliquera en 2024−2025 tant aux cégeps qu’aux collèges privés.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, affirme que ce changement a été demandé et attendu par plusieurs acteurs du réseau collégial. À son avis, la date fixe actuelle d’abandon peut constituer un frein à la réussite et être une source de stress, notamment parce que les étudiants n’ont pas assez de temps pour analyser leur situation et prendre les bonnes décisions.

La ministre Déry ajoute que la modification annoncée mercredi favorisera une plus grande cohérence entre les réseaux collégial et universitaire. De plus, dit−elle, la modification permettra à un étudiant de conserver son statut de personne réputée aux études à temps plein, évitant ainsi que son cégep ne lui exige des droits de scolarité.

 

 

À la une

Le troisième lien Québec-Lévis de François Legault vu par trois experts

Il y a 13 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault a annoncé, jeudi dernier, qu’il relançait son projet de troisième lien autoroutier.

Réglementation des logiciels utilisant l’IA

EXPERT INVITÉ. Quelles seront les conséquences sur l’innovation?

Ottawa ne veut pas dire si les entreprises d'IA paieront des redevances aux médias

Pascale St-Onge affirme qu'il appartiendra au CRTC de déterminer si les entreprises d'IA reprennent les informations.