Sollio renoue avec la rentabilité, mais le secteur du porc est toujours en difficulté

Publié le 29/02/2024 à 14:22, mis à jour le 29/02/2024 à 16:54

Sollio renoue avec la rentabilité, mais le secteur du porc est toujours en difficulté

Publié le 29/02/2024 à 14:22, mis à jour le 29/02/2024 à 16:54

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

Sollio Groupe Coopératif a renoué avec la rentabilité en 2023 tandis que les activités d’Olymel retournent en territoire positif, malgré les pertes du secteur porcin.

La coopérative qui possède le transformateur alimentaire Olymel, mais aussi le quincaillier BMR, affiche un excédent de 115,4 millions de dollars (M$) au cours de l’exercice clos le 28 octobre dernier. Cela se compare à une perte de 336,9M$ à la même période l’an dernier. L’amélioration de la rentabilité survient malgré une diminution des ventes, qui ont reculé de 8,4 milliards de dollars (G$) à 8,3G$.

«Après deux années qui ont été particulièrement difficiles sur le plan financier, notre coop a renoué avec la rentabilité en 2023, commente le chef de la direction, Pascal Houle, en conférence de presse, jeudi, en marge de l’assemblée annuelle. […] C’est un revirement qui est remarquable.»

Ce redressement est attribuable à la division alimentation (Olymel) qui renoue avec la rentabilité. La division affiche un excédent de 138,3M$ en 2023 par rapport à une perte de 446,1M$ en 2022, selon les résultats dévoilés jeudi.

Le secteur du porc, où Olymel domine 80% de l’industrie de la transformation, demeure dans une situation difficile. Ce segment est toujours déficitaire.

Le contexte difficile a amené Olymel à fermer des usines. La coopérative et Les Éleveurs de porcs du Québec ont conclu une entente de réduction des prix au printemps dernier. Québec a également alloué 80M$ afin de financer un programme de retrait volontaire destiné aux éleveurs et ainsi réduire la production.

L’industrie reste dans une posture difficile, a répondu le président-directeur général d’Olymel, Yanick Gervais. «Les gens (les producteurs) sont fatigués, il y a eu des années excessivement difficiles.»

Le dirigeant a toutefois tenu à souligner qu’il y avait des améliorations. «On voit une baisse du prix des grains. La valeur de la carcasse augmente. Ça, c’est quand même de très bonnes nouvelles. Ça peut représenter entre 30$, 40$ ou 50$ de plus en termes de revenus à la ferme pour les prochains mois.»

Le ralentissement économique a également grugé les excédents chez BMR. Le quincaillier affiche un excédent net de 34,5M$ en 2023, par rapport à 41M$ l’année précédente.

Le chef de la direction de BMR, Alexandre Lefebvre, a expliqué que le quincaillier connaissait un ralentissement des activités après «le faste de la pandémie».

«La division a dû composer avec une conjoncture qui a été plus difficile, marquée notamment par une diminution historique des mises en chantier, un taux d’endettement élevé des ménages, de même que des taux d’intérêt à la hausse et l’inflation anormalement élevée qu’on vit depuis quelques mois.»

La coopérative a également souligné que la dette à long terme avait diminué de plus de la moitié pour s’établir à 571,5M$ à la fin de l’exercice 2023.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

Bourse: les gagnants et les perdants du 29 mai

Mis à jour à 17:44 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes