François Legault ferme la porte à une réforme du mode de scrutin

Publié le 04/10/2022 à 18:45

François Legault ferme la porte à une réforme du mode de scrutin

Publié le 04/10/2022 à 18:45

Par La Presse Canadienne

François Legault s’est félicité d’avoir fait des gains en termes de sièges, dans les régions de l’Outaouais, de Laval, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Gaspésie, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord. (Photo: La Presse Canadienne)

François Legault s’engage à collaborer avec les chefs des autres partis et entend se pencher sur une possible réforme parlementaire, mais rejette fermement toute réforme du mode de scrutin.

Dans sa première sortie au lendemain de son éclatante victoire, le premier ministre désigné laisse déjà poindre une intention de reconnaître Québec solidaire et le Parti québécois comme groupes parlementaires. Cette reconnaissance requiert, selon les règles, la présence de 12 députés élus ou 20% des votes, ce que n’ont obtenu ni l’une ni l’autre des deux formations politiques.

Cependant, il n’a montré aucune ouverture quant à la possibilité de permettre au chef conservateur, Éric Duhaime, de tenir des points de presse à l’Assemblée nationale puisque son parti n’a aucun élu dans l’enceinte parlementaire.

Par contre, il s’est dit prêt à collaborer avec lui pour discuter d’une plus grande efficacité de l’État, comme il s’est dit prêt à en faire autant avec la libérale Dominique Anglade pour les questions économiques, avec le solidaire Gabriel Nadeau-Dubois en matière d’environnement et le péquiste Paul St-Pierre Plamondon sur la question de la protection du français.

Cette question de la protection du français est d’ailleurs revenue à plusieurs reprises dans ses propos. Bien qu’il ait répété qu’il voulait être le premier ministre de tous les Québécois de toutes les régions et de toutes les origines, il a aussi invité tant les communautés culturelles que la communauté anglophone à travailler avec lui pour trouver des façons de protéger le français.

François Legault s’est félicité d’avoir fait des gains en termes de sièges, dans les régions de l’Outaouais, de Laval, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Gaspésie, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord, soulignant que son parti est maintenant bien présent dans les 17 régions de la province.

Son programme à court terme consistera à former son conseil des ministres, à écrire son discours inaugural et à préparer la prochaine session. Ses premières missions seront de procéder à la remise des chèques promis pour lutter contre l’inflation et d’adopter une loi pour plafonner l’ensemble des tarifs gouvernementaux.

Plus largement, il place au sommet de sa liste de priorités l’éducation, l’énergie verte, la santé et, bien sûr, la protection du français.

Sur le même sujet

Mise à jour économique: nuages gris à l'horizon

BLOGUE INVITÉ. Pour la première fois depuis 2008, l’économie du Québec pourrait plonger en récession.

Mise à jour économique: l'opposition déplore l'absence de nouvelles mesures

Le chef du PQ a accusé le gouvernement Legault de volonté politique dans le dossier des surprofits des pétrolières.

À la une

Bourse: Wall Street termine en berne au début d'une semaine chargée, donc risquée

Mis à jour le 30/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a perdu près de 150 points lundi

À surveiller: Canadien Pacifique, Celestica et Canopy Growth

30/01/2023 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de CP, Celestica et Canopy Growth? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les nouvelles du marché

Mis à jour le 30/01/2023 | Refinitiv

Les yeux tournés vers la Fed: bientôt la fin des hausses de taux d’intérêt?